Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le jour où le Maroc est entré dans la cour des grands


Commémoration
du 70ème
anniversaire de la Conférence d’Anfa



Le jour où le Maroc est entré dans la cour des grands
A l’occasion du 70ème anniversaire de la Conférence d’Anfa, le consulat général des Etats-Unis organise, du 15 au 31 janvier 2013 à Casablanca, des journées culturelles en l’honneur de James Roosevelt Jr., petit-fils du président Franklin D. Roosevelt.  Colloques, conférences, expositions et cinéma sont au menu du programme de cet événement organisé sous le thème «La Conférence d’Anfa 1943 : regards croisés sur 70 ans de coopération maroco-américaine».
La commémoration se décline en quatre événements ouverts au public. Le coup d’envoi a été donné par une conférence où des intervenants de renom ont présenté différentes perspectives sur la coopération maroco-américaine depuis la Conférence d’Anfa.
La Faculté des lettres de Ben M’Sick accueillera aujourd’hui un colloque dédié aux étudiants afin d’échanger avec Roosevelt et deux éminents historiens marocains sur la conférence d’Anfa et sa contribution à la consolidation des relations maroco-américaines.
Il convient de rappeler, à cet égard, que cette conférence qui s’est déroulée le 14 janvier 1943 à Casablanca, avait largement contribué à mettre fin aux douloureuses années de la Seconde Guerre mondiale et à accélérer le processus de libération du Maroc, déjà enclenché par le Mouvement national. Aux termes des accords conclus lors de cette conférence, les Alliés décidèrent d'exiger la reddition sans condition des puissances de l'Axe, de poursuivre leur aide à l'Union soviétique et d'envahir la Sicile, puis l'Italie, dès la fin des combats de Tunisie. Mus par la volonté de faire rayonner la paix dans le monde et d'arrêter l'effusion de sang de milliers d’innocents, ces grands pionniers de la liberté avaient ainsi préparé le débarquement des forces alliées en Italie et en France, particulièrement en Normandie.
Ils entendaient également appliquer à la lettre les grands principes de la Charte de l'Atlantique adoptée en 1941, à savoir la défense de la liberté, de l'indépendance des peuples et de leurs droits à disposer d'eux-mêmes. Motif de fierté pour le Maroc: Feu S.M. Mohammed V a participé à cette rencontre en tant que chef d'un Etat souverain, bien qu'il fût encore sous le Protectorat, un Etat qui a choisi d'être du côté des Alliés pour le triomphe de la liberté et de la paix dans le monde.

Amine Raad Stagiaire
Mercredi 16 Janvier 2013

Lu 156 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs