Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le directeur du site Lakome appréhendé par diffusion d’une vidéo à relents terroristes

Pour le SNPM, la liberté de la presse doit s’exercer dans le strict respect de l’éthique de la profession




Le directeur du site Lakome appréhendé par diffusion d’une vidéo à relents terroristes
Les réactions ne se sont pas fait attendre. Dès l’annonce de l’arrestation du directeur de la publication de la version arabophone de Lakome, le journaliste Ali Anouzla, pour avoir diffusé une vidéo d’AQMI, plusieurs organisations professionnelles et politiques ont pris position à ce propos.
Le Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) a affirmé dans un communiqué qu’il défend et milite pour la liberté de la presse et des droits de l’Homme, mais qu’il condamne fermement toute incitation à la violence et au terrorisme et tout appel, à travers la presse et les moyens de communication, à des actes criminels.
Pour le SNPM, la liberté de la presse doit s’exercer dans le strict respect de l’éthique de la profession et implique de s’abstenir de diffuser et de véhiculer toute information comportant une incitation à la violence, au terrorisme et au meurtre, rappelant que toutes les chartes et les déontologies professionnelles de par le monde, ainsi que les principes universels des droits de l’Homme, tout comme les lois de différents pays, incriminent ce genre d’actes commis par la presse.
Le SNPM a, par ailleurs, souligné son attachement au respect des procédures juridiques, estimant que tout développement auquel conduiraient les investigations dans ce dossier doit se faire dans le respect de la loi régissant la presse et l’édition.
Le Rassemblement national des indépendant (RNI) a, pour sa part, condamné les « appels incitant à la violence, à la haine et au terrorisme aveugle par des milieux hostiles au processus démocratique engagé au Maroc.  C’est un acte criminel abominable qu‘on doit combattre avec fermeté ».Selon une déclaration de son porte-parole à la MAP, ce parti exhorte « l'ensemble des composantes de la société à la vigilance et à la mobilisation pour faire face au discours de la haine incitant à la violence et au terrorisme afin de protéger le processus démocratique dans le pays et défendre ses institutions et constantes ». Et d’ajouter que « ces appels surviennent alors que la nation arabe et islamique traverse une conjoncture décisive, ce qui dénote la volonté de milieux terroristes hostiles à la démocratie et à la liberté d'exécuter leurs plans destructeurs au préjudice de la stabilité et du développement des peuples, en ciblant le droit à la vie et en tentant de saper les institutions de l'Etat à travers l'incitation à la violence et la propagation du discours de la haine aux antipodes des religions révélées et des valeurs et principes du droit international humanitaire ».
Le bureau politique du Mouvement populaire (MP) a tenu une réunion extraordinaire pour examiner ce sujet. Il a dénoncé dans un communiqué publié à l’issue de cette réunion « une pratique irresponsable qui n’a aucun lien avec le travail », une pratique « qui épouse et colporte un discours terroriste et sert vraisemblablement un agenda terroriste ». Le MP a invité les Marocains à faire preuve d'une extrême vigilance et à contrecarrer les tentatives et actes de nature à menacer la sécurité et la stabilité du Royaume.
Le Mouvement démocratique et social (MDS) a, lui aussi, dénoncé, hier, la diffusion par Lakome de la vidéo d’AQMI qu’il a considérée comme «un appel franc et une incitation à commettre des actes terroristes au Royaume». Il a estimé qu'il s'agit là d'«une apologie du terrorisme dont la sanction criminelle est prévue par la législation en vigueur».
Dans un communiqué relayé par la MAP, le parti s'est également «insurgé contre la propagande qui est ainsi faite à un mouvement terroriste qui n'a d'autres objectifs que la violence et la perpétration d'attentats».
Pour le MDS, ce genre d'attitude «portent atteinte à l'unité nationale, à la souveraineté et à l'intégrité territoriale du Royaume (...), usent et abusent des espaces de liberté et de démocratie confortés et élargis par la nouvelle Constitution pour se faire les instruments de groupements et d'officines dont l'hostilité est établie à l'endroit du Maroc».
Tout en condamnant fermement ces comportements irresponsables, le MDS a appelé «à la vigilance et à la mobilisation pour contrecarrer ces manœuvres et neutraliser les auteurs de ces agissements par l'application sévère de la loi».
Il convient de préciser, par ailleurs, que le ministère de la Justice et des Libertés a annoncé, via un communiqué de presse, que le gouvernement attaquera El Pais en justice en Espagne, pour avoir  diffusé cette vidéo d’AQMI sur son site Internet.
Selon la même source, le ministre de la Justice et des Libertés, Mustapha Ramid, a contacté son homologue espagnol, Aberto Ruiz-Gallardon, pour lui faire part de la « préoccupation » de Rabat.
Du côté du journal espagnol, silence radio. Il n’a fait jusqu’à présent aucune déclaration à propos  de la démarche du gouvernement marocain.
C’est tout de même curieux qu’El Païs ait choisi de ne pas parler des développements connus  par cette affaire.

M.M
Jeudi 19 Septembre 2013

Lu 859 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs