Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le film “Tokyo Kazoku “ remporte l’Epi d’Or




Le film “Tokyo Kazoku “ remporte l’Epi d’Or
Le grand prix, “L’Epi d’or’’, de la 58ème édition du Festival international du film de Valladolid (Seminci, 19-26 octobre), a été décerné au film “Tokyo Kazoku” (Une famille de Tokyo), du réalisateur Yôji Yamada, a annoncé samedi le jury de cette manifestation marquée cette année par la participation du Maroc comme invité d’honneur.
Le 2ème prix est revenu au long métrage “Run & Jump” de Steph Green, a indiqué le jury présidé par Raoul Peck (Haiti), et qui comprenait notamment le réalisateur marocain Nabil Ayouch, Ana Torrent, Thomas Bidegain et Nuria Vidal.
Le prix de la meilleure interprétation a été attribué à Nora Navas pour son rôle dans le long métrage “Todos queremos lo mejor para ella” (Nous voulons tous le meilleur pour elle), alors que celui du meilleur acteur a été décerné à Zbigniew Walerys, protagoniste du film polonais “Papusza”, des directeurs Joanna Kos-Krauze et Kkrzysztof Krauz, qui ont obtenu le prix de la meilleure réalisation.
Plusieurs films étaient en lice dans la section officielle ‘’long-métrage’’ du festival, dont “Zéro” du réalisateur marocain Noureddine Lakhmari.
Dans la catégorie ‘’court-métrage’’, l’Epi d’or a été décerné à “Boles”, de Spela Cadez, alors que le deuxième prix est revenu à “El Juego de la Memoria”‘, de Chris Landreth. Un total de 26 films marocains étaient programmés lors de cet événement cinématographique qui a consacré une de ses rétrospectives au “Cinéma marocain du 21ème siècle”.
Cette 58ème édition a été marquée par la projection de 17 longs métrages marocains, trois documentaires et six Courts-métrages.
Parmi les longs métrages figuraient notamment “Ali Zaoua” de Nabil Ayouch, “A Casablanca, les anges ne volent pas” de Mohamed Asli, “Les yeux secs” de Narjis Nejjar, “Mémoire en détention” de Jilali Ferhati et “Casanegra” de Nour Eddine Lakhmari.
Pour ce qui est des courts métrages programmés lors de ce festival, on cite “Amal” de Ali Benkirane, “Courte la vie” d’Adil El Fadili , “Quand ils dorment” de Maryam Touzani, “Sur la route du Paradis” d’Uda Benyamina, “Mokhtar” de Halima Ouadiri et “La main gauche” de Fadil Chouika. Le grand prix de l’édition 2012 de la Seminci avait été remporté par le long-métrage “Les chevaux de Dieu” de Nabil Ayouch.

MAP
Mercredi 30 Octobre 2013

Lu 145 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs