Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le contrat en or de Jamel Debbouze




Le contrat en or de Jamel Debbouze
Lorsqu'en 2006, fou de joie à Cannes après le prix d'interprétation pour le film Indigènes, Jamel Debbouze déclare : "Je voudrais remercier Bertrand de Labbey qui m'a fait passer du RMI à l'ISF", personne ne s'est demandé pourquoi l'acteur originaire de Trappes avait glissé cette remarque humoristique qui a fait rire le Palais des Festivals.
Bertrand de Labbey, c'est l'un des agents d'acteurs les plus populaires de France et de Navarre. Son catalogue est prestigieux et c'est un fin négociateur. Aux débuts des années 2000, son client Jamel Debbouze est approché pour tenir l'un des rôles secondaires d'Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre. Appelé par son ami Alain Chabat, le jeune acteur et humoriste accepte. En coulisses, son agent lui décroche un contrat en or pour camper le désormais culte Numérobis.
Pour Léa Salamé, qui présentait mercredi 11 octobre l'émission «Stupéfiant!» consacrée aux agents de stars et aux cachets des acteurs, il s'agit même du "contrat le plus fou jamais signé".
A l'époque, Jamel signe pour 1,1 million d'euros, ce qui est déjà un beau contrat pour un acteur français. Bertrand de Labbey rajoute une clause à ce deal, exigeant que son client touche 15 centimes à chaque ticket de cinéma acheté au-delà des 8 millions de spectateurs.
Sauf que personne n'aurait imaginé à l'époque que la comédie d'Alain Chabat ferait... 14,5 millions d'entrées en salles ! Au total, le chéri de Mélissa Theuriau remporte un peu plus de 2 millions d'euros pour ce succès. L'histoire ne dit pas combien Debbouze empochera pour les royalties à chaque diffusion télévisée, combien il aurait potentiellement touché pour sa nomination aux Césars 2003 ou encore combien ont rapporté les ventes à l'international – puisque Mission Cléopâtre a été vu par plus de 21 millions de spectateurs à travers l'Europe.
Le salaire touché par Jamel Debbouze avait de quoi être exceptionnel à l'époque. A titre de comparaison en 2015, Omar Sy a touché 1,8 million d'euros pour Chocolat, Dany Boon a signé pour 1,5 million avec le film Radin, somme sensiblement similaire pour Kev Adams et Les Nouvelles aventures d'Aladin.

Samedi 15 Octobre 2016

Lu 482 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs