Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le documentaire «Sacro Gra» de Gianfranco Rosi décroche le Lion d’or

La Mostra de Venise dévoile le palmarès de la 70ème édition




Le documentaire  «Sacro Gra»  de Gianfranco  Rosi décroche  le Lion d’or


Le palmarès de la 70ème édition du Festival de cinéma de Venise a été dévoilé ce week-end. Un palmarès déjouant tous les pronostics.
En effet, le jury présidé par Bernardo Bertolucci a décerné, samedi soir, le Lion d’or du meilleur film (la plus haute récompense de ce rendez-vous cinématographique) à un documentaire: « Sacro Gra ». Une première dans l'histoire du Festival de cinéma de Venise qui a ignoré tous les favoris annoncés par les médias.
Réalisée par Gianfranco Rosi, cette production italienne est un documentaire sur des personnes vivant le long du périphérique de Rome.
La consécration de ce documentaire âpre et exigeant  est une bonne nouvelle à bien des égards pour le cinéma italien qui n’a plus décroché la récompense suprême depuis 1998. La dernière fois, ce fut avec le film «Cosi ridevano» du réalisateur Gianni Amelio.
Le jury de la Mostra a également récompensé d’autres productions tout aussi intéressantes. Ainsi, le Grand prix du jury a été attribué au film chinois «Jiaoyou» (Stray Dogs, Chiens errants) du réalisateur Tsai Ming-Liang. Tandis que le Lion d'argent du meilleur réalisateur est revenu au grec Alexandros Avranas pour «Miss Violence» et le prix spécial du jury à Philip Gröning pour « La femme du policier ».
Les prix de la meilleure actrice  et du meilleur acteur ont été décernés respectivement à Elena Cotta pour « Via Castellana Bandiera » d'Emma Dante et à Themis Panou pour son rôle dans « Miss Violence ».
Le meilleur scénario est revenu à Steve Coogan et Jeff Pope pour le film «Philomena» du cinéaste britannique Stephen Frears. Alors que le Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune interprète a été décerné à Tye Sheridan  pour son rôle dans Joe.
Enfin, le Prix Luigi de Laurentiis du premier film a été attribué à « White Shadow » de Noaz Deshe et le Prix Orizzonti au film « Eastern Boys » de Robin Canpillo.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la nouvelle édition du plus vieux Festival du monde a offert un palmarès « radical » et « choc et toc », comme le faisait remarquer la presse italienne et qui, de toute évidence, a surpris tout le monde. Y compris les fins observateurs du 7ème art.
En plus d’être marquée par des films à l'aspect documentaire très fort, cette édition a tout simplement rappeler au monde du cinéma que les temps changent.
Emu et agréablement surpris, le réalisateur italien a dédié sa consécration aux personnages de son film qui l'ont laissé entrer dans leurs vies.
Certains en sont devenus des protagonistes sans le savoir, a déclaré Gianfranco Rosi. Avant de remercier le jury et particulièrement son président  qui a eu le courage de primer un documentaire.

Alain Bouithy
Lundi 9 Septembre 2013

Lu 282 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs