Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement Benkirane lance sa chasse aux sorcières

Les fonctionnaires sommés d’expliquer leur absence le jour de la grève




Le gouvernement Benkirane lance sa chasse aux sorcières
Le gouvernement Benkirane est passé à l’acte en mettant à exécution ses menaces de représailles à l’encontre des fonctionnaires qui ont pris part à la grève générale de mercredi dernier. 
Selon des sources syndicales de la FDT, des fonctionnaires du  secteur de l’enseignement ont affirmé avoir reçu des lettres d’explication leur demandant de justifier leur absence le jour de la grève qu’ils ont observée à l’appel des principales centrales syndicales dont la FDT, la CDT, l’UGTM, l’UMT et l’ODT.
Ainsi, au lendemain du débrayage, les fonctionnaires de l’enseignement primaire à Settat ont-ils reçu, des lettres ainsi libellées : «Pourquoi vous n’avez pas travaillé le mercredi 29 octobre 2014? ». 
Les centrales syndicales ont, dans ce sens, conseillé à leurs adhérents de répondre que ce jour-là, ils avaient exercé leur droit de faire grève conformément aux dispositions de l’article 29 de la Constitution de 2011. 
Une source de l’UGTM a indiqué, hier, que les grévistes du département de l’Equipement et du Transport ont reçu la même lettre et une autre source appartenant à l’UMT nous a confirmé la même information, en précisant que le recours du gouvernement Benkirane à ces mesures constitue un prélude à des ponctions sur les salaires des grévistes. 
Il convient de préciser que pareille mesure est catégoriquement rejetée par les centrales syndicales en l’absence de toute base juridique justifiant son application puisque la loi organique définissant les modalités d’exercice de ce droit auquel se réfère l’article 29 de la Constitution n’a pas vu le jour jusqu’ici . «C’est lamentable que ce gouvernement qui a tellement affirmé qu’il respectait le droit à la grève, agisse de la sorte », a souligné ce syndicaliste de l’UMT. Et d’ajouter que ce ne sont pas seulement les syndicalistes de la Fonction publique qui sont la cible de ces mesures de représailles, mais également les grévistes du secteur privé. A ce propos, ce syndicaliste nous a cité l’exemple de deux sociétés privées, l’une à Rabat et l’autre à Settat, qui ont pris la décision d’expulser les travailleurs au seul motif qu’ils ont pris part à ce mouvement de protestation. 
Par ailleurs, une source de la chaîne de télévision 2M a qualifié d’«absurde» la prise de position de Benkirane contre la participation des journalistes des télévisions publiques à la grève générale de mercredi dernier, ajoutant que cela atteste du fait que le parti majoritaire prône une «pensée unique» que tout média sérieux et objectif a le devoir de dénoncer et de contrecarrer. 
Il convient de rappeler que le gouvernement et son porte-parole avaient proféré des menaces pour dissuader tant les fonctionnaires que les salariés de participer à la grève générale. «Le gouvernement, tout en faisant endosser aux syndicats qui ont appelé au débrayage la  responsabilité de cette décision, n'acceptera aucune atteinte à la liberté du  travail, ni aucun préjudice aux intérêts des citoyens», avait déclaré Mustapha Khalfi, quelques jours avant la grève. Mais en dépit de toutes ces menaces, la grève a fait un tabac puisque le taux de participation a dépassé les 80 %.  

Mourad Tabet
Mercredi 5 Novembre 2014

Lu 1245 fois


1.Posté par SALAH DINE le 04/11/2014 18:12
Il vient de creuser la tombe du PJD lors des prochaines élections. Une lettre explicative fera plaisir aux partis de l'opposition qui se frotteront les mains car (MATQICH FLOUSSI) est l'adage de tous les fonctionnaires.

2.Posté par Belhajilali le 06/11/2014 20:19
La mesure prise par le ministère n'a aucun fondement juridique ,elle est repressive.
Ce qu'il faut savoir c'est que le ministère contourne la loi et somme les chefs des établissements réunis dans les locaux des délégations régionales de lui fournir la liste des absents.Par conséquent,certains directeurs , trouillards et/ou complices,au lieu de refuser et dire qu'il n'y avait que des grévistes ,fournissent la liste demandée .Ainsi pour le MEN,le tour est joué.C'est d'ailleurs pourquoi les lettres explicatives suivies des amputations de salaires ne sont pas envoyées à tout le monde.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs