Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le marché du ciment accuse une baisse de 10,2%

Les professionnels chargent, en partie, les nouvelles règlementations de la loi de Finances 2013




Le marché du ciment accuse une baisse de 10,2%
L’année 2013 semble être celle de tous les maux pour les cimentiers. Le marché du ciment a du mal à pallier les dysfonctionnements dont il souffre, en l’occurrence ceux qui ont trait aux mises en chantier en baisse et aux dispositions et taxes instaurées par la loi de Finances en cours d’exécution.
En effet, après avoir accusé un repli de 21% à fin mars 2013, puis de 12,6% au terme du premier semestre, le marché du ciment s’est redressé à fin août, sans pour autant atteindre son niveau du début de l'année. Contrairement au mois d’août 2012 quand les ventes du ciment avaient accusé une baisse de plus de 23%  en comparaison avec le même mois un an auparavant, à cause du Ramadan, des départs en vacances et de l’Aïd, ces facteurs ont joué cette année en faveur d’une légère reprise des ventes, ce qui a réduit la baisse sur les huit mois à 10,2%, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme.
Face à l’accentuation de la crise dans le secteur, Mohamed Chaïbi, président de l'Association professionnelle des cimentiers du Maroc, qui s’est montré réticent par le passé, s’est ressaisi en donnant des déclarations sur le sujet vendredi matin à Atlantic-Radio.
Il a ainsi imputé la responsabilité de cette situation à des facteurs naturels. En cause, les importantes pluies qui ont induit «une baisse des mises en chantier de 27% durant le premier semestre», mais aussi l’instauration de nouvelles dispositions et taxes décidées par le gouvernement en 2013, telle que «la taxation de la plus-value sur le logement à hauteur de 30% alors qu’elle était à 20%».   
Dans le détail, il a rappelé que la machine de construction était en panne en début d’année à cause des pluies qui ont engendré des arrêts de chantiers. Les ventes de ciment souffrent de la crise que connaît l’immobilier, lequel représente 80% de la consommation de ce matériau. «Le fait que le premier semestre a enregistré une baisse de 27% des mises en chantier est un indicateur important. Cela veut dire que les gens n’ont pas mis en chantier les constructions de maison», regrette Chaïbi.S’ajoutant à cela, selon lui, les «autres problèmes habituels, à savoir le manque de foncier, le ralentissement dans l’octroi des autorisations de construction et les lourdeurs administratives».
Il a, par ailleurs, mis en avant un autre indicateur qui s’ajoute à ces maux du secteur, en l’occurrence celui de la baisse de l’encours des crédits à l’immobilier. «Le montant total de l’encours des crédits à l’immobilier n’a augmenté que de 2% alors qu’il avait l’habitude de s’élever aux alentours de 8 à 10%, voire 12%, ces dernières années», a-t-il dit. Ce qui a fait que «les entreprises de construction se plaignent de ne pas être payées».
Signalons que l’immobilier n’est pas le seul mis en cause dans la contre-performance de la consommation du ciment. Les grands chantiers lancés il y a quelques années sont déjà achevés. Les professionnels attendent donc une impulsion de nouveaux chantiers par l’actuel gouvernement. Reste que cette perspective est difficale à envisager de la part d’un gouvernement qui peine à gérer les affaires courantes.
Par ailleurs, les opérateurs nationaux doivent s’attendre à plus de concurrence de l’étranger. Etant donné qu’avec un volume d'activité en baissé de 2,8% dans l'Union européenne, les grands groupes européens de BTP continueront à miser sur l'international en 2013 et 2014, révèle une étude du cabinet  Deloitte. Les opérateurs marocains du secteur en pâtissent déjà puisque plusieurs entreprises espagnoles et portugaises, confrontées à de sérieuses difficultés sur leurs bases, ont fait du Royaume, l’une de leurs priorités.        

Mohammed Taleb
Samedi 7 Septembre 2013

Lu 911 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs