Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le marché automobile marocain, en souvenir du bon vieux temps

Le Royaume est en train dese hisser parmi les plus grands constructeurs mondiaux




Le marché automobile marocain, en souvenir du bon vieux temps
«L'industrie automobile marocaine a enregistré une croissance remarquable au cours des dix dernières années. Une progression fulgurante qui n'est pas près de s'arrêter, puisque le Maroc est en train de se hisser parmi les plus grands constructeurs d'automobiles du monde», constate le magazine Le Point dans une récente édition.
L’hebdomadaire français, qui se réfère à une étude du cabinet d'Oxford Business Group (OBG, un cabinet d'intelligence économique), citant un rapport de Pricewaterhouse Coopers, note que d'ici trois ans, le Maroc se hissera au 19e rang mondial des assembleurs de véhicules.
« Avec 108 743 véhicules produits en 2012, en hausse de 83 % par rapport à l'année précédente, le Maroc détrône l'Egypte et devient le premier constructeur automobile d'Afrique du Nord, le deuxième du continent, derrière l'Afrique du Sud », écrit le journal qui présente le Maroc comme un fer de lance de l'automobile sur le continent.
Parmi les nombreux atouts dont bénéficie le Maroc, Le Point cite la position géopolitique très favorable du Royaume, sa stabilité politique et économique, son savoir-faire ainsi que son réseau de près de 30 sous-traitants et fournisseurs. Des avantages tels que  «les regards des investisseurs se tournent vers le Royaume, plateforme idéalement située pour inonder les marchés africains et européens», peut-on lire dans un article intitulé «Le Maroc, un champion africain de la construction automobile».
Ce n’est pas tout, puisque «le Maroc offre également de nombreux avantages aux constructeurs automobiles, notamment un coût du travail extrêmement concurrentiel et de bonnes infrastructures de transport qui permettent d'exporter facilement vers l'Europe de l'Ouest, la région méditerranéenne et l'Afrique subsaharienne, un marché en plein essor», poursuit le magazine estimant que le Maroc pourrait à terme détrôner le ténor africain.
Des atouts qui ont séduit de grands constructeurs automobiles, à l’instar de Renault qui est déjà présent à travers les principales usines de montage automobile du pays et, d'ici deux à trois ans, les constructeurs asiatiques Toyota et Hyundai. Ces derniers ayant montré leur intérêt pour les conditions attrayantes offertes aux investisseurs. 
Grâce à une politique visant à attirer les investissements étrangers et à développer un modèle low cost, l'automobile a enregistré la plus haute augmentation au niveau des échanges extérieurs du Maroc. «La valeur des exportations de l'industrie automobile a progressé de 17,5% en glissement annuel sur les neuf premiers mois de l'année 2013 et les ventes de véhicules affichent une hausse de 58,3%, s'établissant à 8 milliards de dirhams (1 milliard de dollars), poursuit le journal citant des sources émanant de l'Office marocain des changes.Le secteur de l’automobile se porte donc bien. Mieux, la production et les exportations devraient poursuivre leur progression, grâce au lancement d'une nouvelle ligne de production par le leader français de l’automobile, entre autres. Ce qui permettra à l’industrie automobile nationale de retrouver la place qui fut la sienne à l’aube de l’indépendance.
En effet, il faut rappeler que l’industrie automobile existait déjà au Maroc en 1958 à travers notamment la Société marocaine de construction automobile (Somaca), désormais détenue à 80% par le constructeur français Renault. Elle fut créée à l’initiative du gouvernement marocain de l’époque dont le vice-président du Conseil et ministre de l'Economie et des Finances fut si Abderrahim Bouabid. L’usine, qui bénéficia à sa création de l’assistance technique de Fiat SpA et de Simca, assemblait la quasi-totalité des voitures particulières et des utilitaires légers produits au Maroc. Ajoutons aussi dans le cadre de sa politique d’industrialisation dans les pays en voie de développement, le constructeur Berliet avait créé dans la même année Berliet Maroc qui avait fini sa trajectoire en planchant sur un projet mort-né de  construction de camions entièrement marocains.

Alain Bouithy
Samedi 9 Août 2014

Lu 1776 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs