Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

« Le fil sous la neige » présente « Les colporteurs » à la Place Al Amal : Ballet aérien à Agadir




« Le fil sous la neige » présente « Les colporteurs » à la Place Al Amal : Ballet aérien à Agadir
De drôles de filles-libellules et hommes-araignées tissés à différentes hauteurs ont pris possession de la place Al Amal, à Agadir, où ils offrent à voir un spectacle de cirque d’une splendeur impressionnante.
Jusqu’au 31 juillet prochain, « Le fil sous la neige » propose un ballet aérien  à couper le souffle qui ne laisse pas indifférent le public gadiri.
 Bien au-delà de l’exploit technique, pourtant bien réel, sept funambules sous un chapiteau créent une chorégraphie dans les airs, un chant des corps à sept voix, sensible et féerique.
Ce spectacle, mis en scène par Antoine Rigot et accompagné musicalement par le groupe « Wildmimi Antigroove Syndicate », évoque les émotions qui jalonnent l’existence et où les frontières du possible  reculaient… « Aujourd’hui, nous créons un spectacle qui explore les émotions, les obstacles et les défis qui jalonnent l’existence. Une évocation poétique du parcours où chacun de nous chemine.
« C’est ce câble d’acier de douze millimètres que nous avons choisi comme scène ; il dessine un sentier très étroit suspendu sous la toile du chapiteau. Quand nous dansons sur lui, il vibre. Cette vibration est le passeur entre le funambule et le public. C’est notre langage, il est terriblement fragile, il flirte avec l’impossible, peut être un passage entre rêve et réalité, c’est le jeu de l’équilibre, c’est le langage du funambule », déclare le metteur en scène dans le site du groupe.
Ces drôles de filles-libellules et hommes-araignées en costumes de tous les jours prennent tous les risques. Des risques subtils et pas tape-à-l'oeil qui traduisent la précarité de l'équilibre, la tentation toujours présente de la chute.
Rapports de force, rapports complices ou rapports affectueux sont ici mis en scène en une symbiose rare avec la musique jazz-rock du trio WAS.
Tout est fragile, tout peut basculer ou rebondir toujours... Telle est la voie qu'explore Antoine Rigot, le patron de la compagnie, tombé de bien trop haut il y a sept ans déjà, désormais séparé de son fil...
Du samedi 18 au vendredi
31 juillet 2009.
Place al Amal à 21h30.

L
Lundi 29 Juin 2009

Lu 368 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs