Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le grand mystère des réservoirs d'eau radioactive de Fukushima

Les spécialistes ont du mal à déterminer les causes des fuites




Le grand mystère des réservoirs d'eau radioactive de Fukushima
Comment et pour quelle raison un des réservoirs d'eau hautement radioactive de la centrale de Fukushima a-t-il laissé filer 300 tonnes d'eau ? Nul n'en sait rien, pas même la compagnie gérante du complexe atomique qui rechigne à s'étendre sur ces cuves déployées par centaines.
Lundi 19 août, Tepco annonçait avoir découvert des "flaques d'eau radioactive près de réservoirs", avant de préciser plus tard que la quantité échappée était de 300 tonnes.
Le réservoir défectueux a été identifié, mais pas encore le point précis de la fuite qui durait assurément depuis des semaines, sans avoir été détectée.
"Des vérifications visuelles ont lieu deux fois par jour, les techniciens regardent si de l'eau s'est artificiellement accumulée au sol et si tel est le cas ils en mesurent la radioactivité", a pourtant assuré Tepco. Reconnaissant que le processus a cette fois failli, la compagnie a dit étudier d'autres modalités de contrôle.
 La "cause de la fuite existe probablement sur d'autres réservoirs", a reconnu M. Aizawa lors d'un entretien télévisé, ce avant que Tepco n'annonce samedi que "le réservoir qui a fui avait d'abord été installé à un autre emplacement".
Il avait été déplacé à cause d'un affaissement de dalle de béton, à l'instar de deux autres qui, du coup, devaient rapidement être vidés par précaution, sans pour autant que soit établi avec certitude le lien de cause à effet entre le démontage/remontage du réservoir et la fuite.
Dans le passé, quatre autres fuites avaient déjà été constatées. Elles étaient de moindre ampleur mais vraisemblablement liées à des soucis aux jointures.
 L'autorité de régulation nucléaire a qualifié de "grave" l'incident et l'a situé au "niveau 3" sur l'échelle internationale des événements nucléaires (Ines).
Cette décision a été prise avant que Tepco n'annonce que l'eau en question avait peut-être emprunté un petit ruisseau qui court jusqu'à l'océan Pacifique voisin, déjà pollué par les énormes quantités d'eau radioactive venant des sous-sol de la centrale et les retombées de pluie contaminée les jours suivant l'accident survenu en mars 2011 après un tsunami et séisme au large du nord-est.

Libé
Mardi 27 Août 2013

Lu 128 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs