Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le général Haftar nommé à la tête de l'armée du gouvernement reconnu en Libye

L’ONU arrache un accord pour une reprise du dialogue jeudi au Maroc




Le général Haftar nommé à la tête de l'armée du gouvernement reconnu en Libye
Le général controversé Khalifa Haftar, hostile aux islamistes, a été nommé lundi à la tête des forces armées loyales au Parlement libyen reconnu par la communauté internationale, une décision qui risque de rendre encore plus difficile toute solution politique dans ce pays profondément divisé.
Haftar, 72 ans, s'autoproclamait déjà chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), une force paramilitaire formée notamment d'officiers ayant fait défection de l'armée de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, qui combat depuis plusieurs mois les groupes islamistes dans l'est de la Libye.
Cette annonce intervient alors que la Libye plonge chaque jour un peu plus dans le chaos. Le pays est dirigé par deux Parlements et deux gouvernements rivaux: l'un, proche de la coalition de milices Fajr Libya, siège à Tripoli, l'autre, reconnu par la communauté internationale, est installé à Tobrouk (est).
En le faisant chef de l'armée, les autorités installées à Tobrouk, d'abord ouvertement opposées au général, reconnaissent le statut d'homme fort qu'il a acquis en quelques mois.
Mais les pays occidentaux, qui appellent de leurs voeux l'instauration d'un dialogue en Libye, ont rejeté l'idée de soutenir les forces de Haftar, craignant d'aggraver les divisions, Fajr Libya excluant toute implication du général dans une future solution politique.
Dans ce contexte, l'"officialisation" de Khalifa Haftar comme chef de l'armée risque de compliquer davantage la tâche de l'ONU - artisan d'une tentative de dialogue entre parties rivales.
En parallèle, et dans ce qui paraît comme un geste de bonne intention devant la communauté internationale, le Parlement reconnu a décidé de reprendre sa participation au dialogue. Il l'avait suspendue la semaine dernière, arguant de pressions de pays occidentaux pour intégrer des islamistes dans un futur gouvernement d'union.
Cette décision a été annoncée après une rencontre avec Bernardino Leon qui s'est rendu également à Tripoli pour rencontrer des représentants du Congrès général national (CGN, Parlement sortant) réactivé par Fajr Libya.
A Tripoli, le vice-président du CGN Salah al-Makhzoum a annoncé dans la soirée qu'un "accord a été trouvé" pour la reprise du dialogue libyen jeudi au Maroc. Plusieurs observateurs soulignent toutefois que tout effort de dialogue semble vain si Fajr Libya et les forces de Haftar ne se mettent pas autour d'une même table. Or jusqu'ici, les "ailes dures" des deux camps rejettent tout dialogue avec la partie adverse.  

AFP
Mercredi 4 Mars 2015

Lu 456 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs