Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le dernier réchauffement climatique a commencé dans l'hémisphère Sud




Le dernier réchauffement climatique a commencé dans l'hémisphère Sud
La dernière période de glaciation sur Terre, connue sous le nom de Würm, a commencé il y a environ 110.000 ans pour se terminer il y a 10.000 ans. Jusqu'à présent, on pensait que c'était l'hémisphère Nord qui s'était réchauffé, suivi par l'hémisphère Sud. Une nouvelle étude parue dans la revue Nature affirme le contraire, le réchauffement aurait commencé en Antarctique ! Une nouvelle qui devrait grandement aider les climatologues à mieux comprendre le déroulement des réchauffements planétaires.
Ces résultats proviennent de l'analyse de carottes de glaces récupérées en Antarctique ouest. Les analyses ont été comparées à celles de carottes provenant du pôle Nord, révélant que le réchauffement a commencé des milliers d'années plus tôt dans le Sud que dans le Nord.Le docteur Ross Edwards, de l'université Curtin en Australie, a participé à l'expédition. Il explique que "de nombreuses études avaient suggéré que le Nord s'était réchauffé d'abord, à cause de variations dans l'orbite terrestre et de la topographie de la banquise polaire."
"La nouvelle étude suggère que ce sont les changements dans l'hémisphère Sud qui sont responsables de la fonte des glaces. En d'autres termes, c'est un feedback amorcé dans le Sud qui a initié le réchauffement, et non l'inverse".
L'équipe a analysé une carotte de glace de 3.405 mètres de longueur, afin de retracer l'histoire climatique de l'Antarctique. Le docteur Edwards s'est chargé des 577 premiers mètres, permettant de remonter jusqu'à la dernière glaciation. Un appareil a permis de faire fondre la glace et de la fractionner jusqu'à l'état de simples atomes, afin de pouvoir mesurer leur rapport isotopique.
Les isotopes sont des atomes dont le nombre de neutrons est différent, par exemple l'oxygène 18 qui possède 2 neutrons de plus que l'oxygène 16. Or, en fonction de la température, la quantité d'isotopes qui se retrouvent prisonniers dans la glace n'est pas la même. Ainsi, en analysant les bulles d'air présentes dans les carottes, les scientifiques peuvent retracer l'histoire climatique mondiale.
"Les charbons et suies ont également été analysés pour obtenir des données sur la fumée, qui atteint des pics en septembre et octobre dans l'hémisphère Sud, en raison des incendies de la saison sèche" ajoute le Dr. Edwards.L'étude conclut que les premiers signes de réchauffement en Antarctique sont apparus il y a 21.000 ans, soit plus de 2.000 ans avant l'hémisphère Nord. Le rôle de l'Antarctique ayant été sous-estimé, les chercheurs insistent sur l'aspect fondamental de leur recherche.

Libé
Mercredi 28 Août 2013

Lu 172 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs