Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le crépuscule d’un tyran




Le crépuscule d’un tyran
Les bilans  sont alarmants. Tripoli avance 300 morts. Rome parle de plus de 1 000 morts. Un médecin français qui a réussi à quitter  Benghazi évoque «plus de 2 000 morts» uniquement dans cette ville ! Ban Ki-moon  évoque des crimes contre l’humanité. Herman Van Rompuy, le président de l’Union européenne, parle de «génocide».
Pour sa part,  Jean  Asselborn, ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, dit haut ce que tout le monde pense bas : «C’est un homme dérangé,  malade, qui a parlé, mais aussi un homme dangereux». Même Abdel Moneim al-Honi, le représentant de la Libye auprès de la Ligue arabe, ne croit plus en Kadhafi qu’il qualifie de «pire» que Saddam Hussein.
«La fin du régime dans quelques jours, pas plus», dit-il.
Selon plusieurs analystes, la survie du leader libyen n’étant plus acquise, il ne peut que persévérer dans la voie qu’il s’est choisie. Mais le peut-il indéfiniment : ses forces militaires sont en train de lui faire faux bond.
Sur les 45.000 hommes qui composent l’armée, il ne pourrait compter que sur 5000 loyaux. D’où ce recours à des mercenaires : 10 à 12.000 dollars pour chaque manifestant abattu. Ce n’est nullement un hasard si sur la place Verte, dans le centre de Tripoli, on ne dénombre plus que quelques dizaines de manifestants pro-Kadhafi adeptes du discours enflammé et au ton belliqueux de leur leader. La communauté internationale qui redécouvre le «vrai» visage de Kadhafi ne prend plus de gants avec ce dernier.
Elle mobilise tous les moyens pour évacuer massivement les ressortissants étrangers que Tripoli pourrait utiliser comme «boucliers humains».
Certains pays annoncent des sanctions «concrètes» contre le clan Kadhafi et au besoin la suspension des relations économiques et financières, voire l’arrêt des importations d’hydrocarbures et la rupture des relations diplomatiques comme l’a fait le Pérou.  D’autres, convaincus que Kadhafi qui a refusé d’écouter tous leurs appels à la fin de la violence, n’accordera «aucune importance» à ces sanctions  brandissent la menace d’une justice internationale et  l’utilisation de la force pour l’empêcher d’exterminer son propre peuple. L’homme qui s’est prêté à l’indicible simulacre d’intronisation en tant que  «roi des rois» coutumiers d’Afrique estimant que «la Libye va diriger le monde» un jour, semble condamné.

Libé
Samedi 26 Février 2011

Lu 371 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs