Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le koala australien vit des heures bien sombres




Une odeur écoeurante et doucereuse flotte dans l'air au moment où Sherwood Robyn, koala femelle de 12 ans, est conduite dans une petite salle d'examination du premier hôpital australien pour ces marsupiaux emblématiques de l'île-continent.
A première vue, l'animal semble en bonne santé. Mais l'examen révèle des "fesses humides", signe clair d'une infection à chlamydiae susceptible de provoquer la cécité, la stérilité et la mort.
Il n'existe pas de traitement contre cette infection sexuellement transmissible qui ravage les populations.
Robyn, retrouvée rue Sherwood dans la localité côtière de Port-Macquarie, - d'où son nom qui fait allusion à Robin des bois - présente tous les symptômes d'un stade avancé de la maladie. Il est vraisemblable qu'elle succombera à une mort douloureuse d'ici quelques mois.
Les épidémies récentes d'infections à chlamydiae sont favorisées par le développement humain qui empiète sur le territoire des koalas, explique Cheyne Flanagan, directrice de l'Hôpital des koalas de Port Macquarie: "Les animaux sont sous pression, ils sont forcés de vivre plus près les uns des autres, ce qui augmente les interactions entre individus" et portent, les risques de contamination.
La concurrence pour le territoire et la nourriture augmente le stress, ce qui porte atteinte au système immunitaire des marsupiaux et les rend plus vulnérables à la maladie.
Le pronostic pour Robyn est à l'image des perspectives funestes des populations de koalas de la côte orientale de l'Australie, qui sont en outre victimes d'attaques de chiens ou du changement climatique quand ils ne sont pas renversés par des voitures.
A l'arrivée des premiers colons britanniques en 1788, les koalas étaient plus de 10 millions. Comme ils vivent haut perchés dans les arbres, leur nombre est difficile à évaluer mais le Comité scientifique des espèces menacées n'en dénombrait plus que 188.000 en 2010.
Dans certaines parties du Queensland, ils ont de fait disparu, selon une récente étude universitaire. Dans cet Etat, comme en Nouvelle-Galles du Sud et dans le Territoire de la capitale australienne, ils sont classés espèce "vulnérable".  "Je ne suis pas optimiste du tout" quant à leurs chances à long terme, dit à l'AFP Damien Higgins, directeur du pôle santé des koalas à l'Université de Sydney. "Les pressions persistent. Le développement se poursuit. Tant que les gens voudront vivre là où il y a des koalas (...) et exploiter la mine là où il y a des koalas, il y aura des problèmes".
Les koalas australiens sont confrontés depuis longtemps aux infections à chlamydiae - différentes de celles qui touchent les hommes.
Selon les dernières études, ces infections ont pu provenir de souches présentes dans le bétail arrivé il y a deux siècles en Australie avec les colons européens. Mais l'impact et la prévalence sont exacerbés par le stress dû au développement.
L'Hôpital des koalas a ouvert ses portes à Port Macquarie en 1973. Mais l'établissement constate depuis quelques années un changement notable de "clientèle". D'après Mme Flanagan, les marsupiaux sont désormais plus âgés et leur nombre a considérablement baissé, ce qui fait penser que les populations se meurent.
Les terres sont rasées pour céder la place à l'urbanisation et les jeunes koalas doivent parcourir des distances plus grandes avant de pouvoir s'établir, ce qui les rend vulnérables à la circulation automobile et aux chiens errants.
"C'est la mort à petit feu", dit Mme Flanagan.
La question des koalas "n'est pas facile à gérer dans des zones où il y a beaucoup de croissance", reconnaît le maire de la localité Peter Besseling. "Les gens veulent habiter près des côtes et nous devons chercher des moyens de protéger le koala à long terme".
L'idée de délocaliser les marsupiaux des zones où ils sont plus nombreux vers les zones où ils sont menacés n'est pas considérée comme viable.
Alors les chercheurs, comme ceux de l'Université de Sydney qui collaborent depuis des décennies avec l'Hôpital des koalas, tentent d'améliorer leurs chances en étudiant les maladies qui les frappent.
Et ils essaient de limiter les dommages: "Une fois que le développement est là, il s'agit de tenter d'en réduire l'impact", dit M. Higgins. "Il s'agit de tenter de les maintenir en aussi bonne santé que possible, c'est en quelque sorte un pansement".

Mercredi 15 Juin 2016

Lu 412 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs