Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le film marocain “C’est eux les chiens” primé en Espagne

10ème édition du Festival du cinéma africain de Cordoue




Le film marocain “C’est eux les chiens” primé en Espagne
La 10ème édition du Festival du cinéma africain de Cordoue (FCAT), tenue du 11 au 18 octobre dans la ville andalouse, a consacré le long-métrage “C’est eux les chiens” (2013, 85’) d’Hicham Lasri.
Le jury, composé des critiques de cinéma Olivier Barlet (Africultures), Beatriz Leal (New York African Film Festival) et Alfonso Crespo, a décerné le Griot du meilleur long-métrage de fiction au film marocain. Le prix le plus important de cette manifestation, organisée par l’Association “Al Tarab”,  dédiée aux cinématographies africaines.
Au-delà de la qualité du film, réalisé et produit au Maroc, et de son récit, le jury a été séduit par  “sa façon d’étonner en permanence le spectateur, de l’amener sur des terrains inconnus, tout en prenant à bras-le-corps à la fois le poids de l’histoire du pays et les mouvements récents de la société, les corruptions et les déviations médiatiques”, souligne-t-il.
Pour autant, le choix n’a pas toujours été facile pour le jury. Et pour cause, cette catégorie  comptait de “nombreux films innovants et étonnants, “de sorte que le choix a été extrêmement difficile.
Interprété par les comédiens Hassan Badida, Yahya El Fouandi et Imad Fijjaj, entre autres, “C’est eux les chiens” raconte l’histoire de Majhoul, un vieil homme emprisonné en 1981 pendant les émeutes du pain au Maroc, quand le peuple descendit dans la rue pour réclamer un changement social, suggère le synopsis.
“Libéré 30 ans plus tard, en plein Printemps arabe, Mahjoul doit faire face à une nouvelle réalité, à une société différente et à l’évolution technologique”.
Maintenant qu’il est libre, l’ancien prisonnier politique doit chercher sa place dans le monde actuel. “ Une équipe de télévision publique qui réalise un reportage sur les mouvements sociaux au Maroc, croise Majhoul dans la rue alors qu’il est à la recherche de sa famille et de sa nouvelle identité”.
En l’absence du réalisateur, c’est Yahya El Fouandi, acteur principal du film, qui a reçu le prestigieux prix lors de la cérémonie de remise des prix.
Il est à souligner qu’un autre film marocain figurait parmi les huit autres productions en compétition. Il s’agit du long-métrage «Mouhawala fachila li taarifi el hob», du réalisateur Hakim Belabbes.
Notons que d’autres films ont été également primés lors de la cérémonie de clôture. Il s’agit notamment des films sénégalais “Milles soleils” et algérien “Les jours d’avant”, qui remportent respectivement le Griot du meilleur documentaire et le prix du court-métrage.
On retiendra aussi que cette édition-anniversaire a été ponctuée, huit jours durant, par la projection de 70 films représentant 32 pays, des rencontres professionnelles et une exposition de photographie lors des activités parallèles ouvertes à tous les publics.

Alain Bouithy
Mardi 22 Octobre 2013

Lu 316 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs