Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le contrat-programme 2009-2015 se met en marche : L’Oriental lance sa première plateforme industrielle intégrée




Le contrat-programme 2009-2015 se met en marche : L’Oriental lance sa première plateforme industrielle intégrée
Les plateformes industrielles intégrées, cheval de bataille de la mise à niveau industrielle chère à Ahmed Chami, ministre des NTIC, sont désormais sur les rails. Concrètement, il a été procédé au lancement de la première plateforme industrielle intégrée s’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre du Pacte national pour l’émergence industrielle.
Il faut retenir que le « Contrat-programme 2009–2015 » a été signé à Fès le 13 février 2009.
Un intérêt particulier est accordé à l’infrastructure d’accueil industrielle à travers notamment la mise en place d’un ensemble de plateformes industrielles intégrées (P2I), espaces de nouvelle génération devant accompagner la massification des métiers mondiaux du Maroc.
Le coup d’envoi des travaux de réalisation du projet de la Technopole d’Oujda, première P2I lancée dans ce cadre a été donné et ne manquera pas de constituer une référence pour d’autres projets régionaux. Il s’agit d’un projet dédié notamment aux activités de fabrication des équipements des énergies renouvelables et visant le développement d’une offre Maroc pour les activités liées au solaire, à l’éolien et à l’efficacité énergétique.
Le projet fait partie du Plan Med Est, déclinaison territoriale du Plan Emergence dans la région de l’Oriental. Ce Plan englobe également les projets le Parc industriel de Selouane, le Pôle Agro-industriel de Berkane ainsi que la zone logistique intra-portuaire de Nador. Le projet est situé à proximité de l’aéroport d’Oujda-Angad, à 12 km de la ville d’Oujda.
La Technopole sera réalisée par une société de projet dédiée, filiale de MEDZ, et de l’Office national des aéroports (O.N.D.A). Le projet de technopole est réalise, en partenariat avec les ministères de l’économie et des finances ; de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement ; de l’Industrie, du commerce et des Nouvelles Technologies et  le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche scientifique en plus de  l’Agence pour la promotion et le développement économique et social de la préfecture et des provinces de la région orientale du Royaume.
D’après ses concepteurs, il s’agit d’un projet intégré sur le modèle qui s’articule autour de quatre principales composantes, en l’occurrence le Parc industriel et logistique « Clean Tech » et zone PME/PMI ; le Pôle tertiaire offshoring et activités de services; la plate-forme commerciale englobant un retail park et des showrooms ainsi que le campus de formation. Le Clean Tech s’insère dans le cadre d’un pôle de compétitivité régional axé sur le développement durable, en particulier sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Afin d’assurer le succès de ce cluster, une offre Maroc a été mise en place pour accompagner le développement des filières précitées. L’offre s’articule autour d’un dispositif national pour l’appui aux filières des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique en mobilisant notamment le fonds FDE ainsi que la labellisation du projet en tant que plateforme industrielle intégrée (P2I), ce qui lui permet de bénéficier des dispositifs prévus dans le cadre du pacte pour l’émergence industrielle. Il y a aussi la possibilité d’ériger le Clean Tech en tant que zone franche, ce qui permet de bénéficier des dispositions de la loi n°19-94 sans oublier l’appui à la formation et à la recherche & développement, notamment à travers le développement d’une offre locale sur le campus de formation, initiée par l’Université Mohammed 1er (Oujda), sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Par ailleurs, le Pôle offshoring du projet bénéficiera des dispositions de la circulaire relative à la mise en œuvre de l’offre offshoring Maroc. A noter que la 1ère tranche du projet porte sur 167 ha et permet de générer un investissement total de près de 5 milliards de dirhams, dont 600 MDH pour l’aménagement du site. Ce projet permettra de créer environ 20.000 emplois. Son entrée en activité est prévue pour début 2011.

Marwane Naboulssi
Vendredi 26 Juin 2009

Lu 1181 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs