Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le jeu de paume du Crédit du Maroc agace ses clients

Plusieurs prélèvements incompris doublés d’une communication bancale irritent les usagers de la banque




Le jeu de paume du Crédit  du Maroc agace ses clients
Via certaines opérations qualifiées de « louches », une certaine banque, Crédit du Maroc (CDM) pour ne pas la nommer, a fait sortir une partie de sa clientèle de ses gonds. En effet, nombre d’entre eux, répartis sur plusieurs agences CDM, se sont déplacés à la rédaction de Libé pour exprimer leur ras-le-bol puisqu’ils estiment que plusieurs opérations «injustes et injustifiées», ont été enregistrées au cours de cette année, au niveau de leur compte bancaire.  Ils nous ont confirmé, preuve à l’appui, que cette banque ne cesse de leur donner du fil à retordre depuis l’ouverture de leurs comptes. Mais malgré les tracas et prises de tête, ils sont, malheureusement, dans l’incapacité d’en changer puisqu’ils ont tous contracté des crédits. Certains en viennent même à se demander si c’est parce qu’ils ont justement pris ces crédits que CDM les tient par la gorge et acte comme bon lui semble ?! En tout cas, s’ils ont certes emprunté de l’argent à cette banque, ils n’ont jamais souscrit à certaines opérations. En effet, un client CDM, qui requiert l’anonymat, nous a confié sa triste histoire avec une agence de cet établissement bancaire sise à Casablanca. En fait, il y a ouvert le compte en 2012, et depuis vogue la galère. Ainsi, à peine un mois après l’ouverture de son compte, il a constaté au niveau du relevé qu’il reçoit à domicile, qu’on lui a prélevé 13,20 DH et 33 DH. Il s’est alors enquis auprès des préposés de son agence, qui lui ont tout bonnement expliqué qu’ayant signé une panoplie de paperasses au début, il avait souscrit à certains services dont le « Bip Bip », qui permet de suivre le solde de son compte via son GSM ainsi que « cdmNET » qui lui donne accès à son compte via la Toile. Tout cela est bien beau, a pensé ce client mais il est vite tombé des nues après avoir su qu’il payait ces services sans pour autant recevoir de SMS, ou de code pour son compte Internet tout en voyant ses relevés bouder sa boîte aux lettres deux mois durant ! «J’ai payé ces deux services alors que je n’en ai jamais bénéficié ! Il a fallu que je fasse plusieurs réclamations auprès de mon agence pour que le siège daigne enfin me rendre les montants y afférents!», tonne-t-il avant d’ajouter en parlant de récupération, qu’on lui a prélevé également 300 DH en début d’année sans raison apparente. Le justif de cette somme concerne, comme c’est écrit noir sur blanc, une soi-disant assurance. Mais de quelle assurance s’agit-il ?, se demande naïvement ce client sachant qu’il paie, rubis sur l’ongle, l’assurance de son prêt. 
La réponse de son agence est qu’il s’agit de l’assurance de son propre  compte bancaire ! Non convaincu par ces éléments de réponse, il s’est informé auprès d’autres clients CDM, qui lui ont affirmé qu’ils ont subi la même chose mais qu’ils ont été remboursés presque sur le champ puisqu’il s’agissait d’une erreur commise au niveau du siège social de CDM. Offusqué, notre contestataire est revenu à la charge en tarabustant son agence qui a fini par envoyer une réclamation audit siège pour ne lui restituer, au final, qu’une partie de son dû et ce, huit mois plus tard! Et la goutte qui a fait déborder le vase concerne des prélèvements inopinés opérés à la veille de l’Aïd Al Adha (voir illustration ci-contre). En effet, certains clients CDM ont été déstabilisés voire scandalisés face à leurs GAB, le 2 octobre courant  en constatant que la banque leur a prélevé six fois 99 DH. Il s’agit, paraît-il, d’un pack CDM qui engloberait et frais de tenue de compte et ceux de la carte bancaire. Pavé dans la mare, si ce client a souscrit effectivement à ce pack en mai 2013, ce n’est pas de sa faute, si la banque n’a pas effectué les prélèvements en temps opportun, c'est-à-dire à la fin du trimestre. Six trimestres plus tard, la banque s’est enfin décidée à couper l’herbe sous le pied d’une partie de sa clientèle à la veille d’une fête aussi importante ! Pis, certains n’ont même pas réalisé qu’ils rentraient dans la catégorie pack dans la mesure où ils ont payé, sans coup férir, en novembre dernier les 150 DH de frais d’usage pour l’obtention de la carte bancaire.
Contacté par nos soins, le siège CDM n’a pas été en mesure de nous fournir des explications plausibles et s’est contenté de tenter de justifier les derniers prélèvements en déclarant que «la banque a le droit de récupérer son dû. Et si cela a été réalisé à six reprises, c’est sûrement que le compte n’était pas suffisamment alimenté». Ironie du sort, le compte en question n’a jamais été débiteur et a été régulièrement  approvisionné. Le constat est patent, si la banque a des droits sur sa clientèle, cette dernière en a tout autant si ce n’est plus ! Et au bout du compte, les clients n’ont pas à payer les frais des erreurs commises par la banque qui est, in fine, filiale du groupe français Crédit agricole. 

Zineb Zakaria
Samedi 11 Octobre 2014

Lu 1243 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs