Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le drame des migrants divise l’Europe

La principale gare de Budapest prise d’assaut à sa réouverture




La publication des photos du corps sur une plage turque d'un petit garçon mort noyé après le naufrage de deux embarcations de réfugiés syriens tentant de rallier la Grèce suscitait des réactions d'horreur mercredi soir dans la presse et sur les réseaux sociaux.
Les deux bateaux étaient partis dans la nuit de la ville côtière turque de Bodrum à destination de l'île grecque de Kos lorsqu'ils ont chaviré, ont indiqué les garde-côtes turcs dans un communiqué publié sur leur site Internet.
Rapidement prévenus par les cris des naufragés, les sauveteurs ont repêché douze corps sans vie dont celui d'un garçon âgé de quelques années, dont les photos ont envahi les réseaux sociaux sous le mot-dièse îKiyiyaVuranInsanlik ("l'humanité échouée" en turc).
L'une d'entre elles montre le corps de l'enfant, tee-shirt rouge et short bleu, face contre terre, sur une des plages de la station balnéaire de Bodrum. L'autre un gendarme turc en uniforme le portant devant la mer.
A Budapest, des centaines de migrants ont pris d'assaut, jeudi matin, la principale gare immédiatement après sa réouverture par la police, mais le départ des trains pour l'Europe occidentale restait suspendu, a constaté un journaliste de l'AFP.
L'entrée principale a été rouverte vers 08H15 (06H15 GMT) et de nombreux migrants -- parmi les quelque 2000 qui étaient bloqués à Budapest depuis mardi -- ont afflué vers un train à quai.
Dans le chaos le plus total et en l'absence de la police, les migrants se sont poussés et même bagarrés pour tenter de monter à bord du train.
Une annonce par haut-parleur a cependant précisé qu'aucun train international ne quitterait la gare de Keleti "pour une période indéterminée".
"Dans l'intérêt de la sécurité des transports ferroviaires, la compagnie a décidé que les liaisons directes entre Budapest et l'Europe occidentale ne seraient pas en service jusqu'à nouvel ordre", ont annoncé les Chemins de fer hongrois dans un communiqué.
La Hongrie est devenue une plaque tournante pour les migrants, dont 50.000 ont afflué dans le pays pour le seul mois d'août, dans l'espoir de poursuivre leur périple vers l'Allemagne et d'autres pays d'Europe occidentale.
En Bulgarie, 125 étrangers ont été interpellés par les autorités bulgares dans la capitale Sofia pour avoir franchi illégalement la frontière sans avoir fait de demande d'asile, a annoncé jeudi le ministère de l'Intérieur. Ils vont être interrogés et pourraient obtenir le statut de réfugiés, a déclaré le secrétaire général du ministère de l'Intérieur, Gueorgui Kostov.
Le président du Conseil européen Donald Tusk a mis en garde jeudi matin contre une "division entre l'Est et l'Ouest de l'Union européenne" sur l'accueil des réfugiés, juste avant de recevoir à Bruxelles le Premier ministre hongrois Viktor Orban, dont le pays est devenu une plaque tournante pour les migrants.
"Pardonnez-moi pour la simplification, mais il y a comme une division entre l'Est et l'Ouest de l'Union européenne", s'est inquiété M. Tusk lors d'un discours devant les ambassadeurs de l'UE jeudi matin.

Vendredi 4 Septembre 2015

Lu 428 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs