Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le mariage des mineures cause de tous les maux

Une pratique encore courante au Maroc




Le mariage des mineures cause de tous les maux
Le gouvernement et la société civile sont appelés à fédérer leurs efforts pour lutter efficacement contre le mariage des mineures et la violence basée sur le genre, ont souligné récemment à Marrakech, les participants à une rencontre initiée sous le thème "La mère-enfant: face aux défis de la grossesse des mineures".
Les intervenants, dont des experts universitaires en droit et en psychologie, ont appelé à étendre l'offre et l'accès à l'information et  à l'éducation à la santé sexuelle et reproductive (SSR) pour les adolescents et les jeunes pour leur permettre de s'épanouir et être les futurs acteurs d'une société équitable et affranchie des discriminations à l'endroit des femmes et des jeunes filles.
Les participants à cette rencontre organisée par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) au Maroc en partenariat avec l'Association Annakhil et l'ambassade du Canada au Maroc, ont déploré le fait que le mariage des mineures demeure encore une pratique courante au Maroc.
Cette pratique a des répercussions négatives sur la santé des mineures, et réduit leur chance de bénéficier de leurs droits à l'éducation, à la formation, comme elle limite l'horizon de leur avenir, leurs chances d'être autonomes, ce qui contribue à perpétuer le phénomène de la pauvreté, de l'inégalité et de l'exclusion sociale.
Intervenant à cette occasion, le représentant-assistant de l'UNFPA, Abdelilah Yaakoubd, a relevé que le mariage des mineures constitue une violation des droits de l'enfant, faisant savoir que la prévalence de la violence à l'égard des femmes demeure assez élevée au Maroc, selon des statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP).
"Le Maroc a en revanche accompli de grands progrès en ce qui concerne la consécration de l'égalité homme-femme en levant ses réserves relatives à la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination envers les femmes, et en réformant la Moudawana", a-t-il souligné, ajoutant que la lutte contre le mariage des mineures reste un véritable défi à relever pour le Maroc.
La spécialiste des programmes de l'UNFPA au Maroc, Hind Jalal a présenté un rapport sur "la grossesse chez les adolescentes et le mariage d'enfants au Maroc et dans le monde", en se basant sur des statistiques d'institutions officielles.
La pratique du mariage des mineures persiste encore au Maroc et connait même une tendance à la hausse avec 39.000 cas signalés en 2011, a-t-elle révélé.
Mme Jalal a insisté sur la nécessité d'élaborer des politiques efficaces pour lutter contre cette pratique, notamment en s'investissant davantage dans l'éducation et l'adoption d'approches globales et multisectorielles.
Pour sa part, la présidente de l'Association Annakhil, Zakia Mrini, a relevé la prévalence de certains phénomènes, dont le mariage des mineures, qui ne reflètent en aucun cas les progrès accomplis par le Royaume en matière de consécration des droits de l'Homme.

Lundi 24 Février 2014

Lu 2316 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs