Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine semble respecté



Moscou et Kiev s’accusent mutuellement



Le cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine semble respecté

Le cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine entre les forces de Kiev et les rebelles prorusses semblait tenir dimanche matin, plusieurs heures après son entrée en vigueur, première étape d'un plan de paix destiné à mettre fin à un conflit qui a fait plus de 5.500 morts en 10 mois.
Des incidents isolés ont cependant été signalés de part et d'autre. Les forces ukrainiennes ont fait état dimanche matin d'une attaque au mortier contre leurs positions dans la région de Lougansk, près de la frontière russe. 
Deux civils ont été tués peu après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu entre les forces de Kiev et les rebelles pro-russes dans l'Est de l'Ukraine mais les combats ont pratiquement cessé depuis, ont annoncé dimanche les autorités ukrainiennes.
De leur côté, les rebelles ont affirmé que les militaires ukrainiens avaient ouvert le feu dans la région de Debaltseve, à 65 km au nord-ouest de Donetsk, place forte des séparatistes pro-russes
Auparavant, de fréquentes rafales d'armes automatiques avaient été entendues dimanche vers 01h30 (23h30 GMT samedi) à Donetsk, mais pas de tirs d'artillerie, selon des journalistes de l'AFP.
Des sources militaires ont confirmé que le cessez-le-feu, entré en vigueur samedi à 22h00 GMT, était respecté à Marioupol (port de la mer d'Azov) et Debaltseve (65 km au nord-est de Donetsk). Il a été précédé samedi par des combats acharnés autour du nœud ferroviaire de Debaltseve et des échanges d'artillerie qui ont fait trois morts au centre de Donetsk.
La violence des affrontements quelques heures seulement avant son entrée en vigueur avait alors renforcé les craintes de voir cette trêve aussi peu respectée que les précédentes.
L'accord conclu jeudi à Minsk à l'issue d'une nuit de négociations entre les dirigeants d'Ukraine, Russie, Allemagne et France prévoit que Kiev et les rebelles ont deux jours après l'entrée en vigueur du cessez-le-feu pour commencer à retirer leurs armes lourdes de la ligne de front.
Le président russe Vladimir Poutine, son homologue ukrainien Petro Porochenko, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel devaient faire ensemble hier un "premier point" sur l'application du cessez-le-feu, selon la présidence française.
Porochenko a affirmé que le processus de paix était menacé par des actions des rebelles autour de Debaltseve où les troupes ukrainiennes sont quasiment encerclées.
De son côté, Moscou a d'ores et déjà accusé Kiev et les Occidentaux de "déformer le contenu des accords de Minsk". 


AFP
Lundi 16 Février 2015

Lu 478 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs