Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le chauffard de Dijon mis en examen

Nesser Edin est un Français issu de père marocain et de mère algérienne




Le chauffard de Dijon mis en examen
La France serait-elle victime d’attaques à la voiture ? C’est la question que se posent nombre d’observateurs, après que deux individus n’ayant en apparence aucun lien ont fauché en 24h des piétons à Dijon et à Nantes.
Pour les autorités françaises, il ne fait aucun doute que ces actes sont ni plus ni moins l’œuvre de déséquilibrés, rejetant d’emblée toute allusion au terrorisme. C’est du moins ainsi qu’elles décrivent l’automobiliste Nesser Edin, 40 ans, qui a été mis en examen mardi 23 décembre pour tentatives d’assassinats.
Français né d’un père marocain et d’une mère algérienne, celui que l’on appelle aussi le chauffard de Dijon avait volontairement foncé sur des piétons, dimanche 21, faisant plus d’une dizaine de blessés dans le centre-ville de Dijon (Côte d’Or). Il est à préciser que deux des 13 victimes recensées souffrent de traumatismes et fractures graves.
Après avoir commis son forfait, le chauffard a tenté de fuir avant d’être rattrapé et interpellé par une patrouille de la police.
Présenté comme un homme serviable, très poli et un musulman peu pratiquant, ce quadragénaire serait en proie à une « psychose à délire mystique ». Il aurait même tenu des propos incohérents au cours de son arrestation.
La presse hexagonale rapporte que Nesser Edin a effectué 157 passages en hôpital psychiatrique en l’espace de 13 ans et qu’il souffrirait également de «schizophrénie». Ce qui expliquerait cela.
Certains observateurs rappellent toutefois que le déséquilibré est aussi connu de la police pour des faits de droit commun commis dans les années 90. Il a été impliqué dans des vols de véhicules et des vol avec armes. Par conséquent, estiment-ils, rien n’est exclu.
Mais pour Marie-Christine Tarrare, la procureure de Dijon, «il s'agit de l'acte d'un déséquilibré et non d'un acte terroriste», rapporte la chaîne France3.
Nesser Edin vivait depuis 2000 chez ses parents, une modeste résidence située au centre de Dijon. Il travaillerait dans le social adapté à son handicap".
Pour rappel, un drame similaire a eu lieu lundi à Nantes lorsqu’un automobiliste, 37 ans, a délibérément foncé dans la foule d’un marché de Noël, vers un chalet où l’on servait du vin chaud. Son acte a fait 11 blessés dont cinq dans un état grave. Aux dernières nouvelles, l’une des victimes de ce drame a rendu l’âme.

Alain Bouithy
Jeudi 25 Décembre 2014

Lu 881 fois


1.Posté par Belhajilali le 25/12/2014 17:32
En France,ils ont une très bonne connaissance des profils terroristes et s'il lui épargné la vie,c'est qu'ils n'ont pas reconnu en lui une de leurs créatures immondes comme Merrah par exemplePour eux comme pour les Algériens,refoidir les terroristes élimine les témoins à charge...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs