Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement continue de gratifier les syndicats de la sourde oreille


L’offre soumise par l’Exécutif tient de la peau de chagrin



Il semble que le fossé qui sépare les revendications des centrales syndicales et les propositions du gouvernement est toujours aussi large.
Selon Mohammed Dahmani, membre du bureau central de la Fédération démocratique du travail, l’offre qui a été présentée par ce dernier aux centrales syndicales est en deçà des revendications et des attentes de la classe ouvrière et des fonctionnaires. 
Et de confirmer: « Jusqu’à maintenant, tout ce qui a été présenté comme offre par le gouvernement Benkirane est dérisoire. Cela est dû à l’absence de volonté politique chez ce dernier. On sait qu’un parti au sein de la majorité a convaincu le chef du gouvernement de s’asseoir à la table des négociations avec les centrales syndicales. Et chacun a ses calculs politiques ».  
Pour Mohammed Dahmani, deux des principales revendications des centrales syndicales ne trouvent aucun écho favorable auprès du gouvernement Benkirane. Il s’agit, en l’occurrence, de la baisse de l’impôt sur le revenu et de l’augmentation des salaires. «Le Maroc est le seul pays dans la région MENA à appliquer les taux les plus élevés de l’impôt sur le revenu », a-t-il martelé.
Par ailleurs, notre source nous a affirmé que le chef de l’Exécutif n’a pas encore honoré sa promesse d’entamer un dialogue avec la FDT qui a été sciemment exclue de la réunion tenue récemment à Rabat avec les centrales syndicales dans le cadre du dialogue social. Et suite aux  protestations de la FDT, le chef du gouvernement a promis aux dirigeants de cette centrale de se réunir avec eux. « Nous attendons toujours l’invitation du chef du gouvernement», a souligné Mohammed Dahmani dans une déclaration à Libé.
Il convient de rappeler que la décision d’exclure la FDT a été fortement critiquée par cette centrale syndicale qui a pourtant obtenu la troisième place lors des élections des commissions paritaires dans le secteur public.  Selon ce syndicat, la logique démocratique veut que le gouvernement respecte sa représentativité dans le secteur public.
«La forte représentativité de la FDT dans la Fonction publique exige selon les règles démocratiques qu’elle soit un interlocuteur du gouvernement dans un dossier important concernant les salariés de ce secteur, à savoir le dossier de la retraite », a souligné la même source.
La FDT a rappelé également que le chef du gouvernement n’a jamais respecté le principe de la représentativité quand il s’agit de l’Union nationale du travail du Maroc (UNTM) proche de son parti, le PJD en l’occurrence, sachant pertinemment, que depuis son installation à la tête du gouvernement, Benkirane invitait ledit syndicat même s’il n’était pas parmi les centrales syndicales les plus représentatives avant les élections de 2015.  


T.M
Lundi 25 Avril 2016

Lu 1201 fois


1.Posté par Tarik le 24/04/2016 21:34
Le problème de l'impôt sur le revenu élevé au Maroc trouve sont origine dans le fait qu'il faut compenser le non paiement de l'impôt sur les sociétés par la majorité des PME marocaines .Le citoyen marocain pourrait retrouver du pouvoir d'achat grâce à une baisse du taux de prélèvement de l'IR si et seulement si cette baisse est compensée par le paîment de l'imôt sur les sociétés par toutes les PME marocaines. Car qui dis dépenses dis financement par des recettes équivalentes afin de ne pas creuser le déficit. Mais augmenter les salaires au Maroc nuirait grandement à la compétitivité du pays. L'avantage compétitife du Maroc réside encore dans le bas coût de sa main d'oeuvre, ce qui a encouragé bon nombre d'entreprises européennes a délocaliser au Maroc. Si nous augmentons les salaires ce sont des pays comme la Tunisie qui en profiteront!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs