Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le monde culturel britannique craint les conséquences du Brexit




Le monde de la création artistique britannique s'inquiète, après le résultat du référendum en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, des conséquences sur l’emploi de financements annulés et des possibles entraves à la libre circulation des travailleurs.
Au lendemain du vote, le 24 juin, spectateurs et musiciens du célèbre festival de musique de Glastonbury ont formé un immense coeur lors d'un rassemblement spontané pour marquer leur attachement à l'UE.
Sur la radio Classic FM, le violoncelliste britannique Steven Isserlis a raconté comment il avait rêvé de la victoire du Brexit. "Je me suis réveillé et j'étais soulagé que ce ne soit qu'un rêve, mais en allumant mon ordinateur, j'ai découvert, avec horreur, que ce rêve s'était réalisé", a-t-il ajouté.
Josie Rourke, la directrice artistique du théâtre londonien Donmar Warehouse, a, elle, écrit sur Twitter: "Canada?", plaisantant sur la possible destination de son exil post-Brexit. S'il est encore trop tôt pour déterminer quel sera l'impact précis du Brexit sur la création musicale, le cinéma, les musées ou les théâtres, la plupart des créatifs de ces secteurs partagent la crainte que les changements soient négatifs. Norman Lebrecht, un commentateur culturel influent, a affirmé que la libre-circulation en vigueur en Europe avait eu un effet "régénératif" sur les orchestres britanniques, avec l'arrivée de talents européens.
"L'atmosphère des orchestres dans son ensemble en a été changée. Si vous revenez en arrière... je pense que vous serez confronté à une stagnation", a-t-il dit à l'AFP.
Il craint également que le projet de construire une nouvelle salle de concert pour accueillir le chef d'orchestre britannique Simon Rattle et l'Orchestre symphonique de Londres puisse être suspendu en raison d'un manque d'investissements post-Brexit. Pour John Smith, secrétaire général du syndicat des musiciens (MU) qui représente 30.000 musiciens professionnels, le résultat du référendum l'a mis dans une "profonde dépression". "Au fil des ans, les membres du MU ont tiré profit des frontières ouvertes, d'un régime protecteur de droit d'auteur et de plusieurs directives qui ont été bénéfiques pour eux sur leurs lieux de travail", a-t-il rappelé.
 Sans compter les subventions européennes allouées à nombre de secteurs et en particulier au cinéma. Le programme européen MEDIA a ainsi versé près de 130 millions d'euros depuis 2007 au cinéma, à la télévision et aux industries numériques britanniques.

Mardi 12 Juillet 2016

Lu 608 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs