Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement jette l’opprobre sur ses élections




Après Nabil Benabdallah, c’est au tour de la Commission gouvernementale de suivi des élections de jeter l’opprobre sur les élections de la deuxième Chambre. Ladite commission  a annoncé, dans un communiqué  publié dimanche dernier, avoir «appris que certains élus sont soupçonnés de crimes électoraux liés à l’usage de l’argent pour l’achat des voix des électeurs».
Des soupçons que la justice va essayer d’en démêler le vrai du faux conformément aux lois en vigueur, a précisé le communiqué qui est, pourtant, resté muet sur l’origine de sa suspicion. Nul ne sait, en effet, si ses soupçons sont le fruit des enquêtes menées par la commission ou des plaintes déposées auprès des parquets généraux. Le document en question ne pipe également mot sur les éventuelles  arrestations et ne précise nullement si des poursuites sont en cours ou non.
Un communiqué muet et avare en informations  qui intervient 48 heures après une déclaration du secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) qui n’a pas hésité à qualifier le scrutin du vendredi 2 octobre de scandaleux en prétendant que 70% des nouveaux conseillers auraient  usé de l’argent sale pour s’assurer un strapontin au sein de cette Chambre.  S’agit-il de propos tenus par un mauvais perdant dont le parti n’a remporté que deux sièges ou de la déclaration mesurée d’un responsable politique ? Nabil Benabdallah a-t-il tenu ses propos en tant que ministre au sein du gouvernement Benkirane  ou en tant que secrétaire général du PPS, voire de simple citoyen qui vide son sac ?  «L’absence d’un communiqué de presse relayant ses propos ôte tout caractère officiel à ces derniers. Pourtant et même s’il faut prendre sa déclaration en simples paroles en l’air comme celles qui ont été souvent proférées par de simples citoyens, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit de graves accusations», nous a précisé Mohamed El Ghali, professeur de sciences politiques à l’Université Cadi Ayyad de Marrakech. Et de poursuivre que «s’il estime que ces élections ont été entachées de fraude, le PPS aurait dû  saisir la justice».    
Une action qui n’aura pas lieu puisque le secrétaire général de ce parti a reconnu lui-même qu’il ne dispose pas de  preuves tangibles incriminant les coupables. «Je ne suis pas la police et si j’avais des preuves, j’aurais déjà saisi la justice», a-t-déclaré à  Al Youm 24 avant d’ajouter : «Ce qui est sûr, c’est que les résultats des élections de la Chambre des conseillers n’ont pas traduit ceux des élections communales du 4 septembre dernier. Ce qui veut dire qu’il y a eu création de coalition et distribution massive d’argent».
Nabil Benabdallah n’est-il pas en train de faire de la surenchère politique ? «Fort probable», nous a indiqué une source sous le sceau de l’anonymat.  D’après elle, la sortie médiatique du secrétaire général du PPS n’est que la réaction logique d’un mauvais perdant qui a vu son parti relégué au second plan dans une deuxième Chambre fortement dominée par les principaux partis de l'opposition qui ont  remporté 55 sièges sur 120, contre 32 pour les partis de la majorité. Le PI et le PAM ont, en effet, remporté, respectivement 24 et 23 sièges et l’USFP et l’UC ont obtenu respectivement 5 et 3 sièges.
Du côté de la majorité gouvernementale, seul le PJD a réalisé de bons scores en remportant 12 sièges, suivi du Mouvement populaire (MP) avec 10 sièges et du Rassemblement national des indépendants (RNI) avec 8 sièges.
Pour sa part, le Mouvement démocratique et social (MDS) a remporté trois sièges, le parti Al Ahd Addimocrati et le Parti de la réforme et du développement (PRD) un siège chacun et les sans appartenance politique 8 sièges. «Pourquoi  Benabdallah a-t-il choisi de dénoncer l’usage de l’argent sale maintenant alors qu’il a gardé le silence sur les irrégularités qui ont entaché  les élections des Chambres professionnelles, communales et régionales?», s’est interrogée notre source.  Un avis que partage Mohamed El Ghali qui estime que le secrétaire général du PPS n’a réagi qu’une fois que les intérêts de son parti ont été touchés. «L’intégrité du processus électoral a été remise en question seulement après que le PPS a obtenu de mauvais résultats et cela en dit long sur les principes démocratiques qui régissent  ce parti politique», a-t-il conclu.

Hassan Bentaleb
Mardi 6 Octobre 2015

Lu 1220 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs