Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le diagnostic du Centre marocain de conjoncture suite à la hausse des prix des produits pétroliers : Pression sur le pouvoir d’achat et risque de retour à la spirale inflationniste




Le diagnostic du Centre marocain de conjoncture suite à la hausse des prix des produits pétroliers : Pression sur le pouvoir d’achat et risque de retour à la spirale inflationniste
Intervenant dans un contexte économique particulièrement contraignant, la hausse des prix intérieurs appliqués aux produits pétroliers de grande consommation ne cesse de susciter, depuis son annonce, interrogations et inquiétudes dans les milieux d’affaires mais aussi au niveau des ménages et de toutes les catégories de consommateurs. Outre l’effet de surprise parfaitement compréhensible en de pareilles circonstances, le sentiment d’appréhension tient en premier lieu à l’ampleur de la hausse qui a été fixée à 20% pour l’essence, à 14% pour le gasoil et à 26% pour le fuel. La moyenne de la hausse pour l’ensemble des produits pétroliers s’établit ainsi à la suite de cet important réajustement des prix à 13,3%, soit la plus forte hausse des prix intérieurs de ces produits enregistrée, en une seule fois, depuis plusieurs années.  
Le contexte conjoncturel dans lequel cette mesure est prise semble, en second lieu, peu propice compte tenu des faibles perspectives de croissance résultant non seulement des contre-performances, maintenant avérées, du secteur agricole, mais aussi de la dégradation de la demande externe. Le taux de croissance projeté pour l’ensemble de l’année s’établirait dans la meilleure des hypothèses autour de 3%, marquant ainsi un repli de 2 points par rapport à l’exercice précédent. Pesant sur les coûts et le pouvoir d’achat, les hausses affectant les produits énergétiques sont de nature à contrarier, dans une telle situation, toute dynamique de redressement de l’activité que ce soit à travers l’investissement, la consommation ou encore la demande externe.
L’opportunité de la décision de hausse se pose même si l’on élargit la sphère d’analyse en prenant en considération les difficultés actuelles au plan social. Au moment même où les centrales syndicales réclament l’activation du dialogue social et la mise en oeuvre des mesures pertinentes en faveur de la protection du pouvoir d’achat, la hausse des prix des produits énergétiques, au rythme retenu, marque quelque décalage par rapport aux objectifs annoncés. Il est peut-être utile de rappeler à ce propos le programme élaboré par les pouvoirs publics et l’ensemble des mesures qui y sont intégrées visant notamment la promotion de l’emploi, le soutien au pouvoir d’achat et l’amélioration des niveaux de vie. Les répercussions inéluctables des hausses sur les coûts de production et sur les prix à la consommation auront des effets induits sur l’activité tant du côté de l’offre que du côté de la demande. Dans un contexte social particulièrement sensible, ces effets peuvent prendre des dimensions plus amplifiées et contribuer à fragiliser davantage un équilibre social déjà fortement ébranlé compte tenu des déficits accumulés.   
Une hausse imposée par l’alourdissement des charges de compensation
On relèvera cependant qu’en dépit de ces appréhensions, l’augmentation des prix intérieurs des produits pétroliers trouve sa principale justification dans la menace que fait peser la facture pétrolière sur l’équilibre des finances de l’Etat et, plus précisément, sur le système de compensation. Le cumul des hausses successives des cours du pétrole sur les marchés internationaux a fait exploser les charges de compensation supportées par le budget général au point où, selon les données disponibles, les dotations budgétaires globales prévues à cet effet pour l’exercice en cours se trouvent épuisées en totalité au terme du premier semestre. En l’absence de mesures de redressement visant l’atténuation des charges de compensation, le bouclage de l’exercice budgétaire impliquera la mobilisation de nouvelles ressources en faveur de la compensation qui ne peut se produire qu’au détriment des programmes d’investissement et de croissance. Les perspectives de développement de l’activité, de l’emploi et des niveaux de vie se trouveraient à l’avenir, dans une telle hypothèse, fortement hypothéquées.
Si l’argument de l’équilibre des finances de l’Etat et le souci de préservation des marges de manoeuvre du budget s’avèrent, en le cas d’espèces, fort pertinents, force est de constater cependant que la hausse des prix retenue apparaît très élevée eu égard aux possibilités d’adaptation des opérateurs, entreprises et ménages, ainsi qu’aux capacités d’absorption du système productif d’un choc d’une telle ampleur. Sachant que la hausse a été présentée comme un premier pas dans le cadre d’une réforme plus globale touchant le système de compensation, le réajustement des prix intérieurs des produits pétroliers aurait pu être graduel, à des rythmes plus modérés et étalés dans le temps. Le choc affectant le système productif, le pouvoir d’achat et la demande interne pourrait dans ce cas être plus maîtrisé et, à terme, plus facilement amorti.  
L’évaluation de l’incidence de la hausse sur les coûts de production et les prix à la consommation s’impose dans ces conditions afin d’en apprécier les effets directs et indirects et permettre ainsi la comparaison avec une démarche plus graduelle dans le cadre d’une véritable réforme du dispositif de compensation et de l’ensemble des programmes qui lui sont rattachés. Les répercussions du renchérissement des produits pétroliers sur le niveau d’activité et des prix viennent du fait que ces produits de base interviennent à tous les niveaux des processus de production, de distribution et de consommation. Le choc pétrolier trouve par conséquent une résonance et une diffusion large dans le tissu productif, les circuits de distribution et la consommation finale. L’incidence de la hausse des cours sur les coûts de production par secteur d’activité peut être appréciée dans une première approche sur la base des données du tableau des échanges interindustriels et les coefficients des consommations intermédiaires qui en ressortent. Les données portant sur les structures de production permettent de repérer les branches d’activité qui sont les plus affectées par les hausses du prix intérieurs des produits pétroliers avec une appréciation de son incidence immédiate sur les coûts de production dans ces branches. On relève par ordre d’importance et en fonction de la densité de l’interdépendance avec le secteur énergétique que les activités de transport, de l’électricité, des industries manufacturières et de construction sont les plus exposées aux variations des cours des produits pétroliers. En dehors des activités de raffinage où le pétrole représente la principale matière première avec 89% de la valeur de la production, la part du pétrole raffiné en tant que consommation intermédiaire se situe aux environs de 21% de la valeur de la production de la branche des transports, de 8% pour la branche de l’électricité et eau, de 5,6% des industries extractives.    S’agissant du secteur industriel, les produits pétroliers interviennent pour des parts se situant autour de 2% de la valeur de la valeur de la production. Les activités relevant du secteur primaires ont, quant à elles, des coefficients d’inputs en produits pétroliers variant entre 2% pour la branche de l’agriculture et 12% pour le secteur des pêches. La branche du bâtiment et des travaux publics au même titre que l’ensemble des activités tertiaires ont des consommations intermédiaires de produits pétroliers assez comparables avec des coefficients d’inputs par rapport à la valeur de la production variant entre 2 et 4%.   
Impact significatif sur les coûts et le pouvoir d’achat : 1,4%
L’évaluation de l’impact total prenant en considération les effets indirects successifs qui apparaissent, notamment, à travers la consommation d’inputs à forte intensité énergétique permet par ailleurs une meilleure appréciation de l’impact sur les coûts et les prix à la production. Les résultats qui ressortent d’une telle évaluation se révèlent très significatifs tant d’un point de vue macroéconomique que par branche d’activité. Globalement, cette dernière décision de hausse des prix intérieurs des produits pétroliers au taux moyen de 13,5% devrait, au vu de la structure des coûts, avoir une incidence significative sur les prix à la production. L’effet cumulé direct et indirect est, toutes choses étant égales par ailleurs, estimé à une hausse des prix à la production de 1,4 %. Il va sans dire que cette augmentation moyenne dissimule des hausses de coûts de production nettement différenciées d’un secteur d’activité à l’autre. Les activités de transport, de production de l’électricité ainsi que celles de la construction devront subir les plus fortes hausses avec une augmentation des prix à la production variant entre 1,7% et 4%.   Les branches de l’industrie manufacturière aussi bien que celles du commerce et services connaîtraient des accroissements de prix relativement plus réduits avec une moyenne de 0,8%.
L’incidence de ces hausses sur le coût de la vie peut être approchée sur la base de la structure de la demande finale de consommation telle qu’elle ressort des données portant sur les équilibres des ressources et des emplois et actualisée pour prendre en considération l’évolution de la répartition des dépenses des ménages par produit. Partant des résultats portant sur les hausses des coûts de production, et en dépit des particularités de la structure des dépenses des ménages par comparaison à la structure de production, l’incidence sur les prix à la consommation devrait se situer à un niveau comparable à celui des coûts de production. Le surcroît de hausse des prix au niveau de la consommation finale devrait, là aussi, s’établir autour de 1,4 point comparativement à la tendance moyenne, ce qui porterait le taux d’inflation prévisionnel variant de 3,5 à 4%. Cette estimation suppose évidemment une répercussion mécanique des hausses des prix à la production sur la consommation finale. Or, la répercussion des fluctuations des prix de la production sur la demande finale n’est pas toujours immédiate et prend généralement en considération la dynamique des marchés et le comportement de la demande. La liaison entre les prix à la production et les prix à la consommation est souvent soumise à des effets d’élasticité qui font que certaines variations des coûts ne peuvent être répercutées que partiellement en cas de faiblesse ou de volatilité de la demande.    La pression de la demande dans un contexte conjoncturel de reprise peut induire le phénomène inverse, à savoir une répercussion plus que proportionnelle de la hausse des prix à la production.
On soulignera enfin qu’outre l’effet des anticipations des acteurs qui peuvent parfois amplifier l’impulsion initiale, ces estimations ne prennent pas en considération les effets des hausses sur l’activité réelle comme conséquence des changements affectant les comportements d’offre et de demande. Par son incidence sur les prix et les revenus, le renchérissement des produits pétroliers peut avoir une influence sensible sur la dynamique de demande tant interne qu’externe. Il en est de même du côté de l’offre dans la mesure où la compétitivité du secteur productif se trouve grevée par des surcoûts engendrés par le renchérissement de l’énergie. Dans ces conditions, l’incidence de la hausse des prix des produits pétroliers peut se ressentir de façon encore plus marquée non seulement sur les prix et le pouvoir d’achat mais aussi sur la dynamique de croissance et de productivité. En l’absence d’une approche plus anticipative cherchant à atténuer les tensions perceptibles tant au niveau des marchés que des acteurs, les incertitudes continueront de peser sur les capacités à prévenir un retour à la spirale inflationniste.

Source: INFO CMC
Samedi 16 Juin 2012

Lu 836 fois


1.Posté par DR IDRISSI MY AHMED le 17/06/2012 20:17
L’INSENSEE HAUSSE SUR LE PETROLE ET SA PHILOSOPHIE

L’INSOUTENABLE LEGERETE DE LA HAUSSE

Chronique différée sur les sens cachés d'une hausse du coût de la vie, induite par l'essence et imposée.

L'austérité ou le désastre ? Vers quels précipices sommes-nous attirés ? D'immenses difficultés défient le gouvernement prophétique descendu des urnes et son livre, la Nouvelle Constitution. Il prescrit comme premier rite la hausse du prix du carburant et il tient à moraliser la vie publique, en dénonçant les privilèges indus, les monopoles, les agréments, les cumuls de primes massives sur les salaires, voire l'exploitation des sables, de l'alcool ou des infos. Demain, ce sera le tour des grandes terres et des hautes sphères ? Les grosses légumes en ont peur, jusqu'à l'effroi ! Spectacle qui plaira au peuple, qui faute de pain (nu) et renchéri, n'aime les jeux, (à nu), où c'est lui qu'on étale. Habitué aux manques et aux pertes, dont il fait les arcanes de sa philosophie et de sa religion, il verra avec délectation et glamour que les grosses huiles vont mousser sous leur propre savon ! Mais, il n'y a pas de quoi jubiler en fait.

SANCTION OU SOLUTION ?

La sanction est appliquée à tous, pour évacuer des peines plus terribles. Pour éviter un jugement immanent et plus grave, cette descente vers l'enfer attendu de la récession imposée. Dans cette conjoncture, nous n'avons guère le choix Pas d'insurrection, avant la résurrection. Il faut choisir entre la peste et le choléra ! Les destins ne nous laissent aucune liberté. En quête de droits et de justice, le PJD, moralise et le c'est le premier précepte de la bonne gouvernance et le civisme est la base de la démocratie.

Sauf que cette hausse est inattendue. Sa survenue est stupéfiante du fait qu'elle a surgi en déphasage du prix du pétrole brut qui est en baisse ces derniers temps ! Hausse préventive, prédictive prémonitoire ou prospective ? Peut-on persuader la rue et l’obliger à faire des sacrifices dans un contexte insensé, en prétextant la hausse des dettes extérieures et des charges de la Caisse de Compensation et de sa surcharge pour le budget. Des couleuvres que les vaccinés du printemps ne sont pas prêts à avaler, détrompés par les gens de la gauche et de la droite errénie-pamiste qui sont passées après les affaires et le test des urnes, à l’opposition !

GOUVERNEMENT DE CRISE

C'est une injure à la musique de la méconnaître en parlant. Quand on déclame le Coran on se tait par respect. Tout autant que devant un orateur qui fait son sermon à la mosquée, ou face à l'instituteur qui explique sa leçon. Conduites banales, mais nécessaires, pour s'entendre et sans triche, composer. C'est ainsi que le Gouvernement du professeur Benkirane joue sa partition, sous le regard et l'écoute avisés des autres pouvoirs.

Face à la crise économique menaçante et à la faillite dans certain pays le gouvernement n'a pas le choix, il se fera plus chirurgical pour traiter les dépenses somptuaires, les fastes que certaines classes s'octroient avec arrogance et sans aménité…Sauf que c'est leur argent aux classes aisées que de dépenser leur argent…Et que la consommation est nécessaire aux finances dans toute bonne économie par le prélèvement des taxes et des impôts. Le gouvernement a hérité d'un cercle vicieux plein de goulots d'étranglement.

Pour tous, le moment est malvenu, car qui dit augmentation du carburant dit aussi augmentation du prix du pain et des féculents, celles des légumes y compris celles des viandes de toutes les couleurs, puis des services, sans exception, du transport au pluriel, des grèves et des plaintes syndicales, des troubles sociaux et des émeutes, avec on l’a vu une reprise des printanières comprises, chargées qu’elles sont de menaces sur le gouvernement, avec un impact négatif sur la réputation des islamistes, des menaces sur la plus haute hiérarchie encore! Et plus, une baisse de la consommation, tous azimuts par effet de domino, une baisse de la production, donc inévitablement des recettes fiscales. Au total, c’est du gâchis pour ne pas dire du sabordage ou un autre mot et cela, au moment où le prix du baril baisserait ! C’est une connerie, antisociale et à contre-courant politique et sécuritaire. Et puis, cette perversion, profite à qui ? Y avait-il d’autres solutions ?

UN EDIT, UN DECRET AVEC DES EXPLICATIONS PEU CONVAINCANTES

On doit tous adorer ces explications encourageantes et tranquillisantes, qui clouèrent le bec au journaliste véhément et impromptu. Lui qui n’avait pas attendu de Benky les préliminaires et qu’il expose ce pourquoi il était venu à la messe médiatique triplement télévisée, en le harcelant de questions. Quand vous dites monsieur De La Flamme : ”On doit tous regarder vers l’avenir”. C’est parfait et banal, mais il faut vous l’appliquer. Alors rejoignez toute cette masse, par esprit démocratique, puisque c’est la vox populi, dans son ensemble qui ne comprends pas” la sanction sur les hydrocarbures ”à cause de ses retombées antisociales!

Et comment faire, comme vous dites, pour :” Cesser de se dissiper dans des conflits intellectuels vains et réfléchir de manière sereine et surtout active pour avancer plus rapidement dans le processus de développement.” ? Et je vous reprends encore, comment ”S’inscrire dans la concurrence mondiale…” avec les renchérissements que la hausse des hydrocarbures va faire exploser et nos retards structurels, déjà énormes, qui suivront très mal, le pari de ne pas fermer boutique et de continuer à travailler, à produire et à vendre malgré la crise mondiale subintrante et expansive qu’elle est ? Si ” mes propos sont faux “, je vous en remercie ! Sauf que moi, par discipline, je vous respecte et je respecte vos belles formules et vos idées, même, si dans cette conjoncture, j’en doute ! Sauf encore que mes paroles sont des données, existentielles, vitales, vérifiées tous les jours, dans ma pratique devant des patients, et non des mots vains ou des principes vaseux ! Et là, mes certitudes en ces propos, me servent de viatique et de repères. Comme à des millions de consommateurs, écrasés dont je vois et écoute un bon nombre et dont je lis chaque jour les réactions, les propos, les textos et leurs sentiments.

LA CONTRAINTE ET LES SANCTIONS ?

Et, les petites classes des plus faibles couches aux strates moyennes, vont sentir la crise ! Les hausses, dont l’application les a déjà fortement irrités. Face à d’autres lectures, aux verbes sereins et aux refrains lénifiants, il y la vérité des prix, au détail, de tous les jours et non les barbituriques populistes que l’on a pu entendre hier, par exemple, à la télé!
Si l’on doit : ‘’tous regarder vers l’avenir”, on devrait croire comme en la religion, adorer ces invitations à la crise et ces explications que l’on fait un sacrifice, aveugle ! Très pro comme crédo et hyper convaincante est cette nouvelle religion. Une concession des seuls démunis, qui pousse aux sacrifices les plus faibles, en acceptant cette forme de discrimination, qui profite aux riches puisqu’ils ne la sentiront pas ! ! Je me demande quelle en sont les limites de la cruauté et de la faisabilité, qui arrêtera les soupirs sans les faire rechigner. Si les opérateurs de la hausse, qui ont agi , comme dans la hâte ou par surprise, voire sur un décret céleste et cela, sans en référer avec les parlements, s’ils ont raison donc, d’imposer la hausse, (une oppression qui sera par contamination et opportunismes généralisée), qu’ont-ils prévu en cas d’échec, comme hamacs pour leur chute ? La Contrainte et les Sanctions ?

MERCI DONC DE VOTRE APOSTROPHE DES ELITES

Celle qui indexe nos tares et de nos gens qu’il faut récurer et pousser vers leurs sorties ! Des entraves tordues et des individus retors, quasi identifiées, qui personnifient la nomenklatura oligarchique et suffisante, qui ne peut plus s’en priver de ses prébendes ni de des privilèges, qu’elles attirent et s’attribuent de par la loi, électivement. Oui, c'est le rôle délicat et osé de nouveau Gouvernement et de la Nouvelle Constitution de moraliser la vie publique, en fait de et simplement d'imposer plus de civisme plus d'égards citoyens envers les biens collectifs et de respect pour la dignité d'autrui et d'observance pour les droits de l'homme ! C'est comme sauter de la période de l'esclavage et du moyen-âge, vers le futur par une porte multidimensionnelle, celle des urnes !
Oui, enivrées, hypnotisées, elles restent figées nos classes et leurs tares, des cryptes opposées et craintives de tout changement, en ce qui les concerne, quasi fossilisées sur des prérogatives et des concessions. Saoulées dans leurs privilèges ostentatoirement acquis et imbus de leurs passe-droits. Des classes d'extraterrestres, voilà ce que sont ces couches de crème fixées sur leur génome. Ivres à ne plus sentir ni le temps ni les abus et encore moins les changements nécessaires ! Aveuglées par la douceur de vivre hors la loi grâce à leurs lois, sans en reconnaître ni la partialité, la ringardise ou la discrimination. Encore moins les abus, au moment même où ces frasques émanant du passé décomposé se répandent, en contigüité avec des océans de misères. S'ils offusquent et scandalisent les milieux pauvres, dont elles héritent et qu’elles exploitent, avec fourberie et sans vergogne, c'est qu'elles les perçoivent pas. L'élite seule existe, cela lui suffit à elle! Ces prévaricateurs de métier, s’ils mendient des aides au nom des miséreux et des exclus, ils les en escroquent, sans les leur attribuer ni les repartir ! Il faut croire que les richesses de ces Crésus ont bien quelques origines…extraterrestres !

SOS, UN SAS DE PLUS VERS L'ABIME

Donc, faute d’assistance miraculeuse pour nous en sortir, on nous fait pondre un nouveau PAS-FMI. Ou un avatar du genre. Un décret céleste, qu’on donne au pauvre Benky, pour le rendre plus bancal qu’il n’a jamais été ! Et ce afin de comprimer son mandat, de le raccourcir, de l'étrangler, de le piéger pour lui faire ouste, barra, afin de le remplacer par des oracles ou des tribuns moins populo-islamistes ! On va alors le troquer par qui donc sur cette partie de la sphère ? Pour une fois qu'on gagne un gars sympa ! Et bien, par les mêmes, qui ont failli depuis des décennies, sous les mêmes couvertures exogènes et iatrogènes ? Et l’on recommencera la partie de prestidigitation, en battant les mêmes cartes ! Oui, faute d’alternatives visibles, préalablement préparées, on prend ce qu'on trouve docile et moins agité. On n'a pas le choix. Ou que si, ce sera des gens avec des référentiels, moins voyants pour éviter les amalgames, moins verdâtres pour dépasser les phobies. Toujours est-il qu'on tachera de dépasser les erreurs et les exactions qui minèrent ou illuminèrent les épisodes meurtriers du siècle passé ! Mais la scène régionale oblige à d’autres calculs, que les cris et les flammes des rues, ont rendus nécessaires. Du moins exigé, en apparence, afin que des apprêtement palliatifs aient lieu et qu’ils puissent agir parfois, comme des médications singulières ! Des Thérapies, surprenantes, fabuleuses, des moxas trompeurs, comme un plâtre ou un cautère…sur une jambe de bois !

REVUE A HAUSSE, C'EST UN TSUNAMI

Avec les gens des dernières pluies, le climat est resté moins chargé et serein. Mais la hausse du fuel, maudite soit-elle est un d'un cauchemar, macabre automutilant, qui va tsunamiser* la nation ! Oui, longue vie aux Sauveurs. Mais ce n'est pas l'arrêt cardiaque qu'on craignait, c'est l'immolation d'une partie du cerveau ! En savent-ils la cause, nos verts pompiers ? Sans être devins en sémiologie des crises, ils y ont plongé, même s'il n'y pas d'eau dans l'oued aux misères ! Pour éteindre le feu et relancer la circulation, il vont souffler sur l'essence ! L'individu Maroc peut reprendre son pied et marcher de nouveau, comme avant, en crânant, en jurant et en boitillant un peu ! Ils sont durs avec eux-mêmes les Marocains, surtout quand ils cumulent des portefeuilles et qu'ils contractent maroquins ! Ils font même ce qu'on n'attend pas d'eux, ni de leurs promesses électorales de nocives du pouvoir ! Il faut dire que les Conseillers es-école, les longs couteaux du gouvernement de l'ombre, sont là pour leur inculquer le fond, la forme et les manières ! Il n'y pas de has-been, mais que des leaders fermement attachés aux postes de pilotage ! Il n'y rien à ajouter, tout est écrit, c'est dans le destin, pas de place au hasard ni à l'invention ou la créativité ! On applique les directives, c'est ça le programme et la feuille de route ! Un joint, c'est tout ! Car la liberté des uns, s'arrête là où se commente celle de l'Autre.
Là, il ne s'agissait pas d'une trouvaille mais d'une consigne sacrément rigide : "Ne pas nuire aux électeurs ni ruer sur les pauvres, par les temps où ils courent dans les rues". SUF QUE Les novices ont attaqué là où ça fait le plus mal, la bourse et du bas-côté de ses énergies vitales ! L'essence même de l'espèce, en roulant ceux qui roulent et en faisant trébucher ceux qui consomment. L'alcool ou l'essence, n'est pas leur fort, ils carburent, au gaz et au thé. Mais, là le pain et les légumes, vont tout bêtement augmenter. Le Ramadan et la sécheresse aidant, les gens jeuneront, étalés, sur la paille ! La charité viendra en guise de solidarité, récupérer les vœux de ceux qui ont été agressés jusqu'au contenu de leurs bouches et viscères ! On leur donnera des conseils civiques, un peu de morale à sucer pour raffermir leur citoyenneté affaiblie. Et même à bouffer, gratuitement, pourvu qu'ils urnent* bien ! Néologisme, non pas du verbe uriner, mais des urnes, qu'ils faut remplir pour roter, utile, quand on leur fera de nouvelles promesses ! C'est ainsi que la verdeur des sentiments ménage les bonnes ménagères ! Etranges amoures !

THERAPIE ANTIMONIQUE OU POISON PARADOXAL

Cette régulation post-prémonitoire doit être un générique du Programme d’Ajustement Structurel ! On l'a dit plus haut. Sans que ces doctes privations ne suffisent, à la bonne et définitive thérapie ! On a bien dit que cette hausse, impopulaire, allait soulager une partie du budget…Mais pour le reste des dettes et des crédits, la Caisse de Compensation, si elle n’est pas supprimée, on fera d’autres emprunts, d’autres ventes de nos plus belles sociétés nationales ! S’il en restait déjà que ne soient pas vendues à nos accro-parrains du Nord !
Peut-être une réduction drastique des primes sur les gros salaires, qui sont déjà exorbitants, Une suppression des 3/4 des parlementaires, les absents ! On se fera radin, lors des réceptions, sur les fêtes, les mariages, les voyages, les déplacement de foules et les pèlerinages !
Mais là, blague à part et cravate bien nouée et sur le ventre serrée, comme une ceinture pour ne pas en étrangler notre aimable chef Benky ! Quand il faut y aller il faut y aller. Quand on est audacieux et porté par les urnes, on a du courage à en revendre. On ose et on fait plonger les autres. Et puis, que l’on appelle le ‘’bla, beche-beche’’ ! Car en cas d’échec, on manque de solutions !
Et que l'on pousse au sacrifice, les plus adaptés, les mieux préparés ! Ceux que le destin a formé pour les y habituer ! Les pauvres ! On poussera les démunis et les dépités, les révoltés assagis, sur la voie de la révolution. C’est ça la bonne gouvernance ?? Hâter la date de l’apocalypse, mettre fin au régime et à sec la monarchie ?
Seulement cette hausse et ses cascades de renchérissement de la vie, sont des solutions boiteuses, qui sont en porte-à-faux, insuffisantes, partiales et parcellaires. Elles vont pousser les gens aux émeutes pour appellent à manifester, sans programmes alternatifs, sans espoirs de sortie ni lendemains ? Ceci sans mésestimer le courage de l’entreprise, sans sous-estimer la moralisation que ces gestes audacieux devraient opérer. Mais les circonstances, les cartes de tarots, que disent-elles ?

LE CONTEXTE EN EFFERVESCENCE, EST INADEQUAT

Voici l’Amérique mulâtre qui vote et qui nous tourne le dos, comme une Ross-e ! La France en réfection qui s’installe à la Gauche de nos habitudes droitières. La Grèce est en état de liquidation. L'Italie, le Portugal ? L’Espagne est en déliquescence. Y a qu’à voir ce qu’on a fait à son Roi pour cette misérable chasse à l'éléphant qui lui a coûté de 30 millions de nos centimes ! L’Europe est en crise, le clash de leur civilisation, supérieure, a-t-on dit et entendu, est patent. Quelles retombées néfastes ou tragiques sur nos frêles équilibres, dès lors ?
Puis, quand quinze mille Syriens sont morts (en bas âge, égorgés ou pulvérisés) et on ne sait combien de Libyens pour rien ! Et ce que sera demain pour le pactole Tunisien et celui de l’Egypte, oume eddounia* ? Et quid du sombre comme le pétrole et jaune comme les sionistes, le si déstabilisant Moyen-Orient ? On oubliera l’Iraq, éclatée au pied d’Israël et demeuré sans solutions, terre en guerre des religions, ses sectes et ses sacrifices par centaines, chaque semaine ! Oublions les Afghans, la dialectique entre les deux blocs, à l'origine de leurs misères, leurs bouquas, leur Otan, leurs Français et leurs Talibans ! Quid alors de la base d’Israël et de ce rocher d’Al-Qods, réduit à un mouchoir de symbole qui nous sert d’alibi ou à la prière du vendredi comme sermon ? Est-ce que l’Iran sera attaqué et comment il répondra ? Et nous dans tout ça? Quelles retombées , va-t-on essuyer, encore ?
De ça, n’en parlons pas ! Ce ne sont que des menaces dissuasives, n’est-ce pas ? On renâcle, on crache par terre, sans regarder ni le sol ni les environs ! Nous naviguons à vue, à perte de vue, on ne sait pas faire autrement ! Il ne faut pas les intégrer ces paramètres-là, dans le mécontentement général ni comme des artefacts économiques, capables d’interférer dans le niveau de vie qu’ils renchériront.

DEMAIN ON VOTERA, MAIS QUI PERDRA ?

On les néglige ces paramètres , on néglige les humeurs et les justes réactions des gens ! On dépasse en ne la voyant pas la complexité du problème. On le minimise, on se ment, ou on l’oublie le problème afin de le résoudre, une fois pour toutes, carrément ! Depuis la hausse impromptue du carburant, on a grillé les attentes des gens ! Si les élections devaient avoir lieu en Juin-Juillet, il serait impossible aux verts du PJD et ses associés de remporter la chefferie du gouvernement ! Si les marcheurs et les loosers locaux du printemps devaient manifester, ils accrocheraient d’autres scalps, d’autres mentors à leurs affiches et sur leurs bannières, pour chanter d’autres noms et accrocher d’autres institutions à leurs slogans !
Erreur de gouvernance ou bavures, pour soulager de quelques dirhams, une Caisse de Compensation, hypertrophiée par les ans, qui a servi de hamac aux extrêmes pulsions de la rue, quand le baril tanguait vers les 200 et la rue vers le néant ! Elle-même, elle avait besoin de compensation cette bonne Caisse et d’être repensée, au lieu d’être menacée d’effacement ! Pour être liquidée brutalement ? Ou tardivement remplacée par des aumônes aux pauvres. Mais qui les donnera ces aides de remplacement, pour corriger le tir ? Qui s'occuper de ces aumônes, de droit avec dignité, sans corruption dans les coursives et les ventres des intermédiaires ? Sans calculs politiciens ni offres paradisiaques ? Et à qui donc, les attribuer comme bénéficiaires ? A qui les affecter comme répartiteurs ? Le préfet, le caïd ou le pacha, le wali, le commissaire ou le Moqadem ?
Le protocole de la mendicité et de l'assistanat usera de quels genres de canaux pour toucher, sans larmes et sans manifs ni autres formes crématoires, les pauvres ?

LA VOIE DU RAMED POURL'INDH ALIMENTAIRE !

La carte du Ramed, qui est débutante, est loin d’être généralisée encore à tous les nécessiteux du royaume, servira-t-elle à ça aussi ? Et là tout de suite, pour palier à la crise ? Car la hausse qui fait crâner les gens avec insolence a été intempestive ! Elle est prégnante depuis toujours ! Elle n'attendra pas avec patience la lente généralisation de ce passeport aux soins, aux 8 millions de bénéficiaires ! Comment sera finalisée l’aumône publique dont on veut que les riches ne profitent pas ? Eux qui persifflent et qui persistent, intouchables et orgueilleux, dans leurs fortunes, leurs privilèges ou leurs fières agricultures ! Servira-t-on la soupe et le pain, le thé et le gaz, en nature, à la porte des hôpitaux ? Ou aux hangars et autres garages, qu’il faut prévoir de construire, comme les coloniales gouttes de laits, qui surent sauver en temps de guerre, bien des bambins indigènes ! Où feront-ils la queue, les gueux, devant les hôtels municipaux, les places publiques et les stades ? Où, là tout près, devant les entrées des mosquées et des boulangeries, à côté des mendiants, qui y ont déjà leurs agréments et leurs quais ? Dites ? Je sais que ce n'est guère facile de clore la boîte de Pandore, une fois ouverte, aux jacasseries des Cassandres.
Bévues ou erreurs politiques, qu'on s'empressera de mettre sur le dos des seuls Verts, en cas de fractures ou de forfaitures de la réaction sécuritaire, qui se voudra efficace, dissuasive et tranchante, par les temps où la rue, marche et courre ! Les riches, par incivisme placide et ingratitude envers le pouvoir, n'apporteront pas de bouées de sauvetage à leurs coreligionnaires. Sauf Imprévu ! Leurs privilèges, on n'y touchera pas, comme à leurs avoirs. Leur fortune est plus que sacrée. Et ce n'est pas Si Benkirane qui pourrait les influencer, avec ses bons vœux et son irrésistible sympathie !

SORTIES DISPENDIEUSES DE L'HUILE SUR LE DE GAZ

Le pétrole, la vie et forcera les maître et les chefs à envoyer tout le monde, apaiser sa faim et son ire, ses humeurs et ses sacrifices sur le front. Ça fera moins de gueules qui crient, moins de dangereux agitateurs, en tôle ou sur les bûchers. En tous cas, moins de bouches à nourrir et de sacrifices qui apaiser les horreurs et les dieux cannibales.
Mais sur la classe médiocres et les couches paupérisées de la nation. Et ce quand des programmes graves, le printanisme* arabe, Al Qaeda, le terrorisme et les Poli-algériens*. Ah ça, on n’a jamais entendu ces coupes réaliser des prodiges, ni réussir quelque part que ce soit ! On n’a pas assez de pétrole pour nous libérer de nos dettes, ni de leurs frais !
Mais, c’est juste ce qu’il faut comme handicap, pour déstabiliser les frères. Juste ce qu’il faut pour bannir les religieux des abords du Pouvoir. Mais c’est déjà trop, sinon assez, pour irriter et exacerber les foules et les révolter ! Celles-là, mêmes qui ont hissé nos frères au parvis du Makhzen et qui respectent, par discipline et amour encore, le Pouvoir !

ON N'A QU'UNE SEULE VIE,

Et ce n'est pas sérieux de jouer avec celles des autres ! Avant, la religion, c’était fait pour la morale; maintenant elle veut s’appliquer à l’économie ! Bien ! Pourquoi pas, si les principes sont vécus, en situation close, dans un tube à essai fermé ! Sauf que l’on est dans un enclos à la fois béant, mais compressif et barricadé. Vivant en dépendance dans un système, libéral, bancal, à demi ouvert, qui sent la moiteur du passé et le renfermé de l'exclusion ! Un état semi liquidé, pas totalement déraciné, qui n’a pas perdu totalement son haïk ni sa djellaba, mais qui a égaré son fez et son turban, même s’il a acquis plus de barbes, de kamisses et de voiles pour l’Au-delà. Et l'on regarde avec concupiscence et retenue, avec un mélange de regrets, de soucis et d'envies, ces seins de plage et ces houris terrestres. Avec respect, ils se détournent pieusement de la tentation de vivre, d'admirer et d'oser, en chassant l'immoral démonisé et les interdits quotidiens ! Alors qu'à côté, se dorent en rêvant de ces hanches, ivres de vie, les jeunes, défroqués ou plein de vigueur et l'argent. Les poumons pleins de fumées de parfum, de sueurs et d'ivresses, ils dansent dans le soleil de la nuit !

COMMENT DEVENIR PATRIOTE EN SE PRIVANT DU STRICT NECESSAIRE ?

Alors, par quoi commencer, s'il faut curer, assainir et réparer ? Faut-il, peut-on ôter la poésie et les fantasmes ? La littérature, les romans et les images de nos têtes, puis celles des satellites, du web et de la réalité ? Revenir avec hystérie et schizophréniques aux us stériles, fallacieux et hypocrites ? Aux traditions fanatiques et au folklore des légendes du passé ? Il faut rénover et expliquer à la lumière des progrès et des sciences notre passé et celui des autres, et mieux exprimer nos crédos et nos valeurs. Quitte à relire d'un œil critique et nouveau ceux des rites, incongrus avec les progrès et la modernité, la paix et les nécessité d'une mondialisation pacifique. On ne peut pas se cloîtrer dans une dignité subjective, dans la timidité ou l'isolement, le passé, sa noblesse, ses erreurs et ses oublis ? Et puis ce n'est pas ce dont se réclament nos éthiques et modérés islamistes !

RACISME INTEMPESTIF ET OBLIGATION DE DIALOGUE

On ne peut pas s'enfermer dans une bulle morale, religieuse, régionale, éthique ou ethnique. C'est contraire à notre hospitalité légendaire, à notre sens de l'ouverture. Nous sommes un peuple du milieu, intermédiaire, aux multiples langages et religions, tolérant, sis entre de grandes civilisations qu'il a contribué à répandre, dans la paix, le plus souvent, adepte du juste milieu. Cette position philosophique respectueuse des droit de l'homme, avant terme, telle que recommandé par notre prophète, de ni ange ni bête, aimant nos voisins comme nos frères, désireux de l'acquisition des sciences et de cultures, sans obligation même pour Mohammad, QSSL, de contraindre les gens et les cœurs à la croyance forcée ou contre gré !
Mais autrui et ses dangers égoïstes nous menacent, en l'absence d'altérité et de respect pour les différences…Lors de leurs folkloriques élections, nous les voyons moquer et se jouer de nos valeurs, de nos crédos caricaturés et de nos identités ! Jaloux et fiers de nos appartenances, nous nous devons de défendre nos valeurs, sans racisme ni rancune, comme ces hurluberlus, et sans politiser les situations économiques, culturelles, religieuses et raciales, comme d'aucuns dans le Septentrion, qui en avaient fait leur identité et leurs programmes électoraux ! Nous sommes contre toutes les formes de racisme et de discriminations, celles qui nous attaquent et celle basées, sur l'exclusion, la possession des richesses et l'exclusion…Enfin, contre ces minorités racistes, détentrices des pouvoirs, qui s'en font ici et ailleurs, leurs sombres clans et égoïstes religions.
Une sphère de nudistes aux nombreuses plus-values, un monde d’individualistes, voire de chauvins exhaustifs, qui par-delà les colonies, ces surhommes de civilisations supérieures, sont restés mal globalisés. Une terre sans frontière pour les riches, mais avec assez de barreaux pour emmurer les autres et les réduire aux seules différences et à la pauvreté notoire ! Que reste-t-il des us et des normes d’entraide et des communautés ? Que reste-t-il de la simple morale urbaine, pour en apposer assez entre bonnes gens, à tous les peuples du monde, et ici, aux plus nantis de chez-nous ? Nous sommes sollicités par tous les extrêmes et tous les travers. Notre système éducatif doit répondre en premier à ces dérives, sans pénaliser les libertés et sans laisser quelque extrémisme et quelques traditions véreuses qu'elles soient, étouffer les libertés de l'individu, ternir sa vie, liquider sa citoyenneté et le comme une épave assujettie !

AUDACE, GENEROSITE OU CALCULS SORDIDES

On rêve d’imposer les riches sur leurs fortunes, mais on a peur de les brimer, de casser l’économie et l’entreprise ! Ou chez nous, façon de parler, de patenter les gros bonnets de l’agriculture, de les perdre ou de les délocaliser ! Il est loin le temps de la zakate* spontanée, qui a laissé tant de miséreux vivre d’aumônes, par terre ou sur la paille des inégalités, des bonnes actions ou du du mépris ! Situation loquace qui a légué à la seule injustice de régler l’économie des prébendes, en espérant que ceux-là qui en font les règles, le cumul et l’usage, qu’ils fassent au fisc, un peu de charité ! Pour garder la machine qui les meut et les protège en marche.
Alors, on carburera ailleurs, en protégeant les plus riches des affres des impôts ! Quitte à offrir aux étrangers nos petits fours et nos grands services ! A leur donner en cadeaux, pour leurs tolérantes protections et leurs chaudes et narquoises amitiés, une partie de nous, mêmes, de nos biens, qu’on fera mine de leur vendre. Hospitalité et bonnes mœurs, échange de bons procédés obligent! Les terres et les sociétés, avec leurs ouvriers, leur clients, leur seront confiées, en guise d’assurance et de garanties, pour l’éternité ! Fâcheux paradoxe, que le seul civisme n’arrive ni à traire ni à éponger !
On a vu et l’on voit encore certaines familles d’ici, sans prédominance d’une région sur une autre, faire constamment la une de l’arrivisme et prospérer dans l’impudence et le mépris ! Contempteurs sans pudeur et pire que les revanchards et les délaissés du système, ils profèrent dans la critique du régime, qui les nourrit, les rassemble, les protège et les avantage ! Emplissant des lambris de leur véhémences républicaines, les béatifiés des coursives, sans assumer leurs flatteries ni leurs connivences hypocrites, ingrats, ils font le faste de leurs mécontentements.
Une fantasia de salon, à railler et à conspuer, à vitupérer et à calomnier le système qui les abreuve et les élève. Ils sont à les entendre, remplis de jalousies morbides, contre toutes les formes de népotisme, alors qu’ils en profitent sans vergogne. Des accros insatiables de faveurs sans aucun sens de la fidélité, de la reconnaissance ou de la nécessaire loyauté, eu égard au maximum d’avantages qu’ils tirent du Makhzen et de la Monarchie. Et, ils s’affichent comme des gens bien, des parangons de la modernité, l’élite de la démocratie et de plus hauts gradins encore !

NOUS SOMMES CE QUE NOUS SOMMES

Monde, coûteux et cautérisant de solitaires, égoïstes qui n’en ont jamais assez ! Nous sommes à l’image de plusieurs contrées dans le monde. Un pays dont l’économie est menacée, nous sommes endettés, pire nous sommes en état de guerre, larvée sur le plan des hommes, mais coûteuse sur le plan des armées et si savamment imposée, qui nous a exclus, nous et nos frères-adversaires, par contumace et par dissuasion, des champs opérationnels qui eussent eu besoin de nous ! Les laissant comme des nababs, flotter sur leur or, noir ou mal acquis, pour nous narguer ! Et nous épuiser, avant de nous terrasser et de nous solder, ce qu’ils n’aiment pas en-nous, en fait, c'est la monarchie ! Mais bon Dieu c'est notre richesse et notre ciment, notre flambeau unioniste, notre symbole actif qui a besoin d'être fort et riche. Quoi qu'ils en disent nous ne risquerons pas de nous éclater pour errer entre les dérives des républiques de façade, bananières ou militaires, de pères en fils, soient-elles ! L'hyper totalité de la nation, et c'est le sens de la démocratie, ne voit pas un autre système capable de la diriger. Des dettes et des dépenses, vitales, existentielles nous obligent, et il en faut pour persister. Cet état nous handicape et nous freine, après nous avoir hypothéqués ou carrément déjà vendus ! Nos adversaires, nous laissaient-ils le choix ?

AINSI SE POSE LE PROBLEME DE LA HAUSSE

Au milieu d'un monde en crise, le but est donc, de lui faire-faire appliquer la solution équilibriste la moins aveugle. Un deal qui consiste par la hausse et ses errements connexes qu’elle va immanquablement engendrer, de tenter d'éviter la débandade et la ruine, et seulement encore de tenter de rééquilibrer le Budget ! Budget , non encore passé au moulin absentéiste de la Deuxième et inutile chambre du Parlement ! Si elle nous sert de sur-moi parlementaire, mais aussi de retardateur et de frein ! Elle est pourtant utile, ne serait-ce que de mur des lamentations et autre perchoir pour les apprentis ou les vedettes de la politique.
Comprimer les réglementations d’assistance sociale, palliatives, sans craindre de ruiner les pauvres, terrasser les plus moyens, pour ne pas léser ni fâcher, sans jamais appauvrir les plus aisés ! Semblent être les premiers clichés les questionnements désabusés ou frigides de nombreux détracteurs, qui ont des craintes pour la paix sociale de ce pays.
Un parallèle à cette phase, qui méconnait les limites des lois est cette rigoureuse et radicale décennie paupérisantes que connut le Maroc. Celle du past-PAS du FMI. Un cri profond et manifeste, une véritable indexation des vrais malheurs qui nous sont imposés actuellement, sont nés du malheureux souvenir de cette époque honnie.

SANS CYNISME MAIS DANS UNE DROLE DE CONFUSION

La hausse de l'essence qui fait flamber les prix des denrées, des salaires, la baisse de la consommation, du commerce et de l'industrie, voire de la recette fiscale, et pire, la volonté de supprimer la caisse de compensation, sans garantie de celle des dettes, sont des solutions improbables. Insuffisantes elles représentent un grave revirement de la politique instituée en faveur des pauvres !
parallèlement des opportunismes indéboulonnables, des prévaricateurs et des dépensiers sans mesure, malgré les profondes misères, les fractures, les retards et les discriminations sociales font flores!
Et ce n’est pas du populisme, toutes les critiques, toutes les polémiques sont utiles. Ça fait gagner en Démocratie et dans la communication dans le pays! D'aucuns, sans adhérer à nul parti, tentent effarés de comprendre, de parler et d'expliquer. D'indexer de droit et avec logique, les méfaits inutiles de cette hausse et les cascades, socioéconomiques, qui en dérivent et qu'elle va engendrer, peut-être sans succès, pour la Caisse ni le budget. Mais, ça reste une simple opinion, là où personne n'a connaissance de l'ensemble des risques potentiels, induits ou encourus, avec ou sans hausse, ni toutes les données, socio politiques locales et régionales, a fortiori !
Espérons que dans mon analyse, celle de l'humeur plus que de chiffres, que je me trompe et que l'opposition factice faite au PJD de Benkirane, qui ne fait qu'appliquer les directives naturelles du chef de l'Etat, et que la rue hooliganisée n'en vienne pas à déraisonner. Ce alors que nos sables sont menacés et que les grandes puissances, volontiers pusillanimes, n'avouent pas ouvertement, devant l'ONU, la juste et ancestrales marocanité du Sahara et des siens, afin de contraindre à la réédition et à la paix, l'Algérie et son Polisario, et ceux qui les agitent et les soutiennent, encore, ayant en vue ou en pâture, de leur gigantesques moyens !

MERCI DE LA LECTURE, VOICI UNE CONCLUSION

C'est beau l'union, c'est beau la communion, mais et il faut pour cela laisser l'orchestre terminer sa symphonie. Encore qu'il y ait des couacs qui donnent à l'oreille sensible du prurit et des éructations chez eux qui ne trouvent jamais de place, au théâtre , pour suivre le jeu de comédie et danser avec les chants.

Dr Idrissi My Ahmed, Kénitra, le 16 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs