Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement fait dans le sensationnel dans sa chasse aux fonctionnaires fantômes

Un coup d’épée dans l’eau




Le gouvernement fait dans le sensationnel dans sa chasse aux fonctionnaires fantômes
La montagne a accouché d’une souris. C’est ainsi qu’on peut qualifier les premiers résultats de la circulaire du 15 janvier 2012 relative à l’absence injustifiée des fonctionnaires de l’administration. Selon une dépêche de l’Agence espagnole EFE, le gouvernement marocain a licencié 757 fonctionnaires qui s’absentaient de leur lieu de travail. Un chiffre jugé dérisoire par rapport au nombre de fonctionnaires fantômes estimé entre 70.000 et 90.000 en 2012, soit 12% de l’effectif global de l’administration publique.  Pis, ce nombre de fonctionnaires radiés demeure douteux voire contradictoire. 
En effet, le ministère de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration s’est empressé d’avancer des données sans préciser pour autant les secteurs concernés et  les fonctionnaires ciblés. C’est l’opacité totale. Ainsi personne ne sait si cette traque des fonctionnaires fantômes a visé les ministères de l’Education nationale et de l’Intérieur qui sont les plus gros employeurs de l’Administration avec 53% pour le premier et 14% pour le second. A rappeler que Mohammed El Ouafa, ancien ministre de l’Education nationale,  avait publié sur le site officiel du ministère une liste révélant l’existence de quelque 568 fonctionnaires fantômes, dont la majorité est constituée d’enseignants qui touchent mensuellement leurs salaires sans, pour autant, exercer un quelconque travail. 
Les chiffres du ministère de la Fonction publique manquent également de précision. Le département de Mohamed Moubdi a omis d’expliquer que ces chiffres ne concernaient que les fonctionnaires des ministères et de leurs services déconcentrés. Ceux des collectivités locales ne sont pas concernés par cette opération. Une absurdité puisque le gros de cette population de fonctionnaires dits fantômes se trouverait à ce niveau. C’est le cas de Casablanca, premier employeur après l’Etat, qui compte 7.000 fonctionnaires fictifs payés par le Conseil de la ville dont la masse salariale a atteint 1,32 milliard de DH en 2014, soit 43% du budget de fonctionnement prévisionnel (3,04 Mds DH).
Autre contradiction et non des moindres,  la mise en application de la circulaire du 15 janvier 2012 ne s’inscrit pas dans la même  logique que celle initiée par la politique de recrutement du gouvernement. Alors que l’actuelle campagne de traque des fonctionnaires fantômes vise l’éradication de ce phénomène qui pèse lourd dans le budget de fonctionnement de l’Administration publique, l’Exécutif a continué à grossir les rangs du personnel étatique en 2014 avec 18.000 nouveaux recrutés, ce qui équivaut, selon certaines sources, au taux des départs à la retraite. Selon le département des Finances, l’Etat a ainsi grossi les rangs de son administration, ces quatre dernières années, par des recrutements annuels moyens de 2.3291 fonctionnaires.
Une situation qui a pour effet la hausse de la masse salariale à 103,7 milliards de dirhams (13 milliards de dollars), soit une croissance des dépenses de l’ordre de 5,5%, par rapport à 2013.

Hassan Bentaleb
Mercredi 5 Février 2014

Lu 782 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs