Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le financement paternaliste du cinéma en France entrave la liberté de création

Selon Abdellatif Kechiche, Palme d’Or à Cannes pour “La Vie d’Adèle”




Le financement paternaliste du cinéma en France entrave la liberté de création
Le financement “paternaliste” du cinéma français entrave la liberté de création, a regretté dans un entretien à l’AFP Abdellatif Kechiche, Palme d’Or à Cannes pour “La Vie d’Adèle”, souhaitant que la France s’inspire du modèle américain.
“Aux Etats-Unis, on considère le cinéma comme une industrie. Il est indépendant de l’Etat et les producteurs savent qu’ils ont besoin du cinéma d’auteur, de sa créativité, de sa nouveauté. Ils le financent et prennent des risques en le finançant parce qu’ils savent (...) qu’il y a peut-être une grande oeuvre qui va naître de ce cinéma-là”, a estimé M. Kechiche qui présentait “La Vie d’Adèle” au festival “Les films de Cannes à Bucarest”.
Ce long métrage qui raconte la rencontre et la passion de deux jeunes femmes (Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux), vient de sortir aux Etats-Unis et dans plusieurs pays européens.
“En France, pour le financement des petits films, on nous donne l’impression que c’est de la mendicité (...) On finance les petits films en les cadrant et, finalement, ils ne sont pas de véritables films d’auteur, on les oblige à entrer dans un cadre, qu’il s’agisse du minutage ou de l’histoire qu’ils racontent”, a déploré le cinéaste franco-tunisien.
“Souvent, le réalisateur (...) ne fait qu’accompagner son pauvre film, en essayant de sauver les meubles”, a-t-il encore regretté.
“Je me pose la question de l’implication de l’Etat dans le financement des films” en France, confie-t-il, rappelant que deux de ses long métrages les plus audacieux, “La Vie d’Adèle” (2013) et “L’Esquive” (2004), œuvre subtile qui met à mal les clichés sur les cités, ont été réalisés sans financement d’Etat.
Se considérant comme “le poisson qui est passé à travers les mailles d’un filet” parce qu’il a eu la chance de rencontrer au bon moment des gens qui ont cru en lui et à ses projets, il estime que “les hommes politiques ne savent pas de quoi ils parlent quand ils parlent de cinéma”.

 La solution idéale serait selon lui de nommer “des gens qui ont une véritable expérience de producteurs” à la tête des institutions cinématographiques.
“Le système de financement public fait que le véritable producteur n’existe pratiquement plus en France”, ce qui “nuit à la liberté de création“, regrette M. Kechiche.

AFP
Vendredi 8 Novembre 2013

Lu 103 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs