Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ministre espagnol de l'Intérieur noie le poisson


Nouveau rebondissement dans l’affaire du naufrage de Sidi Ifni



Le ministre espagnol de l'Intérieur noie le poisson
Jorge Fernandez Diaz, ministre de l’Intérieur espagnol, prend la défense de la Guardia civil. Selon lui, le naufrage de la patera ayant appareillé de Sidi Ifni, jeudi  13 décembre, et qui a été coulée au large des Iles Canaries, faisant deux morts et six disparus marocains, était dû à une panne dans le système de propulsion et de pilotage du patrouilleur Cabaleiro. Autrement dit, il s’agit d’un incident fortuit et non d’un acte prémédité comme  l’ont révélé plusieurs rescapés.    Intervenant devant le parlement, le ministre espagnol de l'Intérieur a estimé que la Guardia civil a agi de « façon exemplaire » en rappelant qu'un agent de ce corps de sécurité est parvenu à sauver deux Marocains de la noyade.
Des propos qui confortent ceux tenus auparavant  par la juge Angela Lopez-Yuste, chargée d'enquêter sur le naufrage, jugeant que la responsabilité de l'accident incombe exclusivement au patron de la patera qui a fait de fausses manœuvres. «L'unique responsable du drame est le patron de la patera qui a fait des manœuvres de virage à droite et a lâché le volant, croisant ainsi la trajectoire du patrouilleur de la Guardia civil, qui n'a rien pu faire pour éviter la collision», a indiqué la juge dans un arrêt daté du 22 février dernier, et publié jeudi 14 mars, sur le site Canarias24horas.  Et qu’en est-il de la vidéo du Service intégral de surveillance extérieure (SIVE), montrant le navire de la Guardia civil  heurtant de plein fouet l’embarcation de migrants marocains ? La juge est catégorique. Le caporal-chef qui pilotait le patrouilleur Cabaleiro «n'avait aucune responsabilité dans la collision ».
Nous voilà donc revenus à la case départ. En effet, dès les premières heures de ce drame, les autorités espagnoles des Iles Canaries n’ont cessé de répéter à qui veut l’entendre  que l'équipage du patrouilleur "Cabaleiro" avait décidé d’intercepter l'embarcation, malgré la panne survenue dans l'un de ses deux moteurs.  Un acte jugé urgent vu que la patera se dirigeait vers une zone présentant un danger  pour la vie  des 25 jeunes immigrés clandestins.
Selon le quotidien Canarias7, Jorge Fernandez a déclaré que cette version des faits a été transmise aux  responsables marocains et que le ministre des Affaires étrangères a été « convaincu » par les explications fournies par l'ambassadeur d'Espagne à Rabat
Des explications qui risquent de ne pas convaincre les rescapés de ce drame et leurs familles qui insistent sur le fait que la patera en question a été éperonnée délibérément  par  le bateau de la Guardia civil et qu’il s’agit bel et bien d’un acte prémédité et non d’un accident.
Ceci d’autant plus que ni les propos de Jorge Fernandez Diaz ni ceux de la juge Angela Lopez-Yuste n’ont apporté des réponses claires quant aux zones d’ombre qui entourent ce dossier comme le cas de non-respect du protocole de sauvetage en vigueur dans ce genre de situation. En effet, la patrouille de la Benemerita n’a pas informé directement le service de sauvetage avant le début de l’opération alors que ce dernier  est le mieux habilité à  mener ce genre d’opérations.  Autre détail, la patrouille en question a quitté le port avec quatre gardiens seulement alors que les règlements exigent pour les bateaux de plus de 30 mètres de long, la présence de deux commandants et de quatre  mécaniciens-marins.
Autre manquement et non des moindres : le déroulement même  de l’opération de sauvetage. En effet, le bateau de patrouille aurait dû s’arrêter à 200 m au moins de la patera avant de s’approcher d’elle à vitesse réduite. Une consigne qui n’a pas été respectée puisque les témoignages des rescapés concordent pour affirmer que le bateau a foncé sur eux à pleine vitesse.
Une situation inexplicable d’autant que  la mer était calme  et que le patrouilleur  est doté d’appareils  capables d’identifier  avec précision l’itinéraire des autres bateaux, leur position et leur vitesse. Ce genre de bateaux sont en effet équipés de caméras thermiques pour localiser les navires suspects même en pleine nuit.
Autre fait troublant : le dossier professionnel du commandant de patrouille. Selon les informations du SER, celui-ci avait déjà été sanctionné pour  avoir intentionnellement endommagé un bateau de la Guardia civil à Rio Palma en 2008. La Haute Cour espagnole  avait alors décidé de le sanctionner, en le  mutant par mesure disciplinaire à l’Ile de Fuerteventura pour faute professionnelle grave et manquement au devoir.
Ce commandant a répété à qui voulait l’entendre que le drame n’était qu’un simple accident dû à une panne technique dans le moteur du bateau alors que les documents de bord n’en faisaient aucune mention. Affaire à suivre.

Hassan Bentaleb
Vendredi 22 Mars 2013

Lu 471 fois


1.Posté par le marocain le 22/03/2013 10:57
Affaire à suivre,et dans quelle direction?
Comme il n'échappe à personne,les voisins espagnoles ne cessent de nous traiter d'une façon aussi sauvage qu'inhumaine.Donc pourquoi ne pas prendre des sanctions contre ce voisin indélicat,qui tue nos frères Marocains par haine.Le gouvernement espagnol comme celui des dirigeants Algériens ne cesse de nous chercher des ennuis dans tous les domaines.
Les survivants ont déclarés que le patrouilleur s'est dirigé à une vitesse contre la patera,pourquoi faire sinon les tuer froidement.
Le Ministère des affaires étrangères doit demander PLUS d'explication dans cette affaire qui ne doit pas rester sans SUITE,s'agissant d'un MEURTRE préméditier à 100%.
On ne doit pas rester les bras croisés et croire ce que les responsables espagnoles nous racontent,car leur religion leur demande de défendre un chrétien,ou catolhique.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs