Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le costume au service du cinéma : Une expérience signée Samira Hadouchi et Imane Mesbahi




La complémentarité de plusieurs expressions artistiques  a de tout temps été prouvée. Il faut seulement réunir, dans le même registre, deux types d’expressions artistiques qui se rapprochent et essayer de mettre en valeur les points de convergence.
C’est une idée qui est actuellement développée par deux artistes et créatrices marocaines, à savoir la styliste modéliste Samira Hadouchi et la réalisatrice Imane Mesbahi.
Le projet qui leur tient à cœur est celui de faire connaître comme il se doit le caftan marocain, à travers des actions de promotion où la réalisation et la mise en scène seraient très présentes pour donner davantage d’éclat à cet habit de plus en plus prisé de par le monde.
La première tentative a été le film de Saâd Chraibi «Miroirs de femmes», où les actrices sont habillées par Samira Hadouchi. Et comme Imane Mesbahi est elle aussi réalisatrice, elle compte mettre à profit son talent et son expérience pour aider la styliste à mieux préparer ses défilés et exhibitions. Les deux artistes ont aussi l’idée de retracer l’histoire du costume marocain à travers les âges ainsi qu’un film sur «Assayda Alhorra» dont Samira Hadouchi concevra les costumes d’époque.
L’autre projet est celui d’habiller les acteurs de «Bonne soirée» avec la participation de l’actrice égyptienne Ghada Abderrazak et dont Imane Mesbahi  assure la distribution au Maroc. Il faut faire en sorte que la célèbre actrice égyptienne soit une ambassadrice du costume marocain non seulement en Egypte mais dans le monde arabe. Il ne s’agit pas d’organiser des défilés, mais de marquer la présence du costume marocain dans les interviews et autres  rendez-vous médiatiques de la star égyptienne. Ce projet a pris un peu de retard à cause des événements qui ont secoué l’Egypte.
Une action aussi salutaire qu’intelligente en ce sens qu’elle dessine les contours d’une promotion savamment étudiée. Ce n’est pas suffisant, en effet, d’habiller les stars qui se rendent au Festival du film de Marrakech, car l’impact ne dure que le temps de l’événement. L’initiative de Samira Hadouchi et Imane Mesbahi  est, dans ce sens, originale du fait qu’elle s’inscrit dans la continuité.
Il faut dépasser le stade des rendez-vous périodiques et concevoir une politique de promotion basée sur des critères objectifs et durables de façon à faire du costume marocain une référence à l’échelle internationale.
Les deux artistes ont pris l’initiative et tracé la voie. A ce titre, tout le monde devrait apporter du sien car c’est la promotion d’un produit qui fait la fierté des Marocains et dont le rayonnement et la renommée ont touché les quatre coins du globe.
Que ce soit à travers des films, des défilés ou d’autres événements artistiques et culturels, cette action doit être soutenue voire sponsorisée.

PAR ABDESLAM EL KHATiB
Samedi 21 Mai 2011

Lu 448 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs