Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement assène un coup fatal à l’emploi dans le textile

«72% du coût de production global est constitué par le coût du travail», dixit, Mustapha Sajid, président de l’AMITH




Le gouvernement assène un coup fatal à l’emploi dans le textile
Alors que les patrons du textile viennent de conclure  une convention avec le gouvernement, l’équivalent d’un contrat-programme pour le secteur, dans laquelle ils s’engagent à créer 100.000 emplois à l’horizon 2020, le gouvernement vient de tuer dans l’œuf cette ambition en adoptant «l’augmentation du salaire plancher».
Une mesure qui, outre de constituer une véritable entrave devant la concrétisation de cet objectif ambitieux, frappe le secteur au niveau d’un facteur clé de compétitivité, à savoir le salaire. Joint par Libé, le président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), Mustapha Sajid, nous a assuré qu’ «aujourd’hui la compétitivité se joue essentiellement sur le salaire», en expliquant que «72% du coût de production global est constitué par le coût du travail».
Insistant sur le fait que son association n’a rien contre la classe ouvrière, le président de l’AMITH a mis en exergue le préjudice que peut porter une telle mesure à la santé d’un secteur qui a hâte de retrouver les performances de ses années glorieuses.
«Tout le monde n’est pas contre l’amélioration du niveau de vie des employés, mais la compétitivité des entreprises sera mise à mal par une telle décision», a-t-il dit avant de s’interroger : Comment les entreprises nationales «déclarées» peuvent-elles concurrencer, une Egypte qui a un SMIG équivalent à 110 euros, ou la Bulgarie et la Roumanie -pays de l’Europe de l’Est qui sont en train de doubler le Maroc- avec un SMIG très compétitif inférieur à 165 euros ?
Une question sans réponse pour les textiliens. «La majorité des entreprises du textile ne vendent que de la main-d’œuvre», a regretté le patron de l’AMITH en expliquant qu’ «on n’a pas d’autres facteurs clés de succès, le seul facteur qui joue en notre faveur est la proximité aux marchés européens».
 Et d’ajouter qu’outre la proximité avec l’Espagne et la France qui sont nos principaux clients, le Maroc joue la carte du savoir-faire qu’il a acquis au fil des années  dans cette filière. «Nous avons un savoir-faire indéniable . Une employée qui travaille depuis 15 ans, 20 ans ou plus a quand même acquis un savoir-faire important. C’est pour cela que les gens viennent  travailler chez nous au lieu d’autres pays qui n’ont pas ce savoir-faire ». Ainsi, selon lui, cette décision risque de mettre à mal ce facteur «sur lequel le Maroc a capitalisé ».
Répondant à la question de savoir si les donneurs d’ordre peuvent basculer vers d’autres pays, Sajid a été clair : il s’agit là d’un business, c’est très possible ; la Roumanie nous a déjà pris quelques commandes.
 «Si on avait un prix du travail plus bas, on aurait pu profiter du Printemps arabe et de la fuite des investisseurs qu’ont connue les pays  bouleversés par ces événements à l’image de l’Egypte et la Tunisie», a-t-il déploré en affirmant qu’«on est trop cher».
Et de conclure que «la stabilité politique est là, mais malheureusement la compétitivité nous fait toujours défaut».
Interrogé par Libé sur l’éventualité d’une destruction des emplois dans ce secteur suite à l’augmentation de cet essentiel facteur de production, le président de l’Association des textiliens   nous a répondu qu’il n’est pas en mesure de prédire une telle éventualité sans pour autant écarter cette possibilité.
 «Logiquement les gens vont fuir à cause des charges supplémentaires et des problèmes salariés», a-t-il conclu. 
 

Mohammed Taleb
Mardi 6 Mai 2014

Lu 754 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs