Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le monde vient faire ses adieux à Madiba en Afrique du Sud

Plus de 70 dirigeants étrangers aux obsèques de Nelson Mandela




Le monde vient faire ses adieux à Madiba en Afrique du Sud
Plus de 70 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents cette semaine en Afrique du Sud pour les cérémonies organisées à la mémoire de l'ancien président sud-africain et militant anti-apartheid, Nelson Mandela.
La plupart d'entre eux assisteront au service funèbre qui aura lieu ce mardi à Johannesburg au Soccer City Stadium, l'enceinte de football où Nelson Mandela a fait sa dernière apparition en public, avant la finale de la Coupe du monde organisée par son pays en 2010. "Le monde entier vient en Afrique du Sud", a commenté Clayson Monyela, porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères.
Le président américain Barack Obama, l'un des premiers à avoir réagi à l'annonce de la mort de "Madiba", jeudi soir, et son homologue iranien Hassan Rohani seront notamment présents.
Barack Obama sera accompagné par son prédécesseur à la Maison blanche, George W. Bush. L'ancien président Bill Clinton a également prévu de faire le voyage.
Le dirigeant cubain Raul Castro, le président zimbabwéen Robert Mugabe, le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, et le Premier ministre britannique David Cameron sont également sur la liste. La France sera représentée par François Hollande et Nicolas Sarkozy, son prédécesseur à l'Elysée qui a accepté son invitation à se rendre avec lui en Afrique du Sud.
Cette réunion de dirigeants sera l'une des plus importantes jamais organisées dans l'histoire récente.
"Le fait que des dirigeants internationaux fassent en sorte de pouvoir venir en Afrique du Sud dans des délais aussi brefs reflète la place particulière que le président Mandela occupait dans les coeurs des gens du monde entier", a noté le ministre à la Présidence, Collins Chabane.
Après la cérémonie de mardi, le corps de Nelson Mandela sera exposé pour trois jours à Union Buildings, le siège du gouvernement à Pretoria où il prêta serment après son élection à la présidence en 1994.
Il sera ensuite inhumé dimanche prochain à Qunu, sur la terre de ses ancêtres dans la province du Cap-Oriental.
Seul un nombre restreint de dignitaires étrangers seront présents à cette occasion.
Depuis sa mort, jeudi dernier à l'âge de 95 ans, l'Afrique du Sud est en pleurs.
Dimanche, dans les églises, les mosquées et les synagogues, du fleuve Limpopo à la ville du Cap, des millions de Sud-Africains ont rendu hommage au "Père de la Nation arc-en-ciel" tandis que des milliers de personnes continuaient de déposer des bouquets de fleurs, des bougies, des ballons multicolores et des petits mots devant sa maison à Johannesburg.

Reuters
Mardi 10 Décembre 2013

Lu 380 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs