Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le football national entre réalités et perspectives d’avenir




Le football national entre réalités et perspectives d’avenir
Lors de son passage sur Radio Mars, le président de la FRMF, Fouzi Lakjaâ, a  bien choisi le moment pour dresser un état des lieux de la situation footballistique nationale, un bilan de mi-saison sportive qui coïncide avec la trêve, le mercato hivernal et la CAN 2015.
C’était donc une opportunité pour ceux qui s’intéressent de très près au football national de revenir sur les moments forts de ce débat nécessitant encore analyses et commentaires.
Synthétisons d’abord ce qui s’est passé lors de cette émission.
C’est d’abord ce problème FRMF/CAF dont le verdict sera prononcé après la fin de la CAN qui a ouvert le débat. Un casse-tête en pleine foulée d’un grand chantier dont le président de la FRMF a tenté de rappeler les grandes lignes. Le débat est devenu plus intéressant lorsque le président de la FRMF a commencé à donner des réponses concrètes. Selon lui, des sommes colossales ont été déjà investies en infrastructures sportives, et plusieurs travaux ont étés lancés dans nombre de villes du Royaume (stades, pelouses, éclairage). Il a aussi évoqué les décisions fermes qui ont étés prises à propos de l’arbitrage, la circulaire concernant le contrôle financier adressée aux clubs de LNFP, les travaux déjà entamés avec ANEFM sur l’éthique du métier d’entraîneur  et l’intervention en personne du président de la FRMF  pour régler ce problème de définition des rôles au sein de l’organigramme de la DTN .
Quel regard ou quelle réflexion pourrons-nous apporter sur ce débat en vue de participer à la concrétisation d’une vision d’avenir pour notre football ?
Partons de ce raisonnement cité lors de l’émission et qui affirme que les problématiques du football national sont connues et qu’un diagnostic de la situation ne sera qu’une perte de temps. 
Alors quelles sont ces vraies problématiques  sur lesquelles il y a aujourd’hui consensus ? Peut-on les énumérer et les hiérarchiser ? Comment l’étude de certaines d’entre elles pourra –t-elle servir à l’identification des facteurs sous jacents (causes) qui les ont  engendrée ?
Prenons comme exemple, celle du terrain sur laquelle il y a, peut être, aujourd’hui consensus et qui se manifeste d’ailleurs, avec acuité, à chaque fois que la période du mercato arrive :
« Insuffisance ou absence de joueurs de haut niveau au sein de nos championnats nationaux  ».  
Les nostalgiques, eux, parlent d’une pénurie en faisant référence au bon vieux temps où il y avait les « Maalmines » (les patrons dit l’autre). Pourtant, les conditions de  pratique n’étaient pas assez bonnes comme elles le sont aujourd’hui.
 Le public sportif marocain est un amoureux du football. Il aime le spectacle footballistique de qualité qui est tributaire, bien sûr, de joueurs de qualité.
Des joueurs qui font vibrer les stades, des moments de liesse comme ceux qu’a connus le football national avec des joueurs de la trempe de Larbi Ben Barek, Pitchou ,  Faras, Acila, Dolmy, Timoumi, Aziz Bouderbala, Haddaoui, Krimou, Naybet, Homan, Said Ghandi, Najah, Mustafa Hadji, Hadrioui, Namris, Bassir, Bousati, Oualad 2 et la liste est longue .
Une telle réalité nous oblige aujourd’hui à réfléchir sur le pourquoi de la chose, et selon nous un double diagnostic s’impose : 
Un diagnostic technique couplé d’un autre d’ordre managérial.
Le premier consiste à établir une évaluation des différentes potentialités des joueurs de nos championnats toutes catégories confondues  (Equipe nationale locale de chaque catégorie de joueurs par exemple), situer leurs points forts, leurs points faibles et chercher à définir leurs profils respectifs  afin de les comparer à ceux qui sont en avance sur nous aussi bien sur le plan continental qu’international. Un diagnostic qui servira à l’élaboration des programmes de formation unifiés dans les clubs ou dans les futurs centres de formation pour réduire les écarts existants.
Le second, quant à lui, nous renvoie directement au club.
Il sera donc pointé du doigt comme étant le lieu où se pose cette problématique maîtresse mentionnée  (insuffisance en joueurs de haut niveau).
 Une cueillette de données à ce niveau là, permettra de dégager les problématiques communes (dénominateurs communs) à la majorité des clubs et celles spécifiques selon le contexte et l’environnement de chacun d’entre eux :
Comment se définit un club ? Sa structure ? Ses composantes ? Sa politique ? Ses projets ?  Ses dirigeants et leurs motivations (?!) Sa gestion financière et administrative ? Sa stratégie de communication ? Sa politique de formation ? Son infrastructure sportive ? Ses terrains d’entraînement pour l’équipe première et pour les catégories de jeunes ? Son encadrement technique ?, etc.
L’encadrement technique ? Un diagnostic dans le diagnostic, est-ce que nos encadreurs et/ou nos techniciens n’ont-ils pas eux aussi leur part de responsabilité dans la manifestation de la problématique en question (absence de joueurs de haut niveau) .
 A-t-on besoin ou non de diagnostic pour affirmer ou non que : 
« Le club, ses dirigeants et son encadrement technique ont été les responsables d’un système très défaillant de formation et de préparation de la relève de notre football.» 
Aujourd’hui encore, le football national tente de renouer avec ce passé qui a fait la fierté de tout un peuple, une quête d’identité qui nécessite des efforts pour identifier et mettre hors-jeu tous ceux qui ont fait beaucoup de mal à ce football.
Déjà sur le plan technique, des mesures ont été entamées par la DTN. Des outils de contrôles, seront bientôt mis en place pour choisir les compétences nécessaires à la réalisation du projet technique national indispensable au décollage et à la mise à niveau de notre football. Fini le temps de l’irrationnel et du relationnel. Les intrus quitteront sûrement le champ de jeu puisqu’ils n’auront pas les compétences requises d’adaptation à un mode de fonctionnement technique qui sera installé.
Sur le plan managérial,  nous pensons que tout projet ne peut couronné de succès  que si certaines conditions de pratique footballistique sont réunies. Certains clubs (disciplinés) ont déjà commencé leur restructuration, mais pour plusieurs d’entre eux, beaucoup de travail reste encore à faire (...)
 C’est pourquoi une urgente réactivation des exigeantes du cahier des charges édicté aux clubs de la LNFP par la FRMF s’avère déterminante. 
L’enjeu, tout l’enjeu réside, donc, dans la rationalisation de la formation dans ces clubs en vue d’une autosuffisance en joueurs de haut niveau aptes à animer un championnat de haut niveau pour le bien de nos sélections  nationales.
Autrement dit, il s’agit de mettre en place un système capable de nous assurer autosuffisance et pérennité en joueurs de haut niveau. C’est le socle sur lequel il faut bâtir le moyen et le long termes (une construction dans la durée)
Les objectifs à court terme et le besoin immédiat  de résultats, cela nécessite de la patience et de la raison puisqu’il s’agit de chercher et de trouver ce qu’il y a de meilleur à travers la palette de ressources dont on dispose …
Ceci dit,  est-ce que la FRMF n’a pas le droit de contrôler aussi bien  le fonctionnement des clubs que les moyens qu’elle a déjà mis à leur disposition afin de les aider à acquérir progressivement autonomie et transition vers le professionnalisme ?
Une stratégie pourra être développée dans ce sens pour agir avec force et fermeté contre toute forme de résistance au changement. Le football a plus que jamais besoin de ses hommes, ceux qui ont un vécu, un savoir et un savoir-faire dans la discipline.
Malheureusement ce volet se trouve aujourd’hui écarté et paralysé même  par certaines lois caduques ayant généré certains profils vraiment bizarroïdes.
 La résolution d’une telle problématique nécessite une réflexion à propos de nouvelles lois compatibles avec le projet du professionnalisme en question.
La haute performance c’est une affaire de professionnels : Un message adressé  implicitement à certains pseudo-dirigeants qui sont à des années-lumière des réformes souhaitées. 

Par Salah Benazzouz
Jeudi 5 Février 2015

Lu 596 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs