Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement Benkirane dans la ligne de mire de Médecins sans frontières : Un rapport de cette ONG dénonce la violence envers les Subsahariens




Le gouvernement Benkirane dans la ligne de mire de Médecins sans frontières : Un rapport de cette ONG dénonce  la violence envers les Subsahariens
Le gouvernement Benkirane est encore une fois dans la ligne de mire des ONG. Cette fois-ci, les critiques émanent non pas d’une organisation de la société civile marocaine mais de « Médecins sans frontières » (MSF).
Cette ONG a, en effet, dénoncé dans un rapport de 42 pages publié avant-hier sous le titre « Bloqués aux portes de l’Europe », les conditions de vie « précaires» et « la violence criminelle et institutionnelle généralisée sur la santé des migrants subsahariens en situation irrégulière qui se trouvent pris au piège au Maroc lors de leur voyage vers l’Europe ».
« Les efforts renouvelés de coopération entre le Maroc et l’Espagne dans la lutte contre le crime transfrontalier, l’immigration illégale et le trafic de stupéfiants, ont des conséquences graves sur la santé physique et mentale des migrants subsahariens », comme l’a précisé David Cantero, coordinateur général de MSF au Maroc. « Les politiques migratoires privilégient des critères de sécurité qui priment sur le respect et les garanties des droits de l’Homme fondamentaux », rapporte un communiqué de presse de MSF.
La même source a ajouté que depuis le mois de décembre 2011, « les équipes de MSF ont été témoins de la recrudescence des rafles policières au cours desquelles les effets personnels des migrants sont détruits, ainsi que d’une augmentation des expulsions vers l’Algérie des personnes détenues, parmi lesquelles se trouvent des groupes vulnérables tels que des femmes enceintes, des blessés et des mineurs ». Et d’ajouter : « Aux rafles et aux déportations indiscriminées, il faut également ajouter la violence répétée avec laquelle les migrants qui tentent de sauter la clôture de Mellilia sont repoussés par les forces de sécurité marocaines et espagnoles. Pour la seule année 2012, les équipes de MSF se trouvant dans la région orientale - qui comprend Nador, ville voisine de Mellilia - ont pris en charge plus de 1.100 personnes blessées ».
Le rapport évoque également « des violences sexuelles » que subissent surtout les femmes et les fillettes migrantes, et que MSF a traité, entre 2010 et 2012, environ 700 femmes qui « nécessitent une prise en charge spécialisée. Or, elles ne reçoivent pas l’assistance ou la protection adéquate nécessaire de la part des autorités ».
MSF a exhorté les gouvernements marocain et espagnol « à mettre fin aux abus exercés par les forces de sécurité, de respecter les accords internationaux et nationaux en matière de droits de l’Homme et de garantir que les  migrants subsahariens soient traités humainement, quelle que soit leur situation légale ».
MSF a également exhorté le gouvernement marocain à mettre fin à la violence des forces de sécurité, à permettre aux migrants d’accéder aux soins de santé, à prendre en charge la santé mentale, et à protéger et assister les victimes des violences sexuelles, entre autres.

M.T
Vendredi 15 Mars 2013

Lu 481 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs