Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le déficit de démocratie, une menace pour la CEA




Il y a quelques mois, j’ai eu le privilège d'assister à une conférence donnée par le célèbre professeur Francis Fukuyama. Il avait fait irruption dans la scène mondiale avec la publication de son livre «La fin de l'histoire et le dernier homme», en 1992. Contextuellement conçu lors de la chute du mur de Berlin et l'effondrement de l'ex-URSS, l’ouvrage a théorisé que la démocratie libérale occidentale et le capitalisme du libre marché avaient relégué le communisme et d'autres formes de dirigisme social et économique aux gouttières de l'histoire de l'humanité.
Parallèlement au succès obtenu, ledit bouquin  a récolté autant de critiques. Celles-ci ont accusé la théorie de Fukayama de manquer de relativisme culturel et vénérer un peu trop les valeurs occidentales. Particulièrement préoccupante est l'obsession du livre selon laquelle l'évolution vers la démocratie est la forme la plus souhaitable de gouvernement humain ou l’évolution vers le modèle du « Danemark », l’exemple par excellence d'une démocratie idéale selon Fukuyama. Depuis 1992, les démocraties ont émergé, mais aussi se sont effondrés dans les sociétés postsoviétiques nouvellement indépendantes. Et puis la Chine a émergé et semble encore être l'incarnation même de l'antithèse de Fukuyama. Un Etat colossal qui a réussi à extirper des millions de la pauvreté sans se plier ni à la démocratie libérale de type occidental ni au capitalisme de libre marché.
Après la présentation de Fukayama, un monsieur se lève et lui demande si l'Afrique a besoin de démocratie ou de « dictateurs visionnaires », citant le trop familier Paul Kagamé du Rwanda et Lee Kuan Yew, le légendaire chef du gouvernement de Singapour.
Etonnamment il n'y a pas une région plus pertinente pour la conférence de Fukuyama que l'Afrique de l'Est. La Communauté de l'Afrique de l'Est (CEA) a investi beaucoup d'efforts sur le plan de l'intégration économique. Étonnamment peu de progrès ont été enregistrés sur le plan de l'intégration sociale et culturelle. On note une absence totale de convergence politique, ce qui est déconcertant étant donné que les différences de nature idéologique et philosophique sont les mêmes que celles qui ont causé la débâcle de la communauté originelle et indépendante en 1977. En effet, il manque à la région une évolution de la pratique démocratique au-delà des « élections » souvent burlesques. Le sentiment primordial a été que la démocratie est une nuisance inutile, qui devrait être reléguée à la périphérie au regard des objectifs beaucoup plus urgents de la croissance économique et de l'intégration, n’est-ce pas? Les valeurs de la démocratie et la croissance économique sont-elles mutuellement exclusives? Des sociétés comme la Communauté d'Afrique de l'Est sont-elles condamnées à un arbitrage entre les deux?
Prenez le Burundi par exemple, où Pierre Nkurunziza qui s’est faire élire lui-même au-delà de la limite constitutionnelle de deux mandats, dans son bureau sans effort. Bien que les chefs d'Etats de la CEA aient tenté timidement de freiner les ambitions d’un troisième mandat de Nkuruzinz, cela n’aurait pas été crédible étant donné que les autres présidents de la CEA sont mal placés pour donner l’exemple. Kagamé a réussi à s’adjuger un mandat extraconstitutionnel de 7 ans, en affirmant que seuls 10 électeurs, dans un pays de 3,6 millions d'électeurs, se sont opposés à son troisième mandat. En Ouganda, un pays que l'ancien ambassadeur américain a décrit comme une « réussite africaine des temps passés », le président Yoweri Museveni (71 ans) aura, en mai 2016, passé 30 ans au pouvoir, mais il cherche à prolonger son séjour au pouvoir de 5 années supplémentaires. Museveni, qui est passé d'un dirigeant militaire a un président civil après la promulgation d'une nouvelle constitution en 1996 vise à changer la même constitution pour s’octroyer un mandat supplémentaire. Il y a quelques semaines le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a prononcé un discours au parlement ougandais dans lequel il a réprimandé l'opposition et a alimenté la diatribe pro-troisième mandat. Uhuru a lui-même affiché tous les signes d'un despote en devenir.
Pour sa part, la Tanzanie est un cas curieux d'un pays où l'élite politique a décidé qu'il était beaucoup plus économique de se répartir les opportunités politiques que de se battre pour elles. Bien que le pays soit passé à une démocratie multipartite en 1992, il a été transformé de facto en un Etat à parti unique en raison de l'hégémonie du parti Chama cha Mapinduzi (CCM) sur le système politique. Ce n’est que récemment que le règne à long terme du CCM a été menacé par la défection d’Edward Lowasa, un ancien Premier ministre, qui a rejoint une coalition de l'opposition. De leur côté, les Tanzaniens sont uniques pour leur servilité politique, contrairement à leurs voisins dans le Nord, ils ont développé une culture politique de soumission qui permet aux dirigeants politiques tous les abus dans une totale impunité.
Contrairement à l'opinion populaire, la plus grande menace existentielle pour la CAE en tant que communauté socio-économique fonctionnelle ne réside pas dans le nationalisme économique de ses habitants, mais dans le manque d'une culture politique commune. La CEA a besoin de partager des normes rigoureuses de démocratie, de pluralisme et d’Etats de droit.

 * Research et Programs Manager au Policy Center d’Afrique de l'Est.

Articles publiés en collaboration avec www.libreafrique.org

Par Ndungu Njeru *
Vendredi 2 Octobre 2015

Lu 713 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs