Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement français appelé à tenir bon et à serrer les rangs

Le député PS Malek Boutih prône le départ d'Ayrault




Le gouvernement français appelé à tenir bon et à serrer les rangs
Plusieurs ministres et élus socialistes ont appelé mardi le gouvernement à tenir bon et à serrer les rangs face aux appels lancés, y compris au sein de la majorité, en faveur d'un changement de cap et d'un remaniement.
Dans un entretien au Parisien Aujourd’hui en France, le député socialiste Malek Boutih juge la France confrontée à une "crise exponentielle" et prône le remplacement "d'urgence" du Premier ministre Jean-Marc Ayrault.
Cette sortie de l'élu de l'Essonne, situé à la gauche du PS, intervient au moment où la popularité du couple exécutif a atteint en novembre un record d'impopularité dans deux sondages distincts.
Lundi, en marge des cérémonies du 11 novembre, le chef de l'Etat a été hué lors de son passage sur les Champs-Elysées par des manifestants issus, selon le ministère de l'Intérieur, des rangs de l'extrême-droite.
Face à la montée de la fronde sociale, alimentée par le mouvement breton des "bonnets rouges" contre l'écotaxe, la CGT et FO ont mis en garde le gouvernement contre un "climat social explosif" et un sentiment de colère qui "bouillonne" en France.
Le pouvoir "doit tenir bon", a estimé mardi le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone sur RTL. "Aujourd'hui, ce dont il est question c'est de la place de la France dans l'Europe et dans le monde".
Selon un sondage Opinion Way publié lundi, deux tiers des  Français (67%) souhaitent que François Hollande nomme un nouveau Premier ministre et un nouveau gouvernement.
 "Gouverner dans un moment où  le pays traverse une crise d'identité parce qu'on ne lui a pas dit suffisamment quelles étaient les évolutions du monde et de l'Europe, c'est difficile", souligne le ministre de l'Intérieur Manuel Valls sur BFM TV-RMC. "Faut-il mieux expliquer? Bien sûr".
"Chacun doit faire preuve de très grand sang-froid notamment quand on est ministre ou qu'on est parlementaire de la majorité, c’est le moment de serrer les coudes, c'est le moment d'indiquer le cap, de faire preuve de cohésion", ajoute-t-il. "Si nous-mêmes nous créons le désordre, alors il n'y aura plus de confiance possible."
Dans les colonnes du Parisien, Malek Boutih appelle François Hollande à "remanier, accepter de s'entourer de personnalités plus fortes avec qui partager le pouvoir et qui pourront leprotéger".
Il cite entre autres Manuel Valls, la maire de Lille Martine Aubry ou Claude Bartolone comme successeurs possibles au chef du gouvernement.
"N'est-ce pas le PS qui devrait se passer de Malek Boutih d'urgence ?", écrit le ministre des Transports Frédéric Cuvillier sur son compte twitter. "La gauche a besoin d'élus courageux et solidaires."

REUTERS
Mercredi 13 Novembre 2013

Lu 577 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs