Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le hooliganisme dans sa forme la plus odieuse au stade de Port Saïd : Un match et plusieurs dizaines de morts




Pour une catastrophe sportive, ç’en est bien une. Le stade de Port Saïd en Egypte a été, mercredi, la scène d’actes criminels ayant coûté la vie à 74 personnes en plus de centaines de blessés dont beaucoup sont dans un état grave. Ces violences ont éclaté à l’issue d’un match du championnat local entre l’équipe d’Al Masry de Port Saïd et le National du Caire.
Une fois que l’arbitre a sifflé la fin de cette rencontre, sanctionnée par une victoire d’Al Masry par trois buts à un, des dizaines d’excités armés d’objets tranchants ont pris d’assaut l’aire du jeu, décrochant des sprints fous pour atteindre le camp réservé aux supporteurs du club cairote. Sur leur passage, les nervis n’ont pas manqué de s’en prendre aux joueurs d’Al Ahly qui ont regagné tant bien que mal les vestiaires, sachant qu’ils ont quitté la ville de Port Saïd à bord d’un avion militaire.
Ce qui est grave, d’après les témoignages rapportés par les chaînes de télévision égyptiennes, c’est que les supporteurs d’Al Ahly ont demandé aux forces de l’ordre de les protéger, sauf que ces dernières n’ont rien voulu savoir, laissant la situation s’envenimer au point de déboucher sur 73 cadavres. Ce qui fait de la «boucherie» du stade d’Al Masry de Port Saïd le quatrième carnage, au niveau du nombre des victimes, lié au football après les drames du Pérou en 1964 (320 morts et un millier de blessés), du Ghana en 2001 (126 morts) et d’Angleterre en 1989 (96 morts).
D’aucuns ont voulu aussitôt politiser ce drame, le mettant sur le dos de la Révolution égyptienne et le climat d’insécurité qui règne dans le pays depuis la chute de l’ancien régime. Sauf qu’il faudrait savoir que les habitants de Port Saïd qui, s’estiment lésés par le pouvoir central, ne portent pas trop dans leurs cœurs les Cairotes et la venue des supporteurs d’Al Ahly n’a fait qu’attiser la tension. Ces derniers avaient reçu des garanties quant à leur sécurité de la part des organisateurs, mais sur place, d’après toujours les dires rapportés par la télévision égyptienne, ils ont été pris au piège.
Résultat des courses : la Fédération égyptienne de football a suspendu le championnat local, l’Assemblée du peuple (le parlement) devait se réunir en urgence hier, alors que le procureur général de la république a ordonné l’ouverture d’une enquête pour déterminer les causes exactes de ces incidents.
Suite à ces actes odieux et criminels portant un sacré coup à l’image du football égyptien, le patron de la FIFA, Joseph Sepp Blatter, a fait savoir dans un communiqué qu’il est «très choqué et triste d’apprendre ce soir qu’un grand nombre de fans de football sont morts ou ont été blessés. C’est un jour sombre pour le football. Une telle catastrophe est inimaginable et ne devrait pas se produire”.

MOHAMED BOUARAB
Vendredi 3 Février 2012

Lu 435 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs