Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le diplomate nippon aura fort à faire pour faire : Yukiya Amano succède à ElBaradeï à l’AIEA




Le diplomate japonais Yukiya Amano succède ce mardi à Mohamed ElBaradeï à la tête de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et aura fort à faire pour sortir de l’ombre de l’Egyptien qui s’en va après douze ans de mandat.
A 62 ans, le nouveau directeur général de l’AIEA présente un profil de technocrate réservé. De l’avis des diplomates et des observateurs, sa pratique de la fonction devrait être moins politique que celle de son prédécesseur, en première ligne lors de la montée vers la guerre en Irak ou dans la crise du nucléaire iranien.
Amano, qui compte à son actif plusieurs décennies au service de l’Etat japonais, s’est spécialisé dans les questions de désarmement nucléaire multilatéral et de non-prolifération.
Successivement en poste à Washington, Bruxelles, Genève et Vientiane, la capitale du Laos, il a également participé à la négociation de l’extension du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) en 1995 puis du Traité d’interdiction des essais nucléaires (CTBT) l’année suivante.
Yukiya Amano a été difficilement élu cet été après quatre tours de scrutin, avec le minimum de voix requis et sans le soutien des pays en développement, qui le jugent trop aligné sur les Etats-Unis. Il s’est engagé à partager les ressources de l’agence onusienne de façon équilibrée entre la lutte contre la prolifération et le développement du nucléaire à des fins économiques et médicales. Cet équilibre, il le juge nécessaire pour que l’AIEA ne soit plus affaiblie par son image de “gendarme mondial du nucléaire”.
“En tant que Japonais, je ferai de mon mieux pour prévenir la propagation des armes nucléaires”, a-t-il cependant dit après son élection, le 2 juillet dernier.
Amano s’installe à la tête de l’AIEA alors que l’accord proposé par l’agence pour atténuer les tensions dans la crise du nucléaire iranien semble caduque.
L’agence de Vienne suggérait que l’Iran transfère les trois-quarts de ses stocks d’uranium faiblement enrichi en Russie puis en France pour y être enrichis et transformés avant de revenir sous forme de barres de combustible pour le réacteur nucléaire de Téhéran, qui sert à des projets médicaux.
Mais la république islamique semble avoir rejeté cette proposition. Et Téhéran, qui avait révélé en septembre l’existence jusque-là clandestine d’une seconde usine d’enrichissement près de la ville sainte de Qom, a annoncé dimanche la construction de dix nouveaux sites d’enrichissement en riposte à l’adoption par l’AIEA d’une résolution condamnant son défaut de coopération.
Sur son bureau de directeur général de l’AIEA, Amano va trouver d’autres dossiers; au sommet de la pile, la Corée du Nord et la Syrie qui sont autant de symptômes des difficultés de l’AIEA à faire respecter la non-prolifération nucléaire.
Pyongyang s’est retiré des pourparlers à six sur une dénucléarisation de la péninsule coréenne (et associant, outre les deux Corées, la Russie, la Chine, le Japon et les Etats-Unis), a mis un terme aux inspections de l’AIEA, relancé son réacteur de Yongbyon et procédé à des essais nucléaires.
De son côté, la Syrie coopère a minima avec l’AIEA depuis plus d’un an. L’agence s’intéresse à des informations émanant de services de renseignement suggérant que Damas a essayé de construire un réacteur clandestin produisant du plutonium sur un site bombardé en 2007 par l’aviation israélienne.
Amano devra aussi répondre aux attentes d’une soixantaine de pays qui demandent à bénéficier d’une aide pour pouvoir produire de l’électricité nucléaire sans en passer par la maîtrise de l’enrichissement de l’uranium - qui peut aussi être utilisé à des fins militaires.


AFP
Mercredi 2 Décembre 2009

Lu 184 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs