Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le document consacré au Nord et au Sud-Kivu : RDC : le rapport qui dérange




Le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir hier à huis clos pour évoquer l’embargo sur les armes à destination de la République démocratique du Congo. Pour se faire une idée de la situation, les diplomates disposent du dernier rapport du groupe d’experts de l’ONU chargé de surveiller cet embargo. Ce rapport encore confidentiel est principalement consacré au Nord et au Sud-Kivu. Dans ces deux provinces, les enquêteurs des Nations unies constatent que les opérations militaires contre les FDLR n’ont pas permis de démanteler la rébellion hutue rwandaise. Bien au contraire, pour se venger, les rebelles ont multiplié ces derniers mois les crimes contre les populations de l’Est congolais. RFI a pu se procurer une copie de ce rapport qui dérange de nombreux pays. Il est parfois plus facile de manœuvrer sur les collines des Kivus qu’au siège des Nations unies. C’est en substance ce que les enquêteurs de l’ONU doivent se dire actuellement.
Premier pays à être monté au front contre le contenu de leur dernier rapport : l’Ouganda. Kampala siège en ce moment au Conseil de sécurité et n’apprécie pas du tout d’être désigné comme l’un des hauts lieux de transit de l’or exploité illégalement par les FDLR dans l’est de la RDC. Selon nos informations, la Chine, qui est notamment pointée du doigt pour des ventes d’armes à Kinshasa, a également tout fait pour retarder la publication du rapport. Manœuvre dilatoire à peine voilée, Pékin a demandé à ce que le document soit traduit dans les quatre langues des membres permanents du Conseil avant d’être étudié.
Le rapport gêne également la France, les Etats-Unis, la Russie et la Grande-Bretagne. Par exemple, Paris n’a jusque-là jamais voulu transmettre aux enquêteurs la moindre information sur les FDLR vivant en France, Washington bloque toujours lorsqu’il s’agit de coopérer sur les comptes bancaires américains du CNDP et Londres accepte mal de voir des hommes d’affaires britanniques impliqués dans des trafics de minerais publiquement indexés.

MFI
Jeudi 26 Novembre 2009

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs