Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le charmeur facétieux d'Hollywood tire sa révérence : L'acteur américain Tony Curtis n'est plus




L'acteur américain Tony Curtis, connu pour son charme facétieux et sa complicité avec Marilyn Monroe, sa partenaire du légendaire "Certains l'aiment chaud", est mort à l'âge de 85 ans dans sa maison proche de Las Vegas.
"Tony Curtis est mort vers 21H25 mercredi soir" (04H25 GMT jeudi), a déclaré à l'AFP Michael Murphy, médecin légiste du comté de Clark, dans le Nevada (ouest). L'acteur est mort d'une crise cardiaque dans sa maison de Henderson, dans la banlieue de Las Vegas, a-t-il précisé.
Né dans le Bronx, quartier pauvre de New York, Tony Curtis, beau brun aux yeux bleus, avait été co-sélectionné pour l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans "The Defiant Ones" ("La chaîne"), avec Sidney Poitier, en 1958. Il avait insisté pour que son partenaire, un Noir, soit également proposé pour l'Oscar, une rareté à l'époque, avant la fin de la ségrégation.
A l'affiche de plus de 100 films, il est surtout connu pour son rôle dans le classique de Billy Wilder en 1959, "Certains l'aiment chaud", en travesti aux côtés de Jack Lemmon et Marilyn, avec laquelle il eut une aventure de trois ans.
Il s'était fait connaître dans les années 50 en jouant dans de nombreux films d'aventure, avant de triompher dans le genre comique. Il s'engage dans l'US Navy à 16 ans pendant la Seconde Guerre mondiale où il est sous-marinier et fait ses débuts de comédien amateur.
Démobilisé, il fait quelques apparitions à Broadway et obtient en 1948 un rôle dans le film noir de Robert Siodmak ("Criss Cross", "Pour toi j'ai tué"). Remarqué par un producteur, il signe en 1950 un contrat de sept ans avec les studios Universal.
Après de très nombreuses comédies, registre où il excelle, l'acteur réussit à obtenir quelques rôles moins légers, comme dans "Trapèze" de Carol Reed en 1956, "Le Grand Chantage" d'Alexander Mackendrick en 1957 où il interprète un journaliste véreux, "Vikings" de Richard Fleischer en 1958 et "Spartacus" de Stanley Kubrick en 1959.
Puis Tony Curtis cabotine, à la fin des années 60, en charmeur cynique aux côtés de Roger Moore dans la série télévisée à grand succès "Amicalement Vôtre" ("The persuaders"). C'est dans "l'Etrangleur de Boston", de Richard Fleischer en 1968 qu'il estime avoir donné le meilleur de lui-même.
L'actrice Jamie Lee Curtis est issue de son premier mariage en 1951 avec Janet Leigh - héroïne de la scène de la douche du "Psychose" d'Alfred Hitchcock.
Depuis 25 ans, Tony Curtis se consacrait surtout à la peinture. En 1995, il avait publié son autobiographie, "Tony Curtis".
En 2004, il avait reçu une Caméra d'Or à Berlin pour l'ensemble de son oeuvre.
"J'ai l'impression de ne pas avoir eu les films que j'aurais dû avoir. J'avais l'impression que j'aurais mérité mieux", regrettait-il en 2008 lors d'un entretien avec l'AFP, évoquant les quelque 120 films de sa carrière.

AFP
Samedi 2 Octobre 2010

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs