Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement Benkirane à l’épreuve du 1er Mai

Pour l’USFP, «l’Exécutif mérite la défiance»




Le gouvernement Benkirane à l’épreuve du 1er Mai
«Une occasion de plus pour dire et redire le déphasage du gouvernement Benkirane avec les revendications de la classe ouvrière et les attentes des démunis ». Dans les rangs de l’opposition, on est formels. Les défilés de ce jeudi 1er Mai 2014 seront loin d’être une tradition respectée, un exercice consacré, une figure imposée. 
Après trois années de pouvoir, l’usure de ceux et celles aux commandes  est palpable. Le  président de la Commission administrative de l’Union socialiste des forces populaires, Habib El Malki,  en est convaincu : sous le gouvernement actuel, soutient-il, rien de concret n’a été fait pour rassurer les travailleurs.  
Les griefs se bousculent et ont un seul dénominateur commun, celui de la précarisation et de la paupérisation des couches populaires. « Mais pas seulement. Les pauvres sont encore plus pauvres. Et  les couches moyennes qui ne sont pas mieux loties s’appauvrissent. A cela, il faut ajouter l’aggravation de la précarisation psychologique et matérielle des jeunes en âge de travailler! », s’exclame ce membre fondateur de la CDT. Entre hausse des prix des hydrocarbures,  celle incontrôlée des produits alimentaires et gel des salaires, la gravité de la crise sociale est dans toutes les têtes, sur toutes les bouches.  «Cet Exécutif sème tous azimuts des bombes à retardement dont les conséquences seront très coûteuses. Nous avons affaire à un gouvernement qui investit dans l’instabilité à court et moyen termes. C’est d’autant plus grave qu’il manque de vision et de méthode», fait valoir ce membre du Bureau politique de l’USFP.
Le ministre de l’Emploi et des Affaires sociales, Abdesslam Seddiki, a beau rassurer les partenaires sociaux, affirmer haut et fort que les revendications des centrales syndicales sont légitimes,  témoigner de l’engagement du gouvernement auquel il appartient dans l’aboutissement du dialogue social, syndicats et partis de l’opposition affichent leur scepticisme voire leur rejet de rounds de négociations qu’ils qualifient de « pseudo-dialogue social ». «Ce à quoi nous assistons est un dialogue de circonstance, de nature infantile. 
 
Quand le gouvernement sème des bombes 
à retardement
Peut-on traiter sérieusement les grands dossiers, trouver les solutions les plus justes et les plus adaptées uniquement à la veille du 1er Mai? Force est de le reconnaître. 
Le gouvernement Benkirane n’écoute personne et ne dialogue avec personne», affirme l’Usfpéiste Habib El Malki.
Et c’est dans l’union que trois syndicats  -la Fédération démocratique du travail (FDT), la Confédération démocratique du travail (CDT) et l’Union marocaine du travail (UMT)- ont décidé de riposter à l’indifférence gouvernementale. Les trois centrales comptent célébrer la fête du travail derrière le même slogan «Unis et mobilisés pour réaliser les revendications légitimes de la classe ouvrière et pour faire face à tous les défis ».
Unité encore et toujours, les trois syndicats ont décidé de prononcer un discours commun lors des défilés qui seront organisés jeudi 1er Mai à travers le pays. Une déclaration finale commune à la FDT, la CDT et l’UMT devrait en principe être lue. Autant d’actions unitaires pour signifier toute l’inquiétude de la classe ouvrière, du peuple des travailleurs et du Maroc qui se lève tôt.  
Un nouveau round du dialogue social devait reprendre aujourd’hui mardi sur fond d’augmentation –déjà contestée par le patronat-  du SMIG. Une augmentation de 10% et qui interviendrait en tranche de 5% dès le mois de juillet prochain.
«L’union pour signifier aussi à l’opinion publique que ce gouvernement méprise toute forme de protestation légitime. Le mensonge et la surenchère sont sa règle de conduite. C’est un gouvernement qui mérite la défiance», conclut ce ténor du parti de la Rose. 

Narjis Rerhaye
Mardi 29 Avril 2014

Lu 967 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs