Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le département de la Pêche provoque l’ire des sardiniers

Les zones de pêche «C» au centre d’un important litige




Le département de la Pêche provoque l’ire des sardiniers
Les sardiniers  du port de Tan Tan sont en colère. La cause ? Le non-respect des dispositions du protocole du 1er juin 2011 signé par le département de la Pêche maritime avec certains professionnels du secteur. Destiné à établir le principe d’alternance entre les sardiniers de la zone maritime du Sud du Maroc, ce protocole semble aujourd’hui au point mort puisque certains professionnels refusent de quitter les zones de pêche « C » et laissent ceux de Tan Tan y pénétrer.  
« Les 75 sardiniers artisanaux bénéficiaires du  protocole refusent aujourd’hui de respecter leur engagement de quitter les pêcheries de la zone « C » à l’issue du délai d’une année qui leur avait été accordé.
 Ils ne veulent rien entendre en justifiant leur position par leurs engagements envers les unités industrielles et le poids des crédits qu’ils ont contractés à cause du marasme qui touche le secteur », nous a indiqué une source du port de Tan Tan. Un  argumentaire qui ne semble pas convaincre les professionnels de cette ville qui ont indiqué, dans un communiqué adressé au ministère de tutelle, que leur situation est catastrophique et qu’ils ont beaucoup souffert au cours de cette saison. 
Ces professionnels vont plus loin. Ils accusent certaines parties de profiter de cette situation pour contourner le protocole du 1er juin et le vider de son sens.  
Une position qui rappelle celle des sardiniers de Laâyoune qui ont menacé d’organiser une « marche maritime » pour faire respecter le principe d’alternance entre les sardiniers. Pour eux, ce principe est indiscutable et incontournable. 
Pour faire face à cette situation, certaines sources bien informées nous ont indiqué que le département de la Pêche maritime aurait procédé à l’augmentation du nombre de bateaux de pêche artisanale bénéficiaires du protocole. « Le ministère compterait passer à 120 unités au lieu de 75 en vigueur aujourd’hui », nous a précisé notre source avant d’ajouter : « A l’ouverture du dépôt des dossiers pour la saison 2014, près de 201 demandes ont été enregistrées ».  
Une solution qui ne semble pas satisfaire les professionnels. « On se demande à quoi joue le ministère puisqu’en sus des 120 bénéficiaires, il faut ajouter les flottes de pêche maritime et de haute mer », nous a expliqué notre source. D’après elle, cette issue provoquera plus de problème qu’elle n’en résoudra.  « L’augmentation du nombre de bénéficiaires causera l’augmentation des quantités des sardines pêchées et posera le problème de la faiblesse des capacités de déchargement et de stockage. Le sort même de cette production est en question puisque les unités industrielles que compte le Maroc ne dépassent pas les 50 », nous a indiqué notre source. 
Mais il n’y a pas que l’aspect technique et logistique qui suscite débat. Le volet écologique pose également problème. « Une exploitation intensive de stock « C » signifie un épuisement  de ses réserves»,  nous a-t-elle déclaré avant de poursuivre : « Le pire, c’est que ces réserves sont exploitées par des unités industrielles spécialisées dans la farine de sardine  que certains lobbies de la pêche encouragent». 

Hassan Bentaleb
Mardi 31 Décembre 2013

Lu 738 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs