Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement des Etats-Unis va cesser d'utiliser des prisons privées




Le gouvernement des Etats-Unis va cesser d'utiliser des prisons privées
Le ministère américain de la Justice a annoncé jeudi qu'il allait réduire et à terme mettre fin à l'utilisation de prisons privées pour les détenus fédéraux, en raison des problèmes constatés dans ces établissements.
Cette mesure ne concerne pas l'immense majorité des plus de 2 millions de prisonniers aux Etats-Unis, qui sont écroués dans des pénitenciers publics ou privés sous le contrôle des Etats et non des prisons gérées par l'administration fédérale.
Elle intervient une semaine après la publication d'un rapport officiel très critique qui avait conclu que les prisons privées étaient le théâtre de davantage de carences de sécurité et de violences, et offraient moins de chances de réinsertion.
L'annonce est un coup dur pour les trois sociétés privées concernées -- Corrections Corporation of America, GEO Group et Management and Training Corporation -- dont les cours ont brutalement dévissé jeudi en milieu de journée.
"Les prisons privées ont joué un rôle important à une époque difficile, mais le temps a démontré qu'elles ne font pas le poids face à nos propres établissements pénitentiaires", a écrit Sally Yates, une haute responsable du ministère, dans une note rendue publique jeudi.
Dans les années 1980 et 1990, les Etats-Unis ont adopté une batterie de lois d'une sévérité inédite pour accompagner la "guerre contre les drogues", jugée prioritaire.
Ces lois, désormais critiquées sur tout l'échiquier politique, ont fait exploser la population carcérale à un niveau record, avec plus de 2,2 millions de personnes derrière les barreaux, dont des légions de malades mentaux et de petits délinquants.
Le gouvernement de Barack Obama affiche désormais comme priorité de réduire cette surpopulation, au niveau des Etats comme au niveau fédéral.
En 2013, quelque 30.000 détenus fédéraux se trouvaient dans des prisons privées, sur un total de 220.000 personnes. En 2015, le nombre avait chuté à 22.600 détenus sur un total de 190.000. L'objectif fixé est de descendre encore, à 14.200 d'ici le 1er mai 2017, a indiqué Mme Yates.
La décision du ministère américain de la Justice apporte de l'eau au moulin des nombreuses organisations de défense des droits de l'Homme militant depuis longtemps pour la fermeture des prisons privées aux Etats-Unis, qui représentent un marché énorme. La pression sur les Etats sera désormais accentuée afin qu'ils se rangent à la décision de l'administration fédérale.

Samedi 20 Août 2016

Lu 193 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs