Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le coût du non-Maghreb




Le coût du non-Maghreb
Le Grand Maghreb n'est pas seulement un rêve auquel aspirent tous les peuples de la région; c'est surtout un incommensurable manque à gagner pour les pays qui le composent, aussi bien financier et économique, que politique et social.
En effet, outre le poids politique d'une union maghrébine face aux grandes puissances, les économistes estiment que le manque à gagner financier du non-Maghreb est colossal.
Selon le Tunisien Abdeljalil Badaoui (économiste qui se base sur les études de l'Institut américain Patersson), le Maghreb arabe perd annuellement 2,5 points du PIB, 220.000 emplois et 350 millions de dollars.
Il ne s'agit là que du coût visible du non-Maghreb. Le coût invisible est plus important, selon  l'économiste Badaoui. Il comprend une fuite des capitaux estimée à 150 milliards d'épargne nationale stockée dans des banques étrangères et dont 50% proviennent de l'Algérie, 30% du Maroc et  20% de Tunisie. Il découle aussi de la réduction des apports financiers de la diaspora maghrébine éparpillée dans les pays d'origine, de  la fuite des cerveaux et des compétences (chercheurs, professeurs, hommes d'affaires, entrepreneurs...) et du manque à gagner en matière de capacité de négociation en tant que bloc uni face aux USA, à l'UE, entre autres.
Et pourtant, s’ils ne le sont pas sur le plan politique, les pays maghrébins demeurent unis par une même langue, une même religion, une histoire commune et un  même patrimoine nourri par les sacrifices consentis dans la lutte contre colonisation.


Par Mohammed Madani
Mardi 6 Novembre 2012

Lu 477 fois


1.Posté par Fathi B''CHIR le 07/11/2012 09:32
Peut-être un jour faudra-t-il sortir de l'incantation et devenir volontaire pour un nouvel avenir. Construire le Maghreb comme d'autres ont fait l'Europe et gagné la paix et la prospérité. Sommes-nous condamnés à nous faire face continuellement plutôt que d'être côte à côte sachant que l'Union fait la force. Énergie, agriculture, ressources naturelles, ressources humaines riches, rien ne manque si nous le voulons. Mais le voulons nous ?
Peut-être avons-nous le destin de simples moutons prêts au sacrifice pour un monde archaïque, islamiste passéiste, dominé par les Bédouins "pétro-dollarisés" ?
"La Youghayrou bi qawmen ella en youghayrou ma bi enfoussehom".

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs