Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le droit à la vie, c’est capital

Le Maroc persiste et signe dans son abstention de voter l’abolition de la peine de mort




Le Maroc s’est abstenu à nouveau de voter en faveur du projet de résolution relatif à l’abolition de la peine de mort dans le monde adopté par la Troisième commission onusienne chargée des questions sociales, humanitaires et culturelles.
Ce projet a été approuvé par 115 pays, 38 contre et 31 abstentions…
L'Assemblée générale de l’ONU avait déjà adopté, en séances plénières, des moratoires sur la peine capitale en 2007, 2008, 2010, 2012 et 2014.
Suite à la nouvelle abstention du Maroc, le Collectif marocain contre la peine de mort a exprimé son regret tout en relevant que celle-ci fait fi des différents appels et pétitions nationales et internationales.
Selon un communiqué de presse rendu public récemment, ledit collectif indique que la position marocaine est  en contradiction avec la teneur de l’article 20 de la Constitution qui dispose que «le droit à la vie est le droit premier de tout être humain » et que «la loi protège ce droit ».
La même source a considéré que cette position illogique suscite l’étonnement et la stupeur, car elle contredit plusieurs engagements internationaux et régionaux du Royaume.
Elle espère donc voir celui-ci réviser sa position et voter en faveur de ce projet de résolution lors de la séance plénière que l’Assemblée générale de l’ONU tiendra à la mi-décembre 2016.
Le Collectif a, par ailleurs, salué la position de plusieurs partis politiques, des groupes parlementaires, des syndicats et des associations de la société civile qui ont plaidé pour l’abolition de cette peine et il les a encouragés à consentir davantage d’efforts de plaidoyer pour pousser le Maroc à s’engager positivement dans les efforts onusiens visant à mettre fin à la peine capitale partout dans le monde.
Dans une déclaration à Libé, Largou Boubkeur, président de l’OMDH, a, pour sa part, mis en avant le fait que son organisation et ledit Collectif mènent une campagne de plaidoyer auprès des partis politiques et ont rencontré l’USFP, le PPS, le PAM en vue de les inciter à soutenir fermement l’abolition de la peine capitale au Maroc, précisant que si cela advenait, ce serait «le plus beau cadeau que le Maroc puisse offrir au monde à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des droits de l’Homme ».
Les associations nationales des droits de l’Homme et le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) espèrent voir le Maroc voter en faveur du projet de résolution onusienne surtout qu’il figure parmi les pays abolitionnistes de fait, car la dernière exécution à mort remonte à 1993.
Il convient de rappeler qu’en 2015, lors de la 28ème session du Conseil des droits de l’Homme (2 au 27 mars 2015 à Genève), le secrétaire général du CNDH, Mohammed Sebbar, avait affirmé que « la peine de mort demeure une peine non dissuasive qui est parfois utilisée à des fins politiques et n’est point compatible avec les tendances modernes des politiques punitives», tout en ajoutant «la nécessité d’harmoniser la législation pénale nationale avec les instruments internationaux des droits de l’Homme auxquels le Maroc adhère».  Il convient également de rappeler que la peine de mort fait partie de l’arsenal juridique de nombre d’Etats sans qu’ils ne l’appliquent dans les faits. Il s’agit du Maroc,  de l’Algérie, de Brunei Darussalam, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Centrafrique, de la Corée du Sud, de l’Erythrée, du Ghana, de Grenade, du Guatemala, du Kenya, du Laos, du Libéria, du Malawi, des Maldives, du Mali, de la Mauritanie, du Myanmar (Birmanie), du Niger, de la Papouasie Nouvelle Guinée, de la Russie, du Sri Lanka, du Swaziland, du Tadjikistan, de la Tanzanie, du Tonga, de la Tunisie et de la Zambie.
57 autres pays prévoient cette peine et l'appliquent dans les faits. Notamment les Etats-Unis, la Chine et plusieurs pays arabes tels que l’Arabie Saoudite, la Jordanie et le Liban.
7 Etats prévoient l'application de cette peine uniquement pour les crimes exceptionnels  et non pour les crimes de droit commun et 105 pays l’ont totalement abolie.

Mourad Tabet
Samedi 3 Décembre 2016

Lu 1100 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 02/12/2016 19:19
'' Le droit à la vie est capital ! Mais la peine capitale de même pour ceux qui ôtent la vie aux autres ! ''

Comme disait la célèbre Mme Laudy Student .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs