Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le dirham fait de l’ombre au dinar algérien dans les camps de Tindouf




Les habitants comptent de plus en plus sur les fonds provenant de nos provinces du Sud pour assurer leur subsistance

Selon des informations publiées par un média proche du Polisario sous le titre ‘’ La normalisation économique’’, les habitants des camps de Tindouf  comptent de plus en plus sur des fonds provenant des provinces marocaines du Sud, pour continuer à vivre. 
La première de ces données est le fait que des dignitaires du Front Polisario effectuent des transferts de fonds du Maroc par des voies irrégulières vers les camps de Tindouf. L’enquête effectuée par ledit média indique que le revenu essentiel des membres du pseudo-comité permanent du Front provient de legs  gérés par leurs proches au Maroc. L’un des membres de la direction du Front, a déclaré à ce propos : «  Le Front ne me donne rien, tous mes besoins sont couverts à partir du Maroc ». L’auteur de l’article précise que les hauts responsables du Front occupant des postes sensibles vivent sur des fonds qui leur proviennent du Maroc à travers des intermédiaires ayant des attaches des deux côtés de la frontière maroco-algérienne. Les intermédiaires transporteraient des fonds jusqu’à la frontière avec la Mauritanie d’où ils les acheminent vers Tindouf.
Le média dévoile d’autres informations selon lesquelles, le Polisario dépense des centaines de millions de centimes en devises pour payer les voyages aux nombreux étrangers actifs dans le domaine des droits de l’Homme et qui le soutiennent, sans oublier les montants importants qu’il dépense en frais de déplacements des soi-disant  séparatistes de l’intérieur pour leur permettre de participer aux séminaires et autres conférences. L’enquête rapporte que les bureaux de la RAM à Laâyoune, Marrakech et Casablanca seraient devenus le lieu de  rendez-vous d’individus qui détestent le Maroc mais qui contribuent secrètement à son développement en y déversant des centaines de milliers de dollars. L’enquête fait état d’une nouvelle vague d’immigrations dans les rangs des jeunes des camps qui s’évadent vers le Royaume où ils passent plusieurs années profitant de nombreux avantages sociaux tout en y lançant des projets, avant de retourner d’où ils sont venus. C’est ainsi, ajoute l’enquête, qu’ils reviennent aux camps à bord de véhicules de luxe et en possession d’importants fonds leur permettant de bâtir un nouvel avenir.
L’enquête précise que 300 jeunes Sahraouis au moins ont quitté clandestinement  les camps de Tindouf vers le Maroc, en 2009 et cette vague s’est poursuivie les années suivantes malgré les mises en garde de la direction du Polisario et que le dirham marocain s’impose dans les camps de Tindouf et concurrence les autres monnaies que sont l’euro et le dinar algérien. L’auteur de l’enquête indique également que les sahraouis provenant d’Europe  ont déclaré préférer transiter par Tanger avant d’atteindre le passage Guerguerat, confirmant aussi qu’ils sont mieux traités au Maroc que dans les ports algériens où ils subissent des pressions et où ils sont très mal accueillis et maltraités par les autorités algériennes.




Ahmadou El-Katab
Lundi 20 Février 2017

Lu 2298 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito








www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs





Publicité

Pour vos Publicités sur le site
contactez admin@libe.ma