Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le député néerlandais Wilders refuse de se présenter à son procès

Il a affirmé vouloir fermer les mosquées et interdire le Coran qu'il compare à "Mein Kampf" de Hitler




Le député néerlandais anti-islam Geert Wilders, accusé d'incitation à la haine pour avoir promis "moins de Marocains" dans son pays, a déclaré vendredi qu'il ne se présenterait pas devant les juges à l'ouverture de son procès, qu'il a qualifié de "parodie".
"C'est mon droit et mon devoir en tant qu'homme politique de parler des problèmes de notre pays", a-t-il affirmé dans un communiqué, répétant que son procès était "politique".
Le procès, qui doit s'ouvrir lundi, porte sur des propos tenus lors d'une soirée après les élections municipales de mars 2014 à La Haye. Le député à la chevelure peroxydée avait alors demandé à ses militants s'ils voulaient "plus ou moins de Marocains dans [leur] ville et aux Pays-Bas".
Face à une foule scandant "Moins! Moins! Moins!", l'homme politique avait répondu dans un sourire: "Nous allons nous en charger."
Il s'agit du second procès pour Geert Wilders, qui avait été acquitté après des poursuites similaires en 2011.
"C'est un procès politique auquel je refuse de coopérer", a ajouté le député controversé, qui sera représenté par son avocat Geert-Jan Knoops.
"C'est une parodie de justice", a-t-il ajouté, en affirmant que "43% des Néerlandais veulent moins de Marocains".
"Non parce qu'ils méprisent tous les Marocains ou veulent qu'ils partent du pays mais parce qu'ils en ont assez des nuisances et de la terreur causées par tellement de Marocains", a-t-il également assuré.
"Si parler de ceci est punissable, les Pays-Bas ne sont plus une démocratie libre mais une dictature", a également affirmé le député, accusant la justice de "doubles standards" pour n'avoir pas poursuivi d'autres hommes politiques ayant exprimé des opinions tranchées sur les Néerlandais ayant des origines étrangères.
Les poursuites à l'encontre du député "n'affecteront pas ses libertés politiques ou celles de son Parti pour la Liberté" (PVV), avaient tranché les juges, assurant que les politiciens "ont un rôle important à jouer pour éviter de nourrir l'intolérance en faisant ce genre de déclarations publiques."
Mais le député de 53 ans affirme n'avoir dit que ce que "des millions de citoyens néerlandais pensent". "Je n'ai aucun regret", répète-t-il régulièrement.
Ses propos de 2014 avaient suscité l'indignation et provoqué le dépôt de plus de 6.400 plaintes par des citoyens et organisations.
Au Parlement, les autres partis ont fui un temps toute coopération avec le virulent député malgré sa popularité.
Le politicien controversé s'est récemment attiré de nouvelles foudres de députés après avoir affirmé vouloir fermer les mosquées et interdire le Coran, qu'il compare au "Mein Kampf" d'Hitler, s'il remporte les élections.
Il est l'homme politique le mieux protégé des Pays-Bas depuis l'assassinat en 2004 du réalisateur controversé et virulent critique de l'islam Théo van Gogh. Et d'après ses avocats, son nom "apparaît sur une des listes de cibles potentielles dressées par Al-Qaïda, les talibans et le groupe Etat islamique".
Malgré tout, ses partisans continuent à le soutenir contre vents et marées.
Surfant sur la plus importante crise migratoire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, le PVV est passé en tête des sondages pendant la deuxième moitié de 2015 mais a reculé après quelques mois en faveur des libéraux (VVD) du Premier ministre Mark Rutte.
S'il est jugé coupable, Geert Wilders pourrait écoper d'une peine maximale de deux ans d'emprisonnement ou d'une amende de plus de 20.000 euros.

Samedi 29 Octobre 2016

Lu 544 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs