Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le fonds de garantie «Daman Assakan» se met en marche : Attijariwafa bank courtise les classes moyennes




Le fonds de garantie «Daman Assakan» se met en marche : Attijariwafa bank courtise les classes moyennes
Faire d'une pierre deux coups. L'intervention de l'Etat à travers le fonds de garantie «Daman Assakan» vise à donner un nouveau souffle au secteur de l'immobilier qui commence à donner des signes d'essoufflement, mais aussi permettre aux classes moyennes (dont il est d'ailleurs difficile de trouver une définition qui requiert l'unanimité) d'accéder au logement à des conditions moins contraignantes.
Au-delà de ce contexte, Attijariwafa bank prend sérieusement une longueur d'avance sur la concurrence. Elle est la première à lancer un crédit immobilier dédié exclusivement à la classe moyenne. Pour le moment, aucune banque n'a exprimé son adhésion à ce projet destiné aux classes moyennes, mais elles vont certainement se lancer dans la course dans les semaines à venir.
Le montant du prêt est plafonné à 800.000 dh avec une durée de remboursement pouvant atteindre 25 ans. Les bénéficiaires peuvent aussi financer la totalité du coût global d'acquisition ou de construction de leur logement.
Pour promouvoir ce produit immobilier, le groupe Attijariwafa bank a signé à cette occasion deux conventions de partenariat. La première a été conclue avec la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (DNPI), alors que la deuxième a été conclue avec Addoha, principal promoteur immobilier au Maroc. Dans une déclaration en marge de cette cérémonie, Taoufik Hjira a fait savoir que "l'objectif de ce produit est de faire bénéficier une large frange de la société marocaine, à savoir la classe moyenne, des conditions préférentielles d'un prêt de logement".
Il a également tenu à préciser que le lancement de "Miftah Assaâd", s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la convention signée février dernier à Fès pour l'élargissement du fonds de garantie au profit de la classe moyenne.
Les conditions d'éligibilité ne sont pas très claires, mais cette question sera clarifiée avec le temps. Les gens se demandent déjà si la paperasse sera aussi fracassante qu'avec le Fogarim à ses débuts. Lorsqu'il est annoncé que le crédit peut s'élever jusqu'à 800.000 DH, il est important de savoir à partir de quel salaire le demandeur de crédit peut être satisfait?
Sur un autre registre, Attijariwafa bank promet des taux d'intérêt les plus attractifs sur le marché. En fait, ils restent négociables et découlent aussi de l'avance du candidat au crédit «Miftah Assaâd». En dépit de ses interrogations, Attijariwafa bank reste la première banque qui a osé, dans un contexte d'incertitude financière et économique qui commence à peser sur l'économie marocaine, lancer un produit à même de soulager aussi bien les demandeurs de crédit que les promoteurs immobiliers.
L'initiative de la première banque privée du Maroc est plus que louable. Il faut reconnaître que le Maroc de 2009 compte encore énormément de bidonvilles. Au moins, un ménage sur dix ne dispose pas de logement décent. Etant donné que le rythme de construction demeure en-dessous de la moyenne de progression de la demande, le développement de logements destinés aux classes moyennes doit être incontestablement une priorité. Il s'agit là, à l'évidence, d'un moyen de  lutte contre l'exclusion sociale et la précarité des Marocains.
Le ministère de tutelle, qui semble avoir réussi sa mue, en mettant en place le Groupe Al Omrane et plusieurs partenariats avec le privé, mène encore des réflexions après la mise sur pied de Daman Assakanpour, à la fois, pour préparer, croit-on savoir, un engagement fort en matière de construction des logements en faveur des couches à revenu intermédiaire et lutter contre la spéculation et la hausse des prix.
Si, pour le moment, beaucoup reste à faire dans l'économique et le moyen standing; dans le résidentiel, en revanche, le Maroc impressionne par la cadence et la qualité des projets. Mais les perspectives de ce secteur, en l'occurrence, demeurent incertaines et les professionnels parlent même de crise sur se segment.
Par ailleurs, l'activité immobilière a connu cette dernière décennie un dynamisme
L'amélioration et le développement des activités liées à la construction témoignent de la bonne santé du secteur. Les crédits immobiliers ont connu une poursuite de leur tendance haussière, mais les statistiques les plus récentes confirment un renversement de la tendance, d'où la nécessité  de faciliter l'accès des couches à revenu intermédiaire, limité ou irrégulier au financement.
De leur côté, les promoteurs immobiliers doivent rompre avec des pratiques qui ont démontré leur caractère dangereux. Imposer le paiement d'une partie en noir pousse des milliers de Marocains à écarter l'achat d'un appartement. La spéculation sur les prix du foncier est aussi dangereuse que la pratique du « noir». De surcroît, la crise financière s'est sérieusement répercutée sur les Marocains résidant à l'étranger qui luttent pour survivre dans les pays d'accueil et ne sont plus en mesure de faire des épargnes à même de leur permettre d'investir dans l'acquisition d'immobilier au Maroc. Il suffit de constater le chômage qui grimpe en Espagne et en France et qui frappe essentiellement les Marocains pour se rendre compte de cette réalité.

Mohamed Kadimi
Samedi 21 Mars 2009

Lu 941 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs