Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mystère plane sur l’auteur du film qui a déclenché les violences en Libye




Le mystère plane sur l’auteur du film qui a déclenché les violences en Libye
Mystères et confusion régnaient mercredi soir sur l’identité de l’auteur du film ayant provoqué de violentes attaques contre les Etats-Unis en Egypte et en Libye, et la mort d’un ambassadeur américain.
Le cinéaste, qui se qualifie d’Américano-israélien et se fait appeler Sam Bacile, aurait décidé de se cacher, selon l’un de ses collaborateurs, craignant pour sa vie après l’éruption de violences provoquée par son film à petit budget «Innocence des musulmans», qui tourne en dérision le Prophète Mohamed.
Mercredi soir, une information relayée par les médias américains affirmait qu’un copte vivant dans la banlieue de Los Angeles, Nakoula Basseley Nakoula, était le responsable de la société de production du film et qu’il avait eu maille à partir avec la justice.
Des documents judiciaires dont l’AFP a eu copie confirment que Nakoula Basseley Nakoula a été condamné à 21 mois de prison en 2010 pour escroquerie bancaire et qu’il résidait à Cerritos, dans la banlieue sud de Los Angeles.
Un journaliste de l’AFP s’est rendu mercredi soir au domicile de M. Nakoula, devant lequel étaient stationnés plusieurs véhicules de la police et du shérif de Los Angeles.
Deux officiers du bureau du shérif sont restés dans la maison pendant plus d’une heure, et sont sortis sans faire de commentaire vers 21H00 locales (04H00 GMT).
La famille a refusé de parler aux quelques journalistes présents. Mais la porte d’entrée de la maison, ornée de deux fenêtres semi-circulaires aux motifs originaux, présentait une similitude flagrante avec une porte apparaissant dans plusieurs scènes du film, dont des extraits sont visibles sur internet.
Steve Klein, consultant sur le film, a nié mercredi l’implication d’Israël dans la production et a assuré que Sam Bacile — un pseudonyme, a-t-il reconnu — était mortifié par le décès de l’ambassadeur américain en Libye, Chris Stevens, lors de l’attaque du consulat de Benghazi, où trois autres Américains ont été tués.

AFP
Vendredi 14 Septembre 2012

Lu 298 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs