Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement veut serrer la vis pour rétablir les équilibres macroéconomiques : L'emploi, parent pauvre de la prochaine loi de Finances




Le gouvernement veut serrer la vis pour rétablir les équilibres macroéconomiques : L'emploi, parent pauvre de la prochaine loi de Finances
Une mauvaise nouvelle peut en cacher une autre. Alors que la crise a fait déjà dévisser l'économie nationale, la lettre de cadrage du projet de loi de Finances pour 2013 tient plus d'un numéro d'équilibrisme que de ce que les observateurs attendaient avec impatience comme signaux de nature à relancer la croissance économique et, partant, l'emploi. L'économie marocaine ayant montré au cours du premier semestre de l'année 2012 des signes de ralentissement et la dégradation du déficit commercial s'étant poursuivie avec entrain alors que les recettes voyage ont enregistré une baisse sensible et que les transferts des MRE ont quasiment stagné, le serrage de vis réclamé par le chef du gouvernement ne semble pas aller dans le sens des vœux pieux qu'il a annoncés en préambule de sa lettre circulaire datée du 22 août 2012.
Pour lui, les propositions des différents départements ministériels doivent, en effet, être ajustés avec les priorités du gouvernement, à savoir l'amélioration de la compétitivité économique nationale, le soutien de l'investissement productif, la réduction des disparités sociales et territoriales, la réalisation des réformes structurelles nécessaires et l'amélioration de la gouvernance.
Parmi les grandes directives qu'il leur a données figure également la nécessité d'un redressement de la situation économico-sociale de notre pays, qui passe par des réformes importantes dans plusieurs domaines. Notamment, celui afférent aux marchés publics dont il convient de simplifier les procédures et de garantir la transparence, à la Caisse de compensation à travers la révision des prix des produits subventionnés et l'élaboration d'une stratégie qui fera profiter les couches démunies de ses subventions  et à  la réforme du système des retraites.
Les décisions que le chef du gouvernement prône semblent donc traduire davantage une volonté de retour aux équilibres macroéconomiques qu'une politique volontariste à même de permettre un retour de confiance, une relance de l'investissement productif et une amélioration de la situation sur le marché de l'emploi. A preuve, ses leitmotives visent à maîtriser et rationaliser les dépenses, augmenter les recettes, engager un  retour progressif des équilibres macroéconomiques, immuniser les ressources en  renforçant le rôle des services fiscaux et douaniers, encourager les investissements directs étrangers  (IDE) et les financements extérieurs, améliorer l'offre exportable, promouvoir la consommation des produits locaux et réduire la dépendance énergétique.
Dans sa lettre de cadrage, Abdel-Ilah Benkirane  rappelle également que la réalisation de  ces objectifs est  tributaire d'une gestion vigilante de la dette et d'une réduction du déficit budgétaire à des niveaux «acceptables». D'autre part, il y souligne que le projet de loi de Finances doit mettre l'accent sur la nécessité d'une préservation durable des avoirs extérieurs, à travers l'encouragement des investissements directs étrangers, la mobilisation des financements extérieurs et l'amélioration de l'offre exportable.
Selon M. Benkirane, cette préservation ne peut se réaliser que par la réduction progressive de la dépendance énergétique et la mise en œuvre des mesures de protection commerciale. Le chef du gouvernement appelle, en outre,  à prendre des mesures à même d'immuniser les ressources, par le renforcement du rôle des services fiscaux et douaniers dans leur recouvrement, et à donner un sérieux coup de fouet à  l'investissement.
Par ailleurs, il appelle les différents ministères et les hauts commissaires et délégués  à établir une programmation détaillée des investissements et à déterminer a priori les enveloppes budgétaires qui seront confiées aux services déconcentrés.
Il les appelle également à maintenir les recrutements à leur niveau  minimum et à disposer d'une gestion prévisionnelle des fonctionnaires et à les redéployer en vue d'éponger les éventuels déficits d'effectifs qu'ils constateraient dans certaines régions. Sur le chapitre de l'emploi, le chef du gouvernement appelle aussi à promouvoir l'auto-emploi, les activités génératrices de revenus, l'économie sociale et la précarisation de l'emploi via l'encouragement des sociétés d'intérim dans le secteur industriel.

MOHAMMED TALEB
Vendredi 31 Août 2012

Lu 561 fois


1.Posté par momo le 31/08/2012 20:21
le vis est deja serrer a foce de trops forcer il va casser ils doivent mieux reflechir et trouver des solutions plus tangibles pour sortir les marocains de cette crise qui pointe son nez avant que.......

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs