Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le front social contre le gouvernement Benkirane se met en place

FDT et CDT unies pour préserver les acquis et conforter l’action culturelle




Le front social contre le gouvernement Benkirane se met en place
Un front social contre le gouvernement Benkirane est, semble-t-il, en train de prendre forme. Exacerbées par la politique antisociale et antipopulaire que l’Exécutif ne cesse de mener depuis deux ans, trois grandes centrales syndicales, en l’occurrence  la Fédération démocratique du travail (FDT), la Confédération démocratique du travail (CDT) et l’Union marocaine du travail (UMT) se sont montrées déterminées à s’y opposer énergiquement en fédérant leurs efforts et leurs actions.
Jeudi, ces trois grandes centrales syndicales se sont réunies à Dar Al Mouhami (Maison de l’avocat) à Casablanca pour passer en revue les politiques publiques dans le domaine social mises en œuvre par le gouvernement Benkirane et les réformes qu’il compte engager concernant les caisses de retraite et de compensation.
C’est la deuxième réunion que tient cette commission de coordination composée des membres dirigeants de ces centrales syndicales depuis sa constitution dans l’objectif d’analyser la situation politique et sociale et de proposer un programme de contestation pour faire face à la politique antisociale de l’Exécutif.
Selon le communiqué de presse publié à l’issue de la réunion de  jeudi, les trois centrales syndicales ont exprimé leur rejet catégorique « des décisions unilatérales prises par le gouvernement concernant les systèmes de retraite et visant à imposer aux salariés de travailler plus longtemps et de cotiser davantage pour une maigre pension ». Ils ont rappelé que la réforme des systèmes de retraite a été l’une de leurs revendications depuis les années 80. Selon eux, toute réforme de ces systèmes doit être globale pour « préserver la cohésion sociale, et garantir les équilibres sociétaux et une retraite digne pour tous les fonctionnaires et les salariés, tout en sachant que la responsabilité des dysfonctionnements structurels profonds des systèmes de retraite incombe, en grande partie, à la mauvaise gestion de l’Etat », a précisé la même source.
Les centrales syndicales ont, par ailleurs, mis en garde le gouvernement contre l’« aggravation de la tension et contre les atteintes à la paix sociale ».
Selon Abderrahmane Azouzi, secrétaire général de la FDT, les bureaux exécutifs des trois centrales syndicales tiendront, prochainement, une réunion pour discuter des formes de protestation et des actions à entreprendre pour contrer la politique antisociale et antipopulaire du gouvernement surtout que celui-ci a gelé le dialogue social avec les syndicats et refuse d’appliquer des dispositions de l’accord signé en 2011 sous le gouvernement d’Abass El Fassi même si certaines dispositions dudit accord n’avaient aucune incidence sur le budget de l’Etat.
A rappeler que le Premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachguar, avait appelé, lors d’une visite historique au siège central de l’UMT il y a presque un an, les centrales syndicales les plus représentatives à former un front social pour contrer la politique de paupérisation du gouvernement. Laquelle politique, selon Driss Lachguar, ne pénalise pas seulement les couches sociales défavorisées, mais également les classes moyennes, ce qui risque d’engendrer des tensions sociales. 
                                                                                                                                                                                                                     Mourad Tabet

Driss Lachguar : Les décisions gouvernementales constituent une sérieuse menace pour la stabilité du Maroc

Le front social contre le gouvernement Benkirane se met en place
L’union fait la force. Le Syndicat démocratique de la culture, affilié à la FDT et le Bureau national unifié de la culture relevant de la CDT ont fusionné hier à la salle Bahnini à Rabat. 
A l’ouverture  du congrès de fusion placé sous le thème « L’union et la fusion, préservation des acquis et élévation  de l’action culturelle », le Premier secrétaire du parti, Driss Lachguar accompagné des membres du Bureau politique, a annoncé que l’USFP  qui n’a cessé depuis toujours de soutenir  la classe ouvrière et de défendre ses revendications légitimes, ne ménagera aucun effort pour contrer l’offensive contre le pouvoir d’achat des citoyens menée par le gouvernement Benkirane. Le Premier secrétaire a saisi cette occasion pour rappeler l’approche sociale adoptée par la direction du parti fondée sur la coordination des efforts et l’unité des actions syndicales des Centrales, et ce pour faire face aux décisions impopulaires du gouvernement qui portent atteinte au pouvoir d’achat de l’ensemble des Marocains et attisent la tension sociale, constituant  ainsi une sérieuse menace pour la stabilité sociale des ménages.
Pour sa part, Aicha Taki, membre du bureau central de la FDT, a plaidé pour davantage de solidarité et d’unité pour s’opposer aux décisions antisociales  à venir  du gouvernement dont les effets s’étendront aux  fonctionnaires et aux employés. Il s’agit en effet de lourds dossiers, à leur tête ceux de la réforme des systèmes de retraite, de la réforme fiscale, de la promotion, de la formation et de notation.
De son côté, au nom de la commission préparatoire du congrès de fusion, Radouane Cherkaoui a indiqué que les deux organisations syndicales sont conscientes de la nécessité de privilégier la raison en cette étape qui revêt une grande importance au niveau national et sectoriel.  De ce fait, ils ont procédé à l’élaboration d’une stratégie commune  pour promouvoir l’action syndicale, en vue de défendre au mieux les acquis et les droits et contribuer  ainsi au développement économique et social, a-t-elle poursuivi.
La fusion entre les deux organisations syndicales constitue un tournant historique qui marquera sans aucun doute l’action syndicale au sein du ministère de la Culture et qui établira  les fondements, sans conteste, d’un nouveau concept rompant avec les pratiques d’antan.
A l’issue des travaux du congrès, Radouane Cherkaoui a été élu à l’unanimité secrétaire général du Syndicat démocratique de la culture,  de même qu’il a été procédé à l’élection de manière consensuelle d’un Conseil national de 120 membres et d’un bureau national.  
                                                                                                                                                                                                                         A.R

Libé
Samedi 25 Janvier 2014

Lu 4340 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs